Lundi matin.

Je ne sais pas ce qui s’est réellement passé, avant-hier, samedi, dans la chambre du désormais fameux Hotel Sofitel de New-York.

Je ne sais pas – personne ne sait puisque rien n’a filtré des déclarations de l’intéressé – si Dominique Strauss-Kahn s’y est rendu coupable des faits qui lui sont reprochés ou s’il était, à cette heure-là, en train de déjeuner avec sa fille.

Je ne sais pas – mais cela, en revanche, il serait bon que l’on puisse le savoir sans tarder – comment une femme de chambre aurait pu s’introduire seule, contrairement aux usages qui, dans la plupart des grands hotels new-yorkais, prévoient des « brigades de ménage » composées de deux personnes, dans la chambre d’un des personnages les plus surveillés de la planète.

Et je veux pas non plus entrer dans les considérations de basse psychologie – comme on dit basse police – qui, prétendant pénétrer dans la tête de l’intéressé et observant, par exemple, que le numéro de la fameuse chambre (2806) correspondait à la date (28.06) de l’ouverture des primaires socialistes dont il est l’incontestable favori, concluent à un acte manqué, un lapsus suicidaire, patati, patata.

Ce que je sais c’est que rien au monde n’autorise à ce qu’un homme soit ainsi jeté aux chiens.

Ce que je sais c’est que rien, aucun soupçon, car je rappelle que l’on ne parle, à l’heure où j’écris ces lignes, que de soupçons, ne permet que le monde entier soit invité à se repaître, ce matin, du spectacle de sa silhouette menottée, brouillée par 30 heures de garde à vue, encore fière.

Ce que je sais c’est que rien, aucune loi au monde, ne devrait permettre qu’une autre femme, sa femme, admirable d’amour et de courage, soit, elle aussi, exposée aux salaceries d’une Opinion ivre de storytelling et d’on ne sait quelle obscure vengeance.

Et ce que je sais, encore, c’est que le Strauss-Kahn que je connais, le Strauss-Kahn dont je suis l’ami depuis vingt cinq ans et dont je resterai l’ami, ne ressemble pas au monstre, à la bête insatiable et maléfique, à l’homme des cavernes, que l’on nous décrit désormais un peu partout : séducteur, sûrement ; charmeur, ami des femmes et, d’abord, de la sienne, naturellement ; mais ce personnage brutal et violent, cet animal sauvage, ce primate, bien évidemment non, c’est absurde.

J’en veux, ce matin, au juge américain qui, en le livrant à la foule des chasseurs d’images qui attendaient devant le commissariat de Harlem, a fait semblant de penser qu’il était un justiciable comme un autre.

J’en veux à un système judiciaire que l’on appelle pudiquement « accusatoire » pour dire que n’importe quel quidam peut venir accuser n’importe quel autre de n’importe quel crime – ce sera à l’accusé de démontrer que l’accusation était mensongère, sans fondement.

J’en veux à cette presse  tabloïd new-yorkaise, honte de la profession, qui, sans la moindre précaution, avant d’avoir procédé à la moindre vérification, a dépeint Dominique Strauss-Kahn comme un malade, un pervers, presque un serial killer, un gibier de psychiatrie.

J’en veux, en France, à tous ceux qui se sont jetés sur l’occasion pour régler leurs comptes ou faire avancer leurs petites affaires.

J’en veux aux commentateurs, politologues et autres seconds couteaux d’une classe politique exaltée par sa divine surprise qui, sans décence, ont, tout de suite, dès la première seconde, bavé leur de Profundis en commençant de parler de « redistribution des cartes », de « nouvelle donne » au sein de ceci et de cela, j’arrête, car cela donne la nausée.

J’en veux, car il faut quand même en nommer un, au député Bernard Debré fustigeant, lui,  carrément, un homme « peu recommandable » qui « se vautre dans le sexe » et se conduit, depuis longtemps, comme en « misérable ».

J’en veux à tous ceux qui accueillent avec complaisance le témoignage de cette autre jeune femme, française celle-là, qui prétend avoir été victime d’une tentative de viol du même genre ; qui s’est tue pendant huit ans ; mais qui, sentant l’aubaine, ressort son vieux dossier et vient le vendre sur les plateaux télé.

Et puis je suis consterné, bien sûr, par la portée politique de l’événement

La gauche qui, si Strauss-Kahn venait à s’éclipser, perdrait son champion.

La France dont il est, depuis tant d’années, l’un des serviteurs les plus dévoués et les plus compétents.

Et puis l’Europe, pour ne pas dire le monde, qui lui doit d’avoir, depuis quatre ans, à la tête du FMI, contribué à éviter le pire.

Il y avait, d’un côté, les ultra libéraux purs et durs ; les partisans de plans de rigueur sans modulations ni nuances – et vous aviez, de l’autre, ceux qui, Dominique Strauss-Kahn en tête, avaient commencé de mettre en œuvre des règles du jeu moins clémentes aux puissants, plus favorables aux nations prolétaires et, au sein de celles-ci, aux plus fragiles et aux plus démunis.

Son arrestation survient à quelques heures de la rencontre où il allait plaider, face à une chancelière allemande plus orthodoxe, la cause d’un pays, la Grèce, qu’il croyait pouvoir remettre en ordre sans, pour autant, le mettre à genoux. Sa défaite serait aussi celle de cette grande cause. Ce serait un désastre pour toute cette part de l’Europe et du monde que le FMI, sous sa houlette, et pour la première fois dans son histoire, n’entendait pas sacrifier aux intérêts supérieurs de la Finance. Et, là, pour le coup, ce serait un signe terrible.

141 Commentaires

  1. La seule bonne nouvelle de tout cela est qu’on est débarassé à jamais de DSK.

    FMI: terminé
    President de la France: terminé

    Il doit y avoir une justice qq part finallement…….

  2. Il est bien dommage que Ségolène n’ait pas bénéficié de cette belle chaîne de solidarité au sein du PS après la défaite, une défaite qui était celle de l’ensemble du PS et pas seulement de la candidate malheureuse. J’en veux au PS pour cela, à Martine Aubry, à Cambadélis, à ces ignobles communicants qui croyaient pouvoir imposer DSK par la force du mensonge ! La base ne voulait pas de DSK. On nous bourre la tête depuis des mois avec des sondages qui ne servent à rien et auxquels les personnes censées n’attachent aucune importance.
    Monsieur Lévy, si la femme de chambre dit la vérité et tout porte à le croire, elle n’est pas la seule à se plaindre du comportement déplacé et violent de DSK, elles sont trop nombreuses, d’un point de vue éthique votre posture est inadmissible.

  3. Ce que je ne savais pas du monde qui nous entoure (en écho à l’édito de BHL)
    Mercredi après midi.
    Je ne sais toujours pas, moi non plus ce qui s’est réellement passé, Samedi (on dirait que ca fait une éternité) dans cet hôtel de New York.
    Ce que je sais c’est qu’il pleuvait à tout rompre à New York et qu’ici, à Jérusalem, l’implacable soleil nous éblouissait et nous écrasait de par sa puissance moyen orientale.
    Samedi encore, je croyais en l’Homme, en la Justice, même américaine, je croyais à la liberté d’expression, à la liberté d’aller mais aussi de venir, de dire ou de se taire.
    Issue d’une société libre, heureuse, vivante, mouvante, aimante, passionnante je pensais, encore Samedi matin, que dans ces sociétés la, dites occidentalisées, on ne condamnait pas un homme avant de l’avoir jugé, avant de l’avoir laissé s’exprimer, respirer. La présomption d’innocence, est ce une expression obsolète, ringarde, dépassée, rococo, bonne uniquement pour les idéalistes, les rêveurs ?
    On nous aurait prévenu si ca avait été le cas. On nous aurait dit que désormais, les règles ont changé, qu’en une nuit on peut basculer d’un monde de terriens à un monde abyssal, absurde, surréaliste, qu’en une nuit on puisse chavirer dans la quatrième dimension. On nous l’aurait précisé qu’il était si facile de se jeter, affamé de scandale et d’émotions fortes, sur un homme que rien ne condamne, à priori. On nous aurait mis au courant que c’est le dernier qui a parlé, qui a scandé, qui a vociféré qui a raison.
    Personne ne sait aujourd’hui, à cet instant même, ce qui s’est passé ou d’un autre point de vue, de ce qui ne s’est pas passé.
    Alors pourquoi ce malaise, ce dégout, cette profonde tristesse, cette révolte dans le cœur de celles et ceux qui attendent et qui, silencieusement (encore un mot en voie de disparition) espère que ce mauvais rêve va cesser.
    J’en ai lu, j’en ai entendu plus que de raison. Je me laisse le droit et le devoir d’attendre. Je me laisse le droit, et le devoir de penser à cet homme, victime des fantasmes et des délires egocentriques des uns et des autres, esseulé, et retiré d’un monde qui pense, propulsé dans un monde qui juge.
    C’est cruel. C’est infâme. C’est misérable.
    J’ai honte. J’ai mal. Je n’y crois plus, plus comme avant. Certains perdent leur jeunesse, d’autres leur virginité, d’autres encore leurs rêves, leur fortune ou leur liberté, je perds, moi, cette incorrigible optimisme, cette inexplicable confiance, cette débonnaire lueur.
    Ce que je sais, c’est que dépourvue du talent narratif de BHL et a défaut de le rejoindre dans son niveau de langage et dans son éloquence, je le rejoins dans son indignation, dans sa révolte, dans sa stupeur, cette fois la en tout cas.

  4. Cher BHL,

    Quelle tirade, quel lyrisme dans l’indignation. On retrouve bien là cette verve sémillante et bavarde, ce style enlevé et polémique qui est en quelque sorte votre marque de fabrique. Vous êtes un philosophe, ce qui, par définition, vous place au-dessus de la mêlée, spectateur attentif et critique du monde qui vous entoure. Malheureusement, à trop voguer dans la stratosphère idéaliste du domaine de la pensée théorique, vous en oubliez l’essentiel ; à savoir que vos semblables vivent, eux, dans un univers bien réel, fait de lois et de règles qui s’appliquent ou devraient s’appliquer selon le principe égalitaire de la justice démocratique.

    Nonobstant votre proximité amicale avec DSK, vous déclarez en préambule que vous ne savez rien de plus que le commun des mortels concernant cette affaire, puisque, hormis le peu d’information qui a filtré du côté de l’accusation, aucune déclaration formelle n’a encore été faite par DSK, ses mandants ou ses proches, sauf à contester en bloc toutes les accusations. Cette ignorance démocratiquement partagée aurait dû vous rendre un peu plus prudent et objectif dans la suite de vos propos.

    Vous appréhendez cette situation, qui me bouscule autant que vous, à l’aune de l’omerta politico-médiatique qui protège en France et ailleurs les élites intellectuelles, politiques et « people » de toute attaque et de tout scandale potentiel. Vous oubliez ce faisant que DSK a été arrêté dans un pays où la justice et la presse ne fonctionnent pas du tout de la même façon. Vous vous insurgez, mais vous n’avez aucun respect du cadre judiciaire ayant cours aux États-Unis, ce même respect que vous exigez pour DSK. Vous vous posez en donneur de leçons démocratiques envers un pays à qui vous devez beaucoup en tant que citoyen français. Est-ce de la mauvaise foi, de l’amnésie ou de la fatigue ?

    Il n’y a pas si longtemps, vous offriez ici même une tribune à Yann Moix afin qu’il puisse, en quasi toute impunité, cracher son venin et ses propos aussi orduriers qu’insultants envers la Suisse, dans le cadre de l’affaire Polanski. Vous reprochez aux autres cette partialité que vous vous autorisez, tolérez et par voie de conséquence encouragez ici même ; vous m’en voyez quelque peu chagriné, pour rester dans le cadre de l’euphémisme diplomatique.

    Vous semblez en vouloir à la terre entière de ce qui arrive à DSK, mais vous ne vous placez à aucun moment sur le versant contradictoire, à savoir que les faits reprochés à DSK sont peut-être, au moins partiellement, vrais. Tout à votre amicale indignation, vous en oubliez la notion même de justice et vous vous déniez tout droit au doute le plus élémentaire. Et si… Or si la justice est symboliquement aveugle, elle n’est pas un outil à disposition de l’élite, elle est là pour régler les conflits, sanctionner les délits et les crimes selon un principe immuable d’égalité des droits et des devoirs. Aux États-Unis, cette égalité est réellement patente (raison d’État exceptée), souvenez vous -au hasard- de l’audition de Clinton ou de l’arrestation de Madoff.

    J’ai, comme vous sans doute, une vision moins étriquée (ou moins hypocrite) de la sexualité que celle qui prédomine aux États-Unis, il n’en demeure pas moins que la vision américaine est celle qui a cours là-bas et bénéficie d’un très large consensus populaire. Vous avez le droit de ne pas être d’accord, ce droit critique ne vous autorise cependant pas à stigmatiser cette approche. Le premier devoir de quelqu’un qui débarque ou s’installe dans un pays étranger et de respecter ses lois et de tenir compte de sa mentalité.

    Au passage, vous n’hésitez pas à emprunter à feu François Mitterrand (mais sans le citer) sa phrase désormais célèbre de « l’honneur d’un homme jeté aux chiens » et votre *j’en veux* aurait sans doute inspiré Zola il y a un siècle. Peu convaincant également lorsque vous présentez DSK comme un homme irremplaçable, sans qui la démocratie, l’Europe, le FMI et bien sûr la France vont s’écrouler, que dis-je, le monde s’arrêter ! Ah, ces cimetières emplis de gens irremplaçables.

    Malgré cela, votre indignation est touchante, je dirais même désespérée tant elle semble plus une nécrologie qu’un plaidoyer de défense. Parce qu’au fond, vous savez très bien que quelle que soit l’issue de cette affaire, DSK est malheureusement mort, politiquement et peut-être socialement. « Calomniez, il en restera toujours quelque chose ». Par les temps qui courent, même en France où la moitié de la politique est d’alcôve, de telles accusations sont aussi définitivement mortelles qu’une balle entre les deux yeux. DSK est depuis lundi un retraité de la politique et j’en suis le premier navré, quand bien même mon cadre de vie ne dépend pas du futur roi de France, oups, président de la république française.

    Je vous trouve étrangement naïf lorsque vous semblez découvrir aujourd’hui seulement qu’il existe une presse *tabloïd* dont le fond de commerce est essentiellement basé sur les scandales sexuels, particulièrement aux États-Unis ; pays dont chacun sait que la fausse pudeur a été érigée en hypocrisie nationale. Étrangement naïf encore, d’imaginer qu’une justice prête à destituer son Président pour un pieu mensonge concernant sa vie privée ne puisse pas également être déterminée à déboulonner un directeur général du FMI, étranger accusé de contraintes sexuelles et autres joyeusetés.

    Mais qu’attendiez-vous ? Que la justice américaine, sachant que la France n’extrade pas ses ressortissants, renvoie tranquillement DSK en France afin que la classe politique hexagonale puisse, comme cela a été le cas dans l’affaire Polanski, gloser et jaser sans aucune retenue sur le côté archaïque et inique de la justice américaine quand elle s’applique à un citoyen français ? La juge en charge de l’audience préliminaire l’a clairement rappelé ; DSK reste en préventive en partie à cause de ce qui s’est passé avec Roman Polanski.

    Je suis aussi peiné par cette histoire et pour DSK dont je respecte le brillant parcours politique et pour qui j’ai une sympathie certaine, ce qui me rend d’autant plus pénible son arrestation et son emprisonnement ainsi que leur médiatisation.

    Si je peux comprendre (tout en la condamnant) l’hystérie de certains commentaires de forum par manque évident, pour leurs auteurs, de capacités intellectuelles, je n’accorde pas au pur intellectuel que vous êtes les mêmes circonstances atténuantes.

    Vous devriez être un exemple de rigueur intellectuelle, vous n’êtes visiblement et malheureusement capable que de d’ajouter votre cri impulsif et douloureux à ceux qui résonnent déjà dans l’arène médiatique d’un lynchage annoncé. Et ce même si votre propos va à l’encontre du sentiment dominant d’une plèbe avide de justice expéditive.

    Vous n’êtes pas, comme c’est mon cas, un anonyme commentateur de blog, vous êtes un auteur connu, reconnu, publié et médiatisé ; je trouve, à ce stade de l’affaire, votre indignation quelque peu déplacée, j’ai envie de dire indécente. Et le pire, c’est que je ne suis même pas sûr, tout comme dans l’affaire Polanski, que votre fougue rende service à DSK, au contraire. Il eût sans doute été une manière plus élégante de lui apporter votre soutien.

    A votre âge, nonobstant votre passion pour le verbe et la joute polémique, vous n’avez que bien peu de maitrise de vos émotions. Redescendre parmi les humbles mortels que nous sommes vous serait sans doute d’un grand bénéfice. L’arrivée du messie, ce n’est pas avant fin 2012, paraît-il.

    Sincèrement bien à vous,
    Olivier

    P.S. : Mes amitiés à votre charmante épouse que j’avais eu le plaisir de rencontrer à l’Opéra-Bastille à l’occasion des 80 ans de Charles Trenet.

    P.S.2 : Je suis saisi d’un doute ; allez-vous me publier ou me censurer ?

  5. On ne peut pas dire tout et son contraire M. Levy.
    Vous qui etes si prompt à réagir à tout evenement et qui en avez fait votre fond de commerce, vous ne pouvez pas vous elever contre le traitement judicaire donné à cette affaire alors qu’il a simplement été traité comme un justiciable lambda par les USA si cher à votre coeur.
    Vous ne pouvez pas vous elever contre le traitement mediatique de cette affaire alors meme que vous en connaissez les rouages mieux que personne et que n’importe quelle autre personnalité qui se serait vu accusée des memes faits aurait recu le meme traitement.
    Le battage mediatique est à la hauteur de l’evenement et de l’homme.
    Vous ne pouvez pas non plus objectiver un avis sur un ami de 25 ans, ce simple fait vous discalifie.
    Vous n’etes pas, par ailleurs, competent pour donner votre avis sur sa qualité en tant que Pdt du FMI, ni sur le traitement qu’il a donné à la crise.

    Bref, je comprend votre soutien, je comprendrais meme que vous vous teniez à ses cotés pendant cet epreuve.
    Mais jusqu’a ce que la verité soit faite sur cette affaire et bien que vous soyez une personne publique, la décence voudrait que vous ne preniez pas de position publique sur la question.

  6. Je suis choquée à la lecture de la plupart des commentaires, je ne savais pas qu’en France, on ne savait pas lire le français.
    Mr BHL n’a pas dit que DSK ne devait pas être jugé, Mr BHL n’a pas dit non plus que le fait dont était accusé DSK n’était pas punissable. Bien sûr qu’il l’est, s’il est établi. Mais jusqu’à preuve du contraire, la présomption d’innocence joue toujours et la moindre des choses serait d’attendre que l’intéressé lui même ait pu s’exprimer.

    Ce dont traite Mr. BHL n’est pas des faits dont est accusés DSK, il le dit « je ne sais pas ». Il n’entre donc pas dans des jugements sur la femme de chambre ou sur DSK. Ce dont parle ce texte c’est de la réaction de la France et le traitement dans lequel cet homme (parce que je parle d’homme à part entière, d’être humain) est placé.

    Alors je vous pose la question, trouvez vous normal qu’un homme de 62 ans soit ainsi traqué par la presse et exhibé au monde entier? Qu’il fasse l’objet d’une mesure exemplaire au motif qu’il faut démontrer que la justice est la même pour tous? L’égalité de traitement n’est pas l’application identique pour tous les cas de figure, elle est l’application différente et mesurée pour chaque situation, prise de façon individuelle. Or dans le cas d’espèce, ce principe n’a pas été respecté. Parce que quoique vous puissiez dire et quelles que soient vos remarques, DSK est bien l’homme politique que le monde vous (je suis belge) envie. Il n’a pas à être ainsi exhibé, sali et humilié face au monde entier.

    Et tout ça, vous avez tendance à fortement l’oublier. Alors non, cet article n’aurait pas dû se limiter au premier paragraphe par contre il aurait pu se passer de commentaire. Alors oui Melle Banon est une petite sotte qui voit dans le fait de porter plainte un moyen de gagner en popularité et non un moyen d’être réparée d’un préjudice (pourquoi avoir attendu sinon?). Et oui toute l’attitude vos politiciens est détestable combien elle montre un lynchage collectif.

    Quoiqu’il ait fait, un homme ne mérite pas pareil traitement. On est bien loin de la déclaration de 1789 en France!

  7. En tant que juriste, je ne peux qu’abonder dans votre sens.
    Merci de votre intelligence au service de l’humanité.
    En ce moment précis, je me rappelle l’affaire Dreyfus et m’interroge.
    Amicalement.
    S. BABUSIAUX.

  8. Vous en voulez à beaucoup de gens.

    Je vous en veux d’avoir réussi à écrire tant de lignes, touchantes, en faveur de votre ami, sans un mot pour cette malheureuse femme de chambre immigrée. Car jusqu’à plus amples informations, cette affaire est une tragédie pour ses deux protagonistes.

    Je vous en veux de qualifier d’aubaine la démarche actuelle et passée de Tristane Banon. Le fait qu’elle déclare avoir été violentée par votre ami en fait-t-il automatiquement une affabulatrice ?

    Condamner d’avance DSK est ignoble. Condamner d’avance les deux femmes le mettant en cause est tout aussi ignoble. Vous pouvez devancer la justice et prendre publiquement parti. Mais vous ne serez ni dans le droit, ni dans la justice.

    Je vous en veux aussi pour cela.

    • Cher Vincent,

      J’ai lu votre commentaire avec beaucoup d’attention mais si vous connaissiez le Sofitel de NY sachez que lorsque la chambre est occupée une lumière dans le couloir reste allumée au-dessus de la porte. Elle est visible par tous les employés sauf par cette femme de chambre apparemment. Curieusement d’ailleurs.
      Je comprends qu’une enquête soit diligentée mais pas une condamnation aussi cruelle et prématurée ruine un homme et je ne parle pas uniquement de carrière et d’argent mais psychologiquement.
      Lisez plutôt les déclarations du Directeur du Sofitel …. et ce n’est pas moi qui le dit…
      Allez chercher l’info et vous la trouverez. Pourquoi les employés du Sofitel ont peur ?

    • Quand à Tristane Banon, qu’elle ait attendu ce scoop pour se manifester contre DSK la place dans une situation ambigüe. Vous me direz qu’elle n’était pas une femme de ménage, elle, donc la direction du lobby n’est pas venue à son secours pour rapporter sa plainte en téléphonant à sa place pour la présenter à la police.

    • Vous parlez d’émigrés, alors commençons par respecter les émigres de France , je ne pense pas que ce soit le cas!

  9. « Enquête sur un citoyen au dessus de tout soupçon… »

    Ce que je sais : votre réaction, prévisible (les grands se défendent entre eux), serait ridicule si elle n’était pas immorale. Retour à la loi du plus fort qui mène on le sait bien… à la barbarie.

    Ce que je sais : une jeune femme de 32 ans a vu sa vie présente et future bouleversée et c’est bien la seule victime.

    Ce que je sais : la justice américaine, dans ce cas, traite tous les citoyens à égalité. On ne peut que s’en réjouir.

    Ce que je sais : votre article aurait du se limiter au premier paragraphe. Car vous ne savez rien et moi non plus.

    Laissons faire la justice.

    • J’aime les Etas Unis sur bien des points mais demandez aux USA si ils traitent un député, gouverneur ou leur président comme cela ? L’affaire Lewinsky vous vous rappelez ? Le mensonge sous serment de Clinton à propos de cette relation conduisit à un ‘impeachment » à son encontre, procédure qui fut bloquée par le Sénat des États-Unis. Alors 2 poids 2 mesures ?? Les citoyens ne sont pas égaux devant la justice aux USA et ça tout le monde le sait.

  10. Merci pour votre éclairage. Bien sûr, personne ne sait ce qui s’est passé réellement, mais le déchaînement judiciaire et médiatique est d’une violence qui pose question. Les conséquences sont déjà terribles sur le plan humain – pour la jeune femme, pour DSK – mais elles peuvent être aussi graves sur le plan international, pour les pays aidés par le FMI, pour les relations entre les USA et la France. J’ai aussi le sentiment que le moment de cet événement n’est pas anodin; il a dû se faire beaucoup d’ennemis… et rappelons que « trop de preuves tuent la preuve ». Il est curieux également de constater que le système judiciaire américain s’acharne en refusant une libération sous caution, en l’internant dans une prison parmi les plus dures du pays. Qu’est-ce qui motive la juge et le D.A.? Si vendredi, DSK n’est pas en liberté conditionnelle, comment faire pour que les droits de la défense – comme on les conçoit en France – soient respectés ?

  11. avant d’en vouloir au monde entier, il ne faudrait pas oublier la vraie victime, qui restera sûrement marquée à vie par un acte odieux.

  12. J’espère que vous livrerez ,avec autant de brio, vos sentiments et impressions quand la vérité éclatera en parlant peut être un peu plus de la jeune femme

  13. Peut on parler d’amitié quand on en connait si peu sur un homme ? Vous dites ne pas savoir, ne pas comprendre mais vous vous insurgez contre quoi au fait? Vous êtes offusqué et alors? DSK peut être brillant mais ce n’est pas incompatible avec un être dépourvu des plus bas instincts que cela vous plaise ou non. Si haut que l’on soit placé, on n’est jamais assis que sur son cul. Montaigne

  14. Amusante, cette indignation sur le traitement de DSK …
    Alors que c’est le quotidien de tant d’inculpés, qu’ils soient coupables ou innocents. Mais habituellement, BHL s’en tape, ces inculpés se sont pas des amis. Juste de simples citoyens français.
    Et cette indignation bien sélective explique l’évolution politique de notre pays. Qui vire peu à peu vers le brun aux cris du « Tous pourris » … En voyant la « haute caste » se croire intouchable …
    2012 va être un sacré séisme car une seule personne va profiter de cette triste histoire.

  15. Cher Bernard,

    Entendons-nous sur quelques points : l’accusation (et la défense, avec Barfman, l’a admis tacitement en disant « The evidence we believe will not be consistent with a forcible encounter ») a la preuve qu’il y a eu acte sexuel – ou sinon aucun DA n’aurait accepté de présenter le dossier devant un juge. Cet acte sexuel est un acte anal (cf. le PV). L' »innocence », donc, dans le cas de DSK, n’est pas de savoir s’il a commis ou non un ènième acte extra-conjugal (et quel acte!). L' »innocence » consiste à savoir si la jeune femme a été sodomisée avec son consentement. Pour un Américain, les images de DSK menotté qui vous choquent tant sont donc celles d’un sodomite potentiellement violeur. Pour nous, celle d’un homme qui n’a potentiellement rien fait. Ce sont donc les médias, et les hommes éclairés comme vous, qui nous donnet des informations erronées. La question est donc la suivante : est-ce par idéologie ou par incompétence ?

  16. Monsieur Bernard-Henri Lévy, votre contribution est salutaire.

    Il devient inadmissible qu’une certaine presse « accusatoire » et orchestrée par l’esprit des dépôts de miasmes jette en pâture un homme qui, jusqu’à présent est innocent, et dont la réputation est aujourd’hui salie par un élu du peuple, tel Monsieur JL Debré dont on eut cru qu’il possédât quelque énergie à demeurer mesuré, prudent et juste au sens républicain.

    Les faits sont étranges. Un Hôtel réputé, vous l’écrivez Monsieur Lévy, n’emploie au nettoyage que des brigades, au moins deux agents de propreté. Monsieur Strauss-Kahn est épaulé dans ses fonctions internationales. Il aurait été seul dans un lounge d’Air France, seul plusieurs heures, tout cela reste étrange.

    Encore plus étrange que le site ultra-droitier Atlantico soit informé avant tout le monde, en pleine nuit, révélant plus tard des documents consulaires français, des rapports de police… quand on sait par ailleurs que la jeune écrivain qui s’interroge de poser plainte huit ans après des faits se soit tue depuis sa prestation dans une émission passée de T. Ardisson, et soit répertoriée comme « rédactrice » du même site Atlantico (site qui s’est singularisé notamment par un article prétendant que le FN « est le premier parti de gauche »; site encore qui façonne de plus en plus une pensée non républicaine et outrancière dans ses emportements -ils disent « analyses »- sociaux et politiques). Il nous faudra étudier cette manière de faire du journalisme.

    Le droit de la défense est un droit inaliénable. Aux Etats-Unis, toutes les enquêtes sont permises pour qu’adviennent vérité et justice. Qu’on nous applique ici, à nous en France, le droit à l’image, le respect du prévenu, le respect de son image. Si Dominique Strauss-Kahn était poussé comme en son temps Pierre Bérégovoy, nous serions tous responsables de cette putative infamie.

    A ce jour, DSK est incarcéré, mais innocent comme de nombreuses personnes « inculpées » qui sont plus tard blanchies.

    Monsieur Bernard-Henry Lévy, continuez. Continuez à l’instar de ce que vous faites pour d’autres causes. Profitez de votre plume, de votre entregent dans les médias pour persévérer dans cette voie de défense allant dans le sens de la présente tribune.

    L’Atelier du Serpent Vert (ou Olivier – philosophe & journaliste)

  17. Je ne sais pas , mais rien au monde n’autorise un homme à violer une femme

  18. « soit ainsi jeté aux chiens », voici une formule très mitterrandienne.

  19. Jeter ainsi un homme plus bas que terre est ignoble. Coupable ou non, on a trop souvent tendance à jeter le discrédit sur des femmes et des hommes, sans réellement étayer les dossiers autrement que par une haine primaire. La stupidité ambiante l’emportant sur la raison. Oui, les journalistes manquent d’éthique, et pas seulement aux USA.

    Je suis déçue par l’attitude des USA, violente, délétère, à l’écoute du grand n’importe quoi.

    J’espère sincèrement que DSK n’est pas coupable, et qu’il aura la force de se présenter à l’élection présidentielle.

    Surmonter une semblable épreuve nécessite beaucoup de courage… mais il doit savoir que des millions de gens ( ceux qui n’ont pas d’abonnement internet, ceux qui souffrent des restrictions actuelles) croient toujours en lui.

  20. BHL : « Ce que je sais c’est que rien au monde n’autorise à ce qu’un homme soit ainsi jeté aux chiens. »

    à la flotte, par contre…

  21. Vous feriez mieux de faire une liste des gens à qui vous n’en voulez pas.

  22. Merci pour cet article .Je suis infiniment choquée des images venus d’Amérique et du déballage sur certaines radios des frasques réelles ou supposées de DSK . Comme vous je m’interroge sur la présence de cette femme de ménage seule dans une chambre occupée ,cela fait déja deux » hasards » malheureux .Visiblement c’est le bazar au Sofitel de NY ! Planning des départs et des chambres toujours occupées pas à jour , et …manque de personnels? (!) …ou non respect des règles habituellement en vigueur . Ou traquenard ????
    J’entends des horreurs . Alors que les rédactions n’en savent pas plus que moi .On ne saura rien de plus ,vraissemblablement ,avant vendredi .J’attends donc la version de « l’accusé ».

  23. je ne suis fan ni de DSK ni de BHL mais cet article me plait.
    on condamne sans preuve à grand coup d’images, on accuse de tout et de rien…
    non DSK n’est pas différent d’un autre homme, et bien sûr nous sommes tous égaux face à la Justice.. mais cela, ce n’est pas de la Justice.
    Et si nous sommes tous égaux… il n’y a peut être pas autant d’intérêt à manipuler et intriguer contre un DSK en exercice que contre le premier venu traversant la rue.
    tout ceci est lamentable. DSK est peut être coupable, ou peut être innocent… mais ce qu’il n’est pas à ce jour c’est jugé !!!
    allez y condamnez sans preuve, détruisez et piétinez l’odieux DSK. Mais prenez garde que demain ce ne soit pas vous.
    je n’aurais peut être pas voté pour DSK aux présidentielles, mais je le soutiens à présent. S’il est coupable que ce soit un tribunal qui en décide mais on la presse scandaleuse ou le frère d’une prétendue victime.
    ce que je sais moi, c’est qu’aux USA il n’y a pas de Justice. Il est plus confortable de demander à l’accusé de prouver son innocence qu’à l’accusation de prouver la culpabilité.
    ils ont beau jeu ces américains avec leurs séries tv pleines de heros et d’héroismes. quant à moi je les trouve simplement minable.

  24. Et moi, je dis qu’un avion ne s’est pas écrasé sur le pentagone le 9.11… Mais bon j’étais pas là non plus.

  25. C’est un complot, c’est sûr.
    Aucune preuve, juste des mots …
    Un tas de contradictions …

    DOMINIQUE, on sait bien que tu es innocent !!!
    Ce qui me fait peur, c’est qu’ils vont tout faire pour te garder.

    Continuons à défendre et soutenir le futur président français … je l’espère !

  26. Je propose de lancer un KahnThon, cela permettra aux vilains petits canards de réparer le préjudice qu’il subit actuellement.

  27. Triste histoire mais arrêtons de croire à un complot… Et la plupart des malades sexuels, demandez à leur entourage proche et souvent, personne ne l’aurait soupçonné. Prenons du recul et tournons la page, car de toute façon, il est cuit. Jamais la France votera pour un type qui se retrouve menotté devant les télés du monde entier, un an avant les élections. Et c’est délirant de croire qu’un innocent peut se retrouver dans une situation pareille.

  28. En effet le respect de la personne humaine s’applique à tous. Le spectacle épouvantable que nous ont offert les média hier font découvrir que la justice américaine ne respecte pas du tout la personne humaine. J’ai été juré dans un tribunal en France, et je peux dire que je suis fier de ma justice, même si bien sûr, il ne faut jamais être satisfait et continuer à la faire progresser.

  29. Eh ben dit donc, dire qu’il n’y a pas si longtemps, la moindre critique du système américain nous vallait d’être condamné par votre Honneur d’odieux anti-américain primaire…

  30. Le viol est une horreur, une atteinte à l’humanité de la femme ou de l’homme. Mais comment est-il possible que DSK qui a en charge les dossiers les plus cruciaux de la planète, comment est-il possible que cet homme intelligent, cultivé, sensé puisse se comporter en criminel odieux ? c’est à n’y rien comprendre. Et en même temps, la couple Sarkosy-Bruni annonce une maternité si radieuse, si touchante, si émouvante, un conte de fée quoi. Ca fait trop tout cela. D’un côté, le monstre, de l’autre la belle famille. Tout sonne faux. Tout cela ne colle pas. Ou colle trop bien. Espérons que la vérité éclate rapidement.

  31. merci et encore merci monsieur strauss-kahn merite un peu plus de respect,ainsi que sa famille .j’avais le coeur retournè devant la violence de ces images.honte aux medias,et encore merci a vous,monsieur levy.continuez a le soutenir,vous avez toute mon admiration.

  32. Indépendamment des faits, qu’ils soient avérés ou non, le fonctionnement de ce type de justice-spectable m’horrifie !
    En l’espèce, le couple Justice – Presse ne fait pas urs bon ménage ! Il faut parfois se séparer… pour mieux se retrouver…
    Tant aux États-Unis, que chez nous, en France ou en Belgique, il y a malheureusement – encore – beaucoup de travail.

    Déclaration universelle des droits de l’homme :
    Article 11, § 1 : « Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées ».
    Article 12 : Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

  33. Je l’ai rencontré, moi, DSK.
    C »est un homme charmant. Et, croyez-moi, il n’a pas besoin de forcer une femme…
    Les filles à NY, il pourrait en avoir à la pelle. Pas besoin de forcer une femme de chambre.
    Cette histoire est trop louche.

    • Sophie, je trouve votre commentaire de vraiment mauvais goût, écrire des insanités pareilles, vous confondez femme et femelle

    • Le rapport sexuel consenti est l’argument apparement utilisé pour sa défense pas ses avocats. Les théories de complot tombent donc à l’eau…Qui va croire ça? Vous? C’est louche

  34. Vous auriez dû suivre la carrière d’avocat. Je ne plaisante pas. Je n’étais absolument pas du côté de DSK et voilà qu’à présent je me pose des questions.
    C’est vrai que ce n’est pas humain ce qu’il vit. Même si je pense qu’il doit être coupable.

  35. Mais qu’attendons-nous pour appeler dés Dimanche à une manifestation de soutien à DSK place de la République !! ?? Voilà l’urgence !

    • les jardins de Versailles seraient plus appropriés puisque Bernard Henri Lévy affirme et réaffirme l’inégalité des citoyens devant la justice.

    • C’est choquant, auriez-vous organisé une manifestation pour les suspects d’Outreau, aux premières heures de leur arrestation ? A cette époque tout le monde voulait les assassiner personnellement. Si pour une fois on pouvait respecter le temps de la Justice et le temps de la délibération, tout le monde y gagnerait.

    • vous oubliez de citer ceux qui font un humour antisémite de cette affaire comme ce pseudo humoriste dont je ne citerai pas le nom ….DSK est tristement et honteusement jeté en pâture, s’il était coupable il mériterai effectivement d’être jugé, mais avant il a droit à la présomption d’innocence et le respect!

  36. Va lancer une pétition pour défendre DSK, comme pour Polanski ? IGNOBLE !

  37. Ne pas confondre et encore moins comparer la procédure juridique Américaine et Française. Par ailleurs le respect de l’être humain ( valeur universelle) s’applique à tous , qu’il soit puissant ou femme de ménage ! En conséquence la sagesse implique d’attendre vendredi pour savoir ce qui est retenu apres que la défense ait pu s’exprimer.

    • Et pourquoi une femme de ménage ne serait-elle pas puissante?
      Faut-il nécessairement brasser des millions d’euros pour être puissant?
      Alors pourquoi ne pas montrer cette femme de ménage qui elle au moins pourrait, peut être avoir l’obligation d’assumer publiquement ses accusations?
      Infâme justice assoiffée de monstres putatifs….

  38. je ne pense pas qu’en faisant tomber un social démocrate en mesure de battre sarkozy et qui tentait de réguler le capitalisme, elle ait énormément servi la cause des femmes pauvres en france et dans le monde

  39. Pour moi, le jour de l’arrestation de Strauss-Kahn va devenir un jour de fête, de joie, de danse ! La défaite d’un porc sioniste, ce qui est très rare hélas, me remplit de joie. Dommage qu’il y en ait si peu !

  40. si c’est arrivé, c’est dégueulasse d’abord pour la femme en question

    sinon, DSK est traité par la justice américaine comme n’importe quel prévenu

    et par la presse française pas plus mal qu’Eric Woerth

  41. Merci pour cet article empreint de dignité et de respect pour l’être humain.

  42. BHL, un peu de retenu également pour vous, ou trop peut etre, car vous oubliez complètement la femme qui a porté plainte contre votre ami de 25 ans. Ne me dites pas qu’un séducteur à le droit d’utiliser n’importe quelle méthode pour assouvir ses fantasmes les plus pervers….. Je suis persuadé qu’il a bien commis quelque chose et que pour une fois, les arrangements n’ont pas fonctionnés…. affaire,pas vraiment difficile, à suivre!!

  43. Dans l’affaire DSK après les discours plus ou moins convenus de ces dernières 48h, l’UMP se déchaine et sort son joli drapeau « bleu/blanc/rouge ». On croit rêver !!!

    Depuis 4 années ce gouvernement, par la grâce du monarque qui le gouverne, roule la France dans la fange la plus nauséeuse à la face du Monde et, d’un coup d’un seul, en « 48 heures Chrono », l’UMP en rang bien ordonné est soudain pris d’une irrépressible et inconditionnelle envie de se soucier de » l’image de la France « .

    Concernant cette « Imaaaaaage de la France » dont nous parlent ces Messieurs-Dames, je me suis posées quelques questions auxquelles je dois vous avouer, je n’ai pas vraiment trouvé de réponses, si ce n’est une bouffée de honte qui m’est soudainement montée aux joues.

    Sarko1er donnant une image d’une France colonialiste à souhait lors du discours de Dakar.
    Le même « monarque en talonnettes » et l’image tristement célèbre d’une France quasi vichyste lors du discours stigmatisant les Roms et ensuite lors du scandale présidentiel avec le président Roumain.
    « L’image de la France » lors du scandale présidentiel avec la conseillère européenne.
    Encore et toujours « l’image de la France » lors des centaines de propos de Ministres, députés, maires et autres personnalités UMP à propos, des immigrés, des Roms, des Homosexuels (au sujet du mariage homo ou de l’adoption par exemple), j’en passe et des meilleures.

    Encore et toujours « L’image de la France » avec la « loi Sarkozy-Fillon-Bachelot de 2009 », le trio « magique » qui a achevé la destruction de la « démocratie sanitaire » et dont la fonction première dans ce dossier est d’organiser la privatisation des profits et la socialisation des pertes dans les hôpitaux et le système de santé en général.

    Enfin, notons au passage que « l’Image de la France » est, n’en doutons pas, embellie par les moqueries incessantes à l’étranger, quand notre auguste président, à l’instar de Lord Farquaad, grimpe systématiquement sur ses talonnettes aux yeux de tous, tel un bouffon de foire complexé ou un chanteur de rock « as been ».

    Hier encore, pas un mot sur l’affaire DSK. Tous d’une même voix angélique et compatissante clamaient haut et fort qu’il fallait « se montrer digne » , « Laisser la justice suivre son cours et respecter la présomption d’innocence ».

    Mais ce matin, comme si ces gens se réveillaient après une dose massive de PCP ou une crise d’amnésie fulgurante, plus rien de tout ca. Envolée la dignité et le « quand à soi », disparue la fameuse « présomption d’innocence ».
    Le nouveau « crédo », repris en chœur par nos sémillants Ministres, c’est cette fameuse IMAGE DE LA FRANCE qu’ils semblent découvrir.

    Parler de l’image de la France, dans le cadre de l’affaire DSK, c’est vite oublier la présomption d’innocence que tous réclamaient encore hier. C’est donner à penser qu’un type qui commet de tels actes salit la France, sans même attendre le début du commencement d’une quelconque enquête qui prouverait les faits.

    Enfin comme diraient nos amis (ou pas) américains, the last but not the least, voici Mesdames et Messieurs
    « La Déclaration qui tue » du jour (sur Canal+) de Madame la Ministre de l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet :

    « En plus de la victime présumée, la femme de chambre, il y a une victime avérée, c’est la France »

    Et comme quand y’en a plus, y’en a encore :

    « Il faut redire que les faits sont très graves. En France, on a tendance à traiter ça un peu à la légère, a poursuivi la ministre, une des premières membres du gouvernement à s’exprimer sur cette affaire. Je fais confiance à la justice américaine. (…) C’est tellement français de voir des complots partout. C’est quelque chose, je crois, qui est dans notre culture », a déclaré la ministre. Quand on est dans des petits sujets, on peut commenter et avoir un point de vue. Là, on est dans des sujets très lourds, on n’a pas à avoir de point de vue personnel. La justice est là pour condamner ou pour blanchir. »

    Conclusion, pour la plus « connue » de nos Ministres, soudainement éprise « d’image » (la sienne certainement avant tout) :
    Pas un commentaire sur le « coupable présumé » (ou « tout désigné » c’est selon) et balayé d’un revers de main sans appel l’éventualité d’un traquenard.
    Mais L’IMAGE de la France, alors ça oui c’est essentiel, vital, que dis-je, ultra-hyper-méga importantissime !

    Toute de gauche que je sois, et si les faits sont avérés, je trouverai normal que DSK soi condamné lourdement et même plus que le « citoyen Lambda » car je pense que quand on a une position comme la sienne et qu’on représente la France, on a une responsabilité et on se doit d’être IRREPROCHABLE.
    Mais comme vous le faites à juste titre remarquer, donner un homme en pâture aux chien comme cela vient d’être fait c’est proprement SCANDALEUX!

    Pour ce qui est de la curée à laquelle se livrent certains membres de la droite (qu’elle soit présidentielle ou pas),soudainement épris d’Image et de Respectabilité, ca me donne vraiment envie de gerber !!!

    • Mon D…, ce commentaire n’est que du venin gauchiste sans aucune once d’objectivité. Bon on va tout reprendre, la présidence Sarkozy impose son style, on l’aime ou on ne l’aime pas. Toutefois on ne peut pas dire que c’est un Régime Vichyste, c’est ne rien comprendre aux institutions actuelles. Etudions ensemble la Ve Republique. De Gaulle, a souhaité un pouvoir executif fort avec un président de la République qui incarnerait la continuité de l’Etat. Il a donc choisi de rendre le président irresponsable de ses actes afin qu’il puisse assurer l’image de la France, tout en lui accordant des pouvoirs propres et un Premier ministre qui lui serait responsable devant les assemblées et devant le Président. La pratique a donc evidemment conduit à une présidentialisation du régime, déséquilibrant les pouvoirs. D’où l’objet de la réforme constitutionnelle de 2008, demandée par Nicolas Sarkozy, et dont l’objet était principalement de rétablir l’équilibre entre les différents pouvoirs. Jamais le Parlement n’avait été aussi revalorisé depuis 1958. De plus, Nicolas Sarkozy trouvait que le système qui consistait à changer de premier ministre dès que la politique nationale ne plaisait plus aux français était hypocrite. Il a dit en 2007, et c’est bien le cas depuis son élections, qu’il assumerait pleinement la politique menée pendant le quinquenat. D’où le fait qu’il se mette plus en avant que son premier ministre, et accuse le coup à sa place dans les sondages. Chère Marie, avant de vous plaindre d’un régime étudiez sa Constitution.
      Concernant, ‘l’affaire DSK »:
      L’image de la France, Dominique Strauss Khann l’a clairement entaché. En effet, il n’a pas été élu par le peuple contrairement à notre président de la République, non, il a été nommé par ce dernier. Il bénéficiait donc d’une recommandation nationale vis à vis du Monde, et devait se d’honorer son drapeau. Sa maladie est à Paris de notoriété publique et Nicolas Sarkozy comme beacoup d’autres, à gauche notamment, l’avais mis en garde sur le sujet en lui notifiant qu’aux Etats Unis on ne plaisante pas avec les histoires de moeurs. Déjà deux scandales à son actifs en trois ans à peine. Dsk, a beaucoup d’égo, comme d’autres hommes puissants de la planète, mais aujourd’hui il paye au prix cher le fait de s’être toujours cru au dessus du droit et de la médecine. L’agression sexuelle faite par un homme qui ressent des pulsions incontrolables conduit très souvent au viol, et la notoriété d’un homme ne doit pas le disculper de jugement. En France, si le même scénario avait eu lieu, Monsieur Strauss kahnn n’aurait jamais été inquiété de quoique ce soit. Aux Etats-unis ils n’ont pas de justiciable VIP comme dirait la célèbre avocate Gisèle Halimi, et tant mieux, il reaffirme par le traitement de cette affaire, la dignité des femmes et la protection des plus faibles.
      Enfin bon, vous m’avez l’air éprise d’une fièvre de préjugés qui vous donne envie de « gerber » donc je vais m’arretez là et vous souhaitez une très bonne journée.

  44. My community, wright or wrong !

    (ma communauté, à tort ou à raison)

  45. Argent et pouvoir, sexe et violence : les grands prédateurs sont de retour !

    ________

    Etats, peuples, nations, travailleurs… tous doivent se soumettre !

    Car, lorsque l’Autre, femme de préférence – journalistes, subordonnées, employées dans l’hôtellerie à 7 dollars de l’heure -, n’est qu’une proie et un moyen de plaisir (les uns… chair à canon, les autres : chair à jouir) corvéable à merci, ou bien un instrument au service de toutes les ambitions…

    C’est le marquis de Sade que les puissants re-visitent et ré-inventent…

    Année après année, rumeur après rumeur, incident après incident, fait avéré après fait avéré… manifestement, plus l’on est proche de Strauss-Kahn, plus on a la vue qui baisse, et plus l’on est surpris car… plus on le côtoie, moins on le connaît – c’est à croire !

    Complaisance pour complaisance : ne retrouvons-nous pas là le même symptôme chez ces mêmes personnes mais… cette fois-ci… à l’égard de leur métier respectif : la politique et le journalisme ?

    Témoignage de la mère de Tristane Banon

    _________________

    Harlem DESIR
    Numéro 2 du PS
    Député européen

    Nicole BACHARAN
    Spécialiste des États-Unis

    Michel TAUBMANN
    Journaliste
    Auteur de « Le roman vrai de Dominique Strauss-Kahn »

    Sylvie PIERRE-BROSSOLETTE
    Rédactrice en chef du service de politique intérieure au Point

    Jean-François Kahn

    journaliste, fondateur de Marianne

    Lundi 16 Mai 2011… ce soir-là, sur France 2 et dans Mots croisés, compassion et commisération en veux-tu en voilà, c’était… tous pour un et un pour tous autour de DSK avec lequel les invités ont déjeûné sans aucun doute des dizaines de fois (journalistes, amis personnels, camarades de parti).

    DSK aura même droit à la présomption du complot, du coup monté et de la manipulation – présomption pourtant interdite dans les médias quand d’autres sujets ou d’autres personnalités sont en jeu -,

    Mais pas un mot sur et pour la victime présumée

    Seul Taddéi sauvera la mise sur France 3 en invitant Schneidermann et Plenel

    .

    P.-S.

    Poster un message

  46. M. Dominique STRAUSS-KHAN restera toujours aussi digne malgré ces images qui esaient de l’anéantir.
    Peu importe les jaloux, les envieux, les mauvaises langues, les charognards qui n’attendent qu’un faux pas pour se vautrer sur leur supposé ennemi. Moi je sais qu’il fait partie des GRANDS de ce monde et qu’à ce titre, les journalistes les plus vils devraient réviser leur écrits.
    Je sais qu’ill va s’en sortir, avec les tous les honneurs qui lui sont dus, avec toutes les excuses les plus plates et si on lui prédit 70 ans au moins d’incarcération, c’est qu’on lui prédit une très longue vie !
    Nous sommes avec vous M. Strauss-Khan !

  47. Je suis également, comme vous, choqué par le traitement médiatique de cette affaire. Quelle horreur doit vivre cet homme s’il est innocent. Mais M. Levy, n’oubliez pas non plus la victime. Elle a également droit à la présomption de sincérité. Avec le même raisonnement que votre allié sioniste Arno Klarsfeld lorsqu’il défend la loi Gayssot, vous devriez vous taire afin de ne pas faire insulte aux souffrances de toutes celles qui ont été victimes de tentatives de viol et que l’on a traité de menteuses.

  48. Merci pour vos propos je suis bien de votre avis et très en colère contre la presse contre les USA contre tout ce déballage médiatique politique HONTEUX!

  49. Vous ne saviez pas que votre grand ami DSK avait déjà tenté de violer une journaliste française pendant un interview qui a mal tourné pour la malheureuse journaliste ??? tristane banon ?

    • Cessez d’accuser sans preuve !
      Etiez-vous présents pendant cette interview où, je vous cite, « DSK avait déjà tenté de violer une journaliste française » ??
      Qu’en savez-vous ?
      Vous n’êtes qu’un irréfléchi pêtri de presse à scandale.

  50. Merci pour votre réquisitoire contre ce spectacle infâme, ce simulacre de justice, cette curée à l’antique devant les caméras du monde entier. Merci d’avoir exprimé votre écœurement dans ce Colisée monstrueux où La Justice n’importe pas tant que Le Spectacle.

    Je ne partage pas toutes vos analyses, je ne partage pas vos amitiés mais j’éprouve la même stupeur que vous, le même dégoût, le même sentiment de révolte face à cette bestialité télé-réalisée.

    J’entends les défenseurs de la victime présumée et ceux qui qui se revendiquent de cette cause. Elle est légitime. Aucune femme ne devrait être brutalisée pour le seul plaisir d’autrui. Tous les citoyens naissent et doivent demeurer libres et égaux en droits. Aucune appartenance sociale ne doit conférer d’immunité juridictionnelle. Si DSK a violé le pacte social, il est juste de le juger et de lui infliger la peine correspondant à sa faute.

    Mais ici comme ailleurs, aujourd’hui comme jadis, la lapidation publique de l’auteur présumé n’a rien à voir avec la justice. Au déshonneur d’une femme et d’un homme, elle ajoute celui de la société, celui de l’humanité.

  51. Il est vrai qu’en matière de moralité, le Pr bernard Debré (150 euros la consultation privee hospitaliere) est le personnage idoine pour donner des leçons de vertu.
    Dans un autre registre, les membres de l’affsaps (association francaise chargee de l’evaluation des produits de santé), qui assument dans un contexte extremement difficile de conflits d’interet, lire l’article du dr Pelloux sur le site) 20000 decisions par an, qui ont ete recemment etrillés par son rapport ecrit avec claude evin, apprecieront egalement son elegance et ses solides raccourcis (« apres l’affaire du mediator, ces connards sont tous pourris et il faut tous les virer », pour résumer)
    un personnage tout en nuances effectivement.
    dr amoyel rhumatologue, Paris

  52. Je n’arrive pas à me faire une raison du visage défait de Dominique Strauss-Khan. Dans cette histoire, je vois l’horreur partout, un homme anéanti, donné aux chiens. Je vois que tout est soigneusement et méthodiquement organisé pour qu’un présumé innocent soit un présumé coupable voire un coupable tout court. Et je vois et j’entends ceux qui jouissent. Je lis par exemple dans un édito du quotidien italien La Stampa du lundi 16 mai (j’habite en Italie) signé Lucia Annunziata « Je sais, il faudrait faire montre de pudeur et de respect des institutions, mais il est difficile de ne pas admettre que l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn nous remplit de joie. » Et la journaliste débile de se lancer ensuite dans une brillante analyse où elle dit entrevoir la possibilité qu’une femme accède enfin en France à la fonction suprême, grâce à cette affaire. Je suis horrifié par tant d’ignominie et de bêtise de la part d’une femme qui pour le coup ne déparerait pas en compagnie de Bernard Debré.
    Alors merci Bernard-Henri Lévy de votre position.

  53. Je n’arrive pas à me faire une raison du visage défait de Dominique Strauss-Khan. Dans cette histoire, je vois l’horreur partout, je vois un homme anéanti, donné aux chiens. Je vois que tout est soigneusement et méthodiquement organisé pour qu’un présumé innocent soit un présumé coupable voire un coupable tout court. Et je vois et j’entends ceux qui jouissent. Je lis par exemple dans un édito du quotidien italien La Stampa du lundi 16 mai (j’habite en Italie) signé Lucia Annunziata « Je sais, il faudrait faire montre de pudeur et de respect des institutions, mais il est difficile de ne pas admettre que l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn nous remplit de joie. » Et la journaliste débile de se lancer ensuite dans une brillante analyse où elle dit entrevoir la possibilité qu’une femme accède enfin en France à la fonction suprême, grâce à cette affaire. Je suis horrifié par tant d’ignominie et de bêtise de la part d’une femme qui pour le coup ne déparerait pas en compagnie de Bernard Debré.
    Alors merci Bernard-Henri Lévy de votre position.

  54. Merci monsieur d’écrire ces quelques lignes qui sortent un peu du lot face à tout ce que l’on entend aujourd’hui. J’ai du mal à croire au portrait qui y fait ici ou là de Dominique Strauss-Kahn. Attendons de voir ce que dit la justice américaine mais n’oublions pas non plus cette jeune femme, il faut tenir les deux parties sur un pied d’égalité. Ce qui, pour l’instant, n’est pas le cas. Pourquoi accorder le droit au silence et à la discrétion pour la victime présumée et non au coupable présumé ? De toute manière, la justice américaine a déjà condamné M. Strauss-Kahn en autorisant la diffusion de ces images le montrant menotté, elles le suivront jusqu’à sa mort. Je ne crois pas du tout que ça soit fait dans un soucis de s’occuper du cas DSK comme du cas d’un petit dealer du Bronx. Nous n’en sommes qu’au premier échelon juridique de la justice américaine, et j’ai rarement vu un tel traitement pour un cambrioleur ou un voleur à la sauvette. Non, encore une fois, c’est pour montrer au monde qu’aux Etats-Unis la justice est exemplaire. Permettez-moi d’en douter fortement.

    Ben (22 ans)

  55. Oui, même le porc le plus dégueulasse a le droit au bénéfice du doute!

    • oui comme les truies qui mangent leur petits devraient aller à l’abattoir.

      mais DSK n’est pas un porc et votre saillie verbale n’a rien de propre…

  56. Ah mince…… vous les sionistes vous avez perdu votre poulain…. Pour moi c’est une bonne nouvelle 🙂

    • lub3 aprés avoir bu un verre d’eau de vichy, prenez votre dictionnaire si vous en avez un pour lire la définition du sionisme ça ne vous rendra pas plus intelligent mais un peu plus instruit…

  57. M. Lévy n’avait pas autant de scrupules lorsqu’il d’agissait de diaboliser le guide de la Jamahirya Lybienne…
    Et chez les autres éditorialistes, je n’ai jamais autant entendu parler de présomption d’innocence.
    Que fait Sarkozy ? Suite à ce fait divers, ne devrait-il pas énoncer une loi pour la protection du personnel hôtelier face à des notables imbus d’eux-mêmes, tel le président de l’agence de recouvrement appelée FMI.
    Le FMI viole les nations du grand sud, et son président du personnel hôtelier.

  58. UNE CERTITUDE : UN SEDUCTEUR NE VIOLE PAS.

    La certitude que nous pouvons avoir c’est qu’un séducteur ne viole pas. C’est impossible.

    C’est en contradiction fondamental avec ce qu’il est. Il y mettra le temps qu’il faut, mais il

    obtiendra le désir de celle qu’il convoite. C’est sa raison d’être. Un séducteur prend son

    temps, usera de tout son charme, mais ne peut pas forcer le désir de l’autre. Ce n’est pas dans

    sa logique. Et il séduira qui il admire, et veut être admiré par celle qu’il désire.

    DSK aime les femmes parce qu’il désire être aimé par les femmes. La condition fondamentale

    de la séduction est la liberté de la femme qu’il veut séduire. On peut apporter mille preuves

    qu’il aurait violé. C’est impossible.

    Ce drame qui arrive devant nos yeux est une leçon sur ce qu’est la justice américaine qui offre

    un spectacle de tauromachie. DSK a les yeux d’un animal blessé, transpercé de coups, et

    hagard de la bête sacrifiée qui ne comprend pas ce qu’il lui arrive, ce qu’il fait là, ce

    système froid et cynique sans aucune possibilité de parler, de dire, se défendre.

    Et encore, le toréro prend des risques. Cette juge, avec ses battements de cheveux, ses rires

    déplacés, son intransigeance, exprime ce qu’il y a des plus bas, de plus mesquin, de plus

    minable dans l’esprit démocratique. La démocratie est belle quand elle affirme l’égalité

    fondamentale de tous les hommes. Elle est hideuse quand elle est l’expression du ressentiment

    des faibles, de pauvres, contre les riches. Ce n’est pas par la bassesse qu’on combat la

    richesse et les inégalités. C’est par la lutte et la revendication dignes et non par des

    ricanements de pauvres devant la déchéance d’un homme.

    Le NPA dit qu’il faut de la compassion pour la femme de ménage. Oui il faut de la

    compassion , non parce qu’elle est femme et pauvre, mais parce qu’elle est instrumentalisée

    par des réglements de compte et de vengeance qui la dépassent et auxquels elle ne

    comprendra jamais rien. Oui, pauvre femme qui va servir de bélier à tous les conflits de ce

    monde, à tous les charognards de la politique, à tous ces démagogues qui s’arrogent le droit

    de parler au nom de pauvres, à tous ceux qui ont la haine pour reflexe de propagande.

    Notre plus haut devoir de citoyen est de défendre DSK et de dénoncer cette justice qui

    confond lynchage public, vengeance impitoyable. Le rôle véritable de la Justice qui est le

    respect de tous les êtres humains quelqu’il soit, quoi qu’il ait fait. Sinon la justice est pire que

    ceux qu’elle juge.

  59. Oup’s, je voulais dire les amis de N. Sarkozy ont reçu l’ordre de ne pas jubiler trop vite, et non ceux de DSK , dsl .
    Avec ITélé en fond sonore, pas facile de taper sur son clavier sans être influencée par cette boue déversée au kilomètre depuis deux jours.
    Que la justice américaine soit dure, soit, que la presse française suive le mouvement avec une certaine délectation, là j’enrage.
    Ce que subit DSK depuis deux jours est une monstruosité, encore + venant de la part des médias de son pays la France, je ne soutenais pas ce Mr au PS, d’ailleurs je ne soutiens personne et je me demande même si j’irai voter en 2012.
    Wait and see !

  60. Pas mal ce billet Mr BHL, et pour une fois sans le terme « munichois ».
    On attendrait néanmoins un peu plus d’éclaircissements de la part de Mr BHL, et pas seulement ce survol sympathique et ce soutien assez timide pour son ami DSK, quand je dis éclaircissements je veux par là regretter de ne lire qu’un résumé de tout ce que l’on lit ailleurs sous la plume des amis de DSK, hormis la peut-être explication du n° de suite qu’occupait DSK.
    Gérard de Villiers chez Taddeï hier soir nous a raconté que la juge qui a envoyé DSK à Rikers Island est une farouche protestante républicaine. Est-ce le cas ?
    Si cela est avéré, cela expliquerait peut-être son refus de laisser DSK libre contre le versement d’une caution.

    Troublant aussi chez Calvi dans Mots Croisés hier soir d’entendre certains invités vanter les mérites d’un DSK  » social » à la tête du FMI , alors que la plupart des médias français nous le décrivaient depuis des mois plutôt comme un affameur du peuple grec.
    Aucun des candidats PS n’est à mon goût pour 2012, pas même DSK, encore plus douloureuse est l’ angoisse de voir N. Sarkozy réélu en 2012.

    Voir tous nos médias se rouler dans la fange de cette histoire DSK me rend malade, les chaînes d’info qui passent en boucle les images d’un homme dans la tourmente me donnent carrément envie de vomir !
    Les amis de DSK ont reçu l’ordre de ne pas jubiler trop vite, on sent quand même qu’ils auront du mal à se retenir encore longtemps de le faire .

    Carla Sarkozy n’ a même pas pu annoncer clairement qu’elle était enceinte au JT de 13 h de son nouvel ami à plat-ventre JP Pernault, la pauvre ! LOL
    Faut qu’il fasse gaffe JPP, il va finir par être obligé de se brosser les dents au canard WC après avoir tant lêché.
    Pour finir le job et annoncer enfin la future naissance du Dauphin tant espéré avant 2012, Closer et Paris-Match vont devoir faire le job à un moment plus opportun .

  61. Comme c’est parti, les Americans vont surement vouloir nous l’echanger contre Polanski.
    Faudrait peut etre envoyer Jamel comme temoin.

  62. Class A Misdemeanor

    The penalty for a Class A misdemeanor may include a fine up to $10,000, or imprisonment for up to 9 months, or both; however, for a repeat offender, the term of imprisonment may increase up to 2 years.

    S 130.52 Forcible touching.
    A person is guilty of forcible touching when such person
    intentionally, and for no legitimate purpose, forcibly touches the
    sexual or other intimate parts of another person:
    1. for the purpose of degrading or abusing such person; or
    2. for the purpose of gratifying the actor`s sexual desire.
    For the purposes of this section, forcible touching includes the
    squeezing, grabbing or pinching of such other person`s sexual or other
    intimate parts.
    Forcible touching is a class A misdemeanor.

    EFFECTIVE FORCIBLE ORAL INTERCOURSE WOULD MEAN MUCH MORE THAN THIS

    • et la sanction prévue en cas de corruption et de dénonciation calomnieuse ???

  63. Il est bien évident que nous sommes dans le temps « béni » de ceux qui diffament et se réjouissent à salir. Le temps de la justice et de l’établissement de la vérité va venir. Trop de zone d’ombre pour que chacun de nous se fasse une opinion ou ai une conviction pertinente. En tout état de cause, chère Agnès, la vérité est nécessaire à nous tous, que vous soyez une femme et que l’on évoque un crime sexuelle dirigé contre une femme ne vous donne aucune prérogative sur la vérité. Ne transformons pas ce cet immonde évènnement, vrai ou faux en un combat des femmes contre les hommes, des puissants contre les faibles. Il n’y a pas de questions autour de la défense des femmes, mais d’un crime prouvé ou non

  64. Je ne pourrais pas me permettre d’accuser sans savoir, mais je ne pourrais pas me livrer non plus à l’exercice facile d’une théorie du complot qui verrait Michael Jackson et Elvis Presley déjeuner ensemble au café de flores.

    Monsieur Bernard Henri Levy est un homme d’une extrême intelligence mais son discernement semble souvent être altéré quand il s’agit de ses amis.
    On se souvient de son soutien sans borne à son ami Roman Polanski.
    Cet ami sans qui Dominique Strauss Kahn aurait pu éviter une incarcération.

    Monsieur Bernard Henri Levy, en veut à la terre entière dans sa lettre ouverte mais ne semble pas se soucier de l’éventuelle victime, la femme de chambre de l’hôtel Sofitel.

    Je tiens à préciser que Dominique Strauss Kahn est pour moi un homme que j’ai toujours admiré, d’une extrême intelligence et qui a toujours exercé ses fonctions de manière exemplaire.

    Cependant la parole d’une femme de chambre afro-américaine aurait elle moins de valeur que celle d’un haut dignitaire aussi brillant soit il ?

    La lettre de Monsieur Bernard Henri Levy est pour le moins contradictoire, en effet d’un côté il trouve scandaleux que Monsieur Dominique Strauss Kahn soit compte tenu de son statut un justiciable comme les autres et de l’autre je cite « Dominique Strauss-Kahn en tête, avaient commencé de mettre en œuvre des règles du jeu moins clémentes aux puissants, plus favorables aux nations prolétaires et, au sein de celles-ci, aux plus fragiles et aux plus démunis. ».

    La justice américaine est telle qu’elle est, Monsieur Bernard Henri Levy n’a pas à juger une justice qui n’est pas la sienne, et son courrier ne changera en rien le fonctionnement de cette dernière. On se souvient de Michael Jackson et de Bill Clinton , ils étaient américains pourtant et ils n’ont pas été épargnés.

    Je ne me livrerais pas non plus à la conclusion hâtive qu’il n’y à pas de fumée sans feu.

    Cependant sur internet j’ai pu retrouvé un post daté pour le moins surprenant :
    http://mixbeat.com/forum/topics/2334900:Topic:6521?commentId=2334900%3AComment%3A41812
    je cite : « DSK habitué de parties fines organisées par une actrice porno spécialisée dans le porno féministe. Cette rumeur n’est appuyée d’aucune anecdote, ni de faits particuliers. La source est proche de l’actrice en question. Je suis plutôt étonné parce que je ne savais pas qu’il existait une branche féministe dans le porno hexagonal. D’autres rumeurs, mais de NYC cette fois. Vous savez tous le goût fort prononcé de George Clooney pour les serveuses de restaurant. Eh bien, pour DSK, son fantasme, c’est les femmes de ménage des hôtels de luxe. A ce propos, une rumeur parle d’actes sexuelles rémunérés avec des femmes de ménage, vous savez celles qui viennent défaire le lit pour préparer la chambre pour la nuit. Rumeurs ou pas, comme sa femme sait qu’il n’y a jamais de fumée sans feu, Anne Sinclair lui a collé une thérapeute aux basques pour des séances de contrôle de soi et de maîtrise qui, selon une source proche de DSK, semblent porter des fruits »
    Je tiens à transmettre à la famille de Monsieur Strauss Kahn tout mon soutien dans ce difficile moment, et je voudrais souhaiter bon courage à Monsieur Strauss Kahn ainsi qu’à la femme de chambre de l’hôtel car selon moi cette affaire n’aura fait que des victimes.

    • monsieur s’informe (sic) auprés de mixbeat site bien connu pour ses ragots de la droite palermitaine parisienne. Vous devriez enseigner dans des écoles de journalisme

    • Enfin une réponse au réel problème , dommage peu de gens pourront la comprendre, merci a vous deux…

  65. Monsieur Levy,

    En lisant une news sur Boursorama (http://www.boursorama.com/forum-gold-index-usa-faillite-imminente-408660559-1), il m’est venu une idee sue cette info:

    ….lundi (16 Mai), la dette américaine devrait toucher son plafond – déjà relevé en janvier dernier -, fixé à 14.294 milliards de dollars, et à partir duquel les États-Unis ne pourront plus emprunter. …
    c’etait l’info a cacher pour donner le relai au FMI a l’ americain John lipsky ? De plus aujourd’hui tous les grands argentier de la zone se reunit (sans DSK in fine) pour objectif de gerer la gestion de la dette portugaise et grecque.
    Donc: DSK en taule c’est un americain au FMI. eviter la faillite, un trublion en moins, une europe decapitee de son plus grans economiste, et une europe gangrenee avec une Grece et un Portugal a l’agonie …bref apparement DSK en taule c’est bon pour l’Amerique!

  66. Votre courage de défendre ceux qui sont en train de se faire lyncher force le respect. Polanski, DSK. Et toujours parmi les premiers.

  67. BHL ps: Pourquoi DSK n’a-t’il pas laissé $3000 derrière lui plutôt qu’un mobile, en les rapportant un agent se serait trahi DSK arguant les avoir laissés pour decouvrir l’agent ennemi, une femme de chambre aurait nourri ses gosses, un agent voleur ne réussira pas.

    un portable c’est minable, la police c’est respectable à tout le moins du point de vu des honnêtes gens qui savent un peu de tout à en croire Aristote.

    JPWK

  68. Tout doit sans doute dépendre du point de vue au sens littéral.

    Pour le petit peuple dont je suis, c’est un miracle de la justice immanente.

    Qu’une petite femme de ménage noire fasse vaciller le puissant quand le Fmi met les peuples à genoux et notamment les peuples les plus humbles et les plus humiliés;

    Qu’une petite femme de rien du tout puisse mettre à terre celui qui se vautre ostentatoirement dans le luxe et la luxure;

    Q’une petite Cendrillon renvoie ceux qui se prennent pour D.ieu à tous les diables;

    Quel impitoyable et irrépressible retour des choses.

    Petit bout de femme, vous êtes toutes les femmes à vous seule, mère des hommes, qui les veulent libres !

  69. J’ai regardé toute la journée les diverses chaînes TV (CNN, France 24 etc ..;etc…)
    Il est honteux de passer en boucle des images comme celles de cet après midi en France (DSK menotté, dans un état de fatigue, barbu, manteau descendant sur l’épaule)….alors que nous n’en sommes qu’à une situation de présomption …;et non de culpabilité. Quoi qu’il en soit, tout être humain a droit à un peu de dignité…ce qui n’a absolument pas été le cas avec ces journalistes et photographes américains, avides de sensations fortes !!!
    La honte, l’indescence par rapport à un homme qui pour l’instant reste un innocent et une personnalité qui a beaucoup oeuvré dans son cadre professionnel !

    • Et bien Noëlle il suffit de …. l’éteindre votre télé si ce qu’elle diffuse est tellement honteux! Ou a la rigueur la débrancher et la jeter!

      Ou encore mieux … ne jamais en acheter! C’est ce que j’ai fait et c’est plutot efficace.

      Une chose est claire, aucunes conclusions ne peut être tirée au vue de ce que le grand public possède comme infos!

      « J’en veux à tous ceux qui accueillent avec complaisance le témoignage de cette autre jeune femme, française celle-là, qui prétend avoir été victime d’une tentative de viol du même genre ; qui s’est tue pendant huit ans ; mais qui, sentant l’aubaine, ressort son vieux dossier et vient le vendre sur les plateaux télé. »

      Vous n’avez pas honte de dire ça!!!!

      Pour ma part j’étais au courant de cette histoire depuis quelques années, comme beaucoup d’autre d’ailleurs!! Malheureusement la mémoire sélective a l’air d’être une réalité chez vous !!

  70. Bravo Monsieur, c’est la première chose sensée que je lis depuis que cette affaire a éclaté…..Je ne suis pas française mais je suis dégoûtée de voir comment les médias et politiques jettent en pâture un homme sur des soupçons. Condamner sans connaître la vérité, fantasmer, en rajouter, tenter de se faire médiatiser sur le dos d’une personne sans connaître la vérité est à la portée du premier idiot venu. Mais avoir un minimum de décence, de respect pour l’être humain, je ne le vois plus que très rarement. Où va l’Homme ?

  71. « …le témoignage de cette autre jeune femme, française celle-là, qui prétend avoir été victime d’une tentative de viol du même genre ; qui s’est tue pendant huit ans ; mais qui, sentant l’aubaine, ressort son vieux dossier et vient le vendre sur les plateaux télé. »

    Ce passage-là, Monsieur Bernard-Henri Levy, est tout simplement ignoble et discrédite tout le reste de l’article, par ailleurs défendable.

  72. Bonjour,

     » Si cette femme est un agent DSK mérite la prison, she is a working woman whom had to endure him, if she is a maid the fact he deliberately forgot a mobile phone was to accuse her just in case she was a stupid maid he would have paid for sex with the said phone unless smoke is from nowhere « .

    JPWK

    celui qui ne se maîtrise est comme une ville sans porte et sans verrou, on s’empare de lui.

  73. Merci pour lui. Simplement. Hideux spectacle que de voir qu’aussi bien à gauche qu’à droite l’on se presse de tirer profit de la situation.

  74. je me sens très proche de vous, monsieur de votre sentiment et de votre analyse.

    merci,

    mais je suis une femme et je veux savoir la verité .

  75. J’en veux à BHL de découvrir aujourd’hui la présomption d’innocence alors qu’au procès Zehah il s’en faisait fi.
    J’en veux à BHL ce commentaire atroce, sordide et inhumain sur Mme. Tristane Banon.
    J’en veux à BHL de fustiger la justice américaine lui qui écrivit « l’anti-américanisme est une métaphore de l’antisémitisme ».
    J’en veux à BHL car je sais qu’il ne répondra pas à ce commentaire. Le lira-t-il seulement ?

  76. nemo legem ignorare censetur! Bien avant tout, il est justiciable comme les autres (Clinton, Michael Jackson) etc. on ne peut en vouloir tout le monde à cause d’un acte répréhensible par la loi, commit par un ami.

  77. Tu ne sais pas ce qui s’est passé dans cette Hôtel New-yorkais? Ben la réponse est claire:
    1 DSK a sauté sur un femme de chambre, dans l’intention de la violer… Et heureusement qu’elle a pu prendre fuite et alerté la police.
    2 On n’a pas besoin d’écouter DSK pour comprendre et celui le l’accusé en plus.

  78. Si c’est d’un homme incapable de renoncer à satisfaire ses appétits que l’on cherche à se protéger, comment cet homme en passe de conquérir les plus hautes charges nationales de son pays, pourrait-il risquer de perdre son emprise sur toutes choses pour quelques minutes de plaisir? Plausible sans doute s’il s’agissait d’une marionnette aussi bestiale que bête, mais de l’un des plus brillants économistes de la planète? Est-ce vraiment de l’aveuglement que d’imaginer alors possible que cet homme, qui parle de régulation économique, puis de gouvernance mondiale, puisse avoir suffisamment inquiété ceux qui en pâtiraient le plus pour qu’ils aient tout mis en œuvre dans le but d’empêcher leur cauchemar ambulant d’accéder à la tête d’une nation depuis laquelle son intelligence portée par son charisme lui permettrait de piloter un continent entier? Un homme autour duquel tournoie un tel essaim de ripostes latentes ne devrait-il pas bénéficier davantage que tout autre de ce doute cartésien, dont nous sommes si fiers? Sommes-nous vraiment en train d’entrer dans cet âge de déraison où la seule parole d’une femme suffira à pulvériser une existence faisant obstacle à nos propres projets? Cela va-t-il devenir aussi facile que cela? Quelle bonne nouvelle!

  79. Merci d’écrire ces propos, dignes et intelligents !
    Il est si nécessaire que de telles positions soient prises !
    Elles devraient s’imposer, mais pourtant en s’imposent pas.
    J’entends trop de gens autour de moi, même des amis,
    Condamner sans savoir, fantasmer, se défouler…
    Quelle que soit la vérité, encore inconnue,
    Je ne serai fier que d’être resté prudent,
    Car cette attitude est la seule honnête,
    Merci de votre courage bienvenu

  80. OK pour la presomption d’innocence, OK pour les critiques de ceux qui comdamnent deja, mais ecrire quelque chose comme ca est hallucinant:
    « J’en veux, ce matin, au juge américain qui, […] a fait semblant de penser qu’il était un justiciable comme un autre.

    Oui Monsieur Henri-Levy, DSK ets un justiciable comme un autre, absolument. Comme vous. Comme moi. Si ce n’est le cas, il faut refaire la revolution. Je suis un chef d’entreprise, c’est un boulot comme un autre, je suis justiciable. Il est directeur du FMI, c’est un boulot comme un autre, il est justiciable.

    Monsieur Henri-Levy, etre mediatique est un choix, certain le font, pas d’autres, mais ca ne veut pas dire que DSK ou vous-meme faites parties d’une elite. Avez-vous attrape la grosse tete? Vous etes justiciable comme tout le monde, et personne n’est indispensable sur cette terre…

    Merci de corriger vos propos,

    Lecteur, (qui n’aime pas etre mediatise, et donc prefere reste anonyme)

    • Je ne suis pas certain que vous ayez bien saisi le propos.

      Non, DSK n’est pas un justiciable comme un autre. Si vous aviez été arrêté, sauf votre respect, il n’y aurait pas eu 30 photographes pour immortaliser votre désarroi au sortir de 30 heures d’audition, Il n’y aurait pas eu non plus plusieurs millions de personnes à se repaître de votre mine hagarde. Il n’y aurait pas eu enfin négociation avec les photographes (photos du présumé innocent, à condition que personne ne cherche à photographier la présumé victime.

    • Bravo cher lecteur anonyme!
      Monsieur Bernard Henri-Levy, descendez de votre piédestal, remettez les pieds sur terre ! Apparaître dans les médias n’est pas un paratonnerre à la justice ! C’est ignoble de votre part d’accuser cette jeune femme de « sentir l’aubaine », vous pardonnez le viol et c’est intolérable !

    • « L’image publique » ne fait pas partie de votre métier a ce que je saches. Cette « image » est un outil dans certains métiers comme la voiture peut l’être pour un chauffeur de taxi. A ce titre, il est normale qu’une personne publique, puisse prétendre, tant qu’elle n’est pas jugée coupable de protéger cette image.

    • L’anonymat est tellement plus facile n’est ce pas ? Une façon de ne pas s’impliquer tout en s’impliquant ?

  81. Ca fait 30 ans que tout le monde sait que DSK est un pervers incontrôlé.

  82. merci pour cette intervention monsieur Bernard Henri Levy et j’enrage de ce que je découvre dans cette presse américaine, dite sérieuse de caniveaux de cette amérique que j’aime et que je vomie désormais qui s’est ligué contre un homme à terre. .e sont eux les monstres : il faut sauver le soldat DSK…

    • non mais on croit rêver !!! qui est la victime ??? dans cette affaire la victime n’est pas ce « pauvre  » DSK c’est la jeune femme qui n’a fait que son boulot doit elle subir des viols sous prétexte que ce « monsieur » s’appelle DSK et qu’il est patron du FMI ?? on croit rêver le jour ou votre fille se ferra violée on en reparlera le « pauvre  » DSK a dèjà fait au moins une tentative de viol sur une journaliste Mme tristane banon alors avant de raconter des conneries dans le genre que celles que vous étalez sans vergogne renseignez vous et puis fermez là çà vous changera ….

  83. Tout est dit ! Je vous rejoins sur 100 % des points (mis à part que ce n’est pas mon ami depuis 25 ans ;-)).

  84. Ne croyez pas Mr BHL que les victimes ne se taisent pas, ne soyez pas surpris que certaines attendent des années pour dénoncer un des pires crimes qui existe ici-bas, ne croyez pas que parce qu’on n’a rien dit, nous ne sommes pas victimes,je suis une survivante,j’aimerai pas que votre discours puissent encore discréditer toutes ces femmes qui oseraient un jour dénoncer leur bourreau, la seule chose qui me désole c’est qu’il y ait un délai pour ce crime qui est de dix ans hors il faut parfois plus de dix ans pour oser parler….maintenant dans le cadre de cette affaire ,il reste la prudence des propos,des réactions aussi,moi je ne me prononce pas, je n’y étais pas non plus…..

  85. message d’un « chien »: laissez donc faire la justice et on verra si la femme de ménage et la jeune écrivaine (qui avait déjà témoigné il y a quelques années) mentent. Pour ma part ce sont deux personnes que je ne connais pas, je suis donc fondé à les croire…

    • Votre dernière phrase pose question… Vous etre fondé à croire ceux que vous ne connaissez pas… D’aucuns pourraient en déduire que vous être crédule. Faut-il également comprendre que vous ne croyez pas ceux que vous connaissez… Je m’y perd…

  86. STRAUS KHANN est forcément innocent pour BHL ; à quand le prochain billet sur le harcèlement subi par DSK ?

  87. Merci Bernard pour cet article. Je ne fais pas de politique mais je suis convaincue que le monde tournerait plus rond si le mot « dignité » était assimilé par tous.

    • Respectons la dignité et des accusés et des victimes.
      La médiatisation de la chose nuit aux deux.

  88. Monsieur BHL, j’ai pour votre plume et votre courage le plus grand respect. Merci pour ce post.

1 2