BHL a émis samedi de sérieux « doutes » sur les supposées images de Sakineh diffusées par Téhéran.

Sakineh Mohammadi-Ashtiani, condamnée à la lapidation pour avoir tué son mari, fait l’objet d’un soutien international vu d’un mauvais oeil par Téhéran.

Pour montrer que cette histoire avait été « déformée » par la presse étrangère, la TV iranienne a diffusé un documentaire montrant une reconstitution du meurtre avec Sakineh. Bernard-Henri Lévy émet de gros doutes.
Selon Téhéran, ce documentaire a été réalisé par une équipe accompagnant « Mme Ashtiani chez elle, avec l’aval de la Justice, pour le tournage d’une reconstitution de son crime sur la scène du meurtre ».

On peut notamment y voir une femme présentée comme Mme Ashtiani expliquer comment elle a fait une injection mortelle à son époux.

Le documentaire en noir et blanc et au cadre instable la montre administrant un sédatif à son pseudo-mari, avant qu’un acteur jouant le rôle de son amant ne relie son cou et ses pieds à une prise électrique. « Il avait décidé de l’électrocuter », y explique Sakineh. Les images de la reconstitution sont entrecoupées de photographies du véritable corps.

BHL y voit une manoeuvre « pour noircir » Sakineh
Mais pour Bernard-Henri Lévy, il y a « de bonnes raisons de douter de l’identité de la personne qui est présentée comme Sakineh « . Le philosophe et ses collaborateurs de la revue française La règle du jeu ont « recoupé » la voix, la maîtrise du persan et l’accent de la femme figurant dans le reportage, et « il y a un doute sur l’identité de la personne ».

Mais qu’il s’agisse réellement de Mme Ashtiani ou non, « elle ne peut pas dire ce qu’elle dit autrement que sous la contrainte », estime Bernard-Henri Lévy, dénonçant « une vidéo à grand spectacle, d’une très grande obscénité et destinée uniquement à l’Occident ».

Pour lui, le seul but des autorités iraniennes est de « noircir Sakineh, de la diaboliser afin de justifier à nos yeux son exécution ».

Pour tenter de sauver Sakineh, une mère de famille iranienne de 43 ans, BHL a lancé cet été une pétition qui a recueilli plus de 160.000 signatures. Elle est hébergée sur le site de sa revue « La Règle du jeu ».

La menace pèse toujours sur Sakineh
Mme Mohammadi-Ashtiani, emprisonnée à Tabriz (nord-ouest de l’Iran), a été condamnée à mort par deux tribunaux différents en 2006 pour son implication dans le meurtre de son mari. Sa condamnation pour meurtre a été ramenée à 10 ans de prison en appel en 2007, mais sa condamnation à la lapidation pour adultères a été confirmée la même année par une autre cour d’appel.

Face à l’émotion suscitée par sa condamnation en Occident, où plusieurs dirigeants politiques et célébrités ont intercédé en sa faveur, les autorités iraniennes ont annoncé en septembre la suspension de la peine. Sa condamnation pour complicité dans le meurtre de son mari pourrait toutefois lui valoir une exécution par pendaison.

Téhéran accuse la presse internationale d’avoir déformé l’affaire, qui remonte à 2005, pour diaboliser la République islamique. Le président Mahmoud Ahmadinejad a lui-même démenti la condamnation de Sakineh à la lapidation.

Selon le narrateur du documentaire, cette peine lui a été infligée à titre « symbolique » en 2006 par la Cour suprême, mais avait peu de chance d’être exécutée. Une réforme a été adoptée en 2005 pour interdire la lapidation mais « doit encore être intégrée formellement à la législation iranienne », explique-t-il.

L’homme jugé en même temps que Sakineh serait en liberté
Les auteurs du sujet disent avoir retrouvé et filmé l’amant de Sakineh à son insu, mais ils ne précisent pas si l’homme, jugé en même temps qu’elle, a été condamné ou non et n’expliquent pas pourquoi il semble avoir été laissé en liberté.

https://www.youtube.com/watch?v=PZcKdMf6d_E

7 Commentaires

  1. Un détail, peut être minime mais flagrant: Les sourcils de « Sakineh »! Semblent avoir été « rasés » et redessinés au crayon pour une précision implacable?? D’après les photos connues, ses sourcils étaient plutôt épais…Donc nul besoin de crayon! Ce souci du détail est loin d’être celui d’une femme qui s’attend à être assassinée donc vivant une angoisse extrême. Cela fait partie de la diabolisation de Sakineh, lui donner un genre, une légèreté et un rôle qui colle à la mission que s’est donné le reportage.
    Sajjad à aucun moment ne regarde sa mère! Pour des retrouvailles, probablement les derniers, on dévorerait sa Maman du regard… Hors lui est assez froid, tête baissé, aucun regard à celle qui est présentée comme étant sa mère.
    Ahurissant particulièrement quand on lui fait dire : « un homme m’a appelé et a dit vouloir être mon petit ami !!!». Franchement quelle femme accepterait sur un coup de fil de devenir l’amie de quiconque? Pathétique! Ils ne savent plus quoi inventer… HONTEUX!
    Je pense de plus en plus que cette femme ne peut être Sakineh! Mais alors si tel est le cas, je me pose la question… Est-elle toujours en vie? N’oublions pas qu’il y a encore la petite sœur de Sajjad pour faire pression sur lui. Même s’il devait apprendre que sa mère n’est plus de ce monde… il dira ce qu’ils voudront… Pas d’autres choix, cette fois pour sa sœur.

  2. je signe la pétition en faveur de la libération de Sakineh;
    je demande la libération immédiate de cette innocente;
    halte à la parodie de justice, halte au machisme de ces dirigeants aux abois;
    le temps presse; demande de libération immédiate et sans condition de cette femme accusée injustement;
    demande d’accueil de la part de la France.

    Michel Justin-Maurice Cerf

  3. Mon commentaire ne suffira pas à faire changer d’avis un régime totalitaire ,mais des milliers comme moi qui militent pour la libération de SAKINEH FRONT LA FORCE DE L’UNION .
    COURAGE SAKINEH !LE MONDE entier est avec toi !!!

  4. LE CINEMA A INFLUENCE LES DIRIGENTS AFGHANES !
    Je milite pour la libération de SAKINEH.M.ASHTIANI

  5. Vous avez tout-à-fait raison elle ne lui ressemble pas du tout et en plus on s’en chez-elle une aisance qui n’est pas normal d’un être équilibré. En plus on la voie presque sourire ceci porte atteinte à notre intelligence mais nous ne sommes pas dupe et Dieu non plus.Cessez de faire de vos femmes des martyres ils sont votre égale à la face de Dieu et dans le monde occidentaux et je vous mets aux défit de justifier vos actes dans le Coran . Allah est un Dieu d’amour il n’aurait jamais permis de traité ses semblables de cette façon.Je prie pour que Allah pénètre votre coeur et vous ramène à la raison afin que cesse toute ses barbaries qui ne son pas digne d’un être humains.

  6. Et maintenant quelle est la suite des opérations pour la libération de Sakineh? Que pouvons nous faire à orésent que la situation me semble bel et bien bloquée? Des questions, des questions c’est tout ce qui me vient à l’esprit à l’instant. Ce n’est pas possible que nous en restions là, que vont faire les représentants des droits de l’homme et les dirigeants qui se sont impliqués dans cette terrible histoire. Je reste prete à continuer à écrire tous les jours s’il le faut, mais est ce que cela va servir à quelque chose? Je reste mobilisée pour la libération de Sakineh ainsi que toutes les autres personnes qui comme moi écrivent pour la justice. Il nous faudrait en savoir plus sur les obtions qui restent aux personnes d’influence. Tenez nous au courant, toutes les nouvelles, nous voulons tout savoir les bonnes et les mauvaises nouvelles, ne nous cachez rien. Merci. Sakineh nous sommes toujours là pour toi, tu n’es pas seule.