Les séminaires de la RDJ

L’Amérique de Philip Roth

La Règle du Jeu

La Règle du Jeu vous invite à un séminaire ce dimanche 25 novembre 2012 à 11h, sur le thème :

Josyane Savigneau, Lazare Bitoun, Steven Sampson.

Josyane Savigneau, Lazare Bitoun, Steven Sampson.

L’Amérique de Philip Roth


Philip Roth est omniprésent et universellement célébré. C’est amplement mérité, au regard de la pertinence et de la profondeur d’une œuvre qui, par-delà l’american dream, fore très profond dans les tiraillements de la condition moderne. Mais, jusqu’ici, en France, il s’attache à son nom une série de stéréotypes plus ou moins positifs, d’images parcellaires et, sans doute, de malentendus, qui empêchent tout aperçu sur la cohérence de son œuvre : quoi de commun, par exemple, entre le grand ricanement libéré de Portnoy et son complexe et la rumination crépusculaire d’Un homme ? Quel lien, sinon celui d’un inlassable questionnement sur l’être-juif, entre Opération Shylock, thriller politique gorgé de « cette force anti-tragique qui dédramatise les choses » et Le complot contre l’Amérique, cette uchronie nouée par une angoisse essentielle ?

Évoquant le « clivage » rothien, dans Le Monde, Josyane Savigneau demandait récemment à juste titre : « Entre le jeune auteur de 26 ans qui reçoit le National Book Award pour Goodbye, Columbus et l’homme de 79 ans, grand et toujours mince, couvert de prix littéraires, seul écrivain vivant à être publié dans la “Library of America”(…), combien y a-t-il eu de Philip Roth ? ». Question nodale. Question redoutable, aussi : Roth a montré, de Portnoy et son complexe à son nouveau et, peut-être, ultime, roman, Nemesis, qu’il était virtuose dans l’art de la réinvention littéraire. Brouillant sans cesse les radars et les détecteurs capables de l’assigner à résidence… Et, avec, comme unique point fixe dans la fresque mobile de ses incessantes métamorphoses, sa passion ambivalente pour son pays, les Etats-Unis : sa dilection pour ce qu’il a nommé la « Pastorale américaine ». Mais n’est-ce pas justement, la fonction de l’américanité, dans ses romans, que d’arracher un écrivain à toutes ses déterminations, toutes ses désinences, tous ses enracinements ?

Ce sont quelques-unes des questions que nous poserons, avant les vôtres, à nos trois invités de ce dimanche, qui sont des lecteurs particulièrement assidus de Philip Roth. Venez nombreux !

Alexis Lacroix

Avec :

Lazare Bitoun, traducteur,
Steven Sampson, essayiste, auteur de Corpus Rothi (Leo Scheer),
Josyane Savigneau, journaliste au Monde.

Une rencontre animée par Alexis Lacroix.

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE

Les séminaires de La Règle du jeu
Tous les dimanches à 11h,
au cinéma Saint-Germain
22 rue Guillaume Apollinaire
Paris 6ème.
Métro : Saint-Germain-des-Prés

Renseignements ou inscription à la newsletter : redaction@laregledujeu.org

Avec le soutien de Pierre Bergé et de la Fondation André Lévy

25112012_l'amerique


Print
Catégories : Agenda.

Un commentaire sur «  L’Amérique de Philip Roth »

  1. [...] L’Amérique de Philip Roth [...]

Ecrire un commentaire