Quelques mots brefs, à l’heure où Ben Ali semble avoir quitté le pays, sur les derniers développements du soulèvement tunisien.
D’abord ce discours du Président apparemment vaincu qui disait entendre les revendications de son peuple et semblait vouloir lâcher du lest. Plusieurs fois au cours de son discours, le Président tunisien a répété « Je vous ai compris » semblant donner son aval pour que la Tunisie change et poursuive vers plus de libertés.

 

Sur la blogosphère, on lit que le publicitaire Jacques Seguela aurait porté main forte au Président dans l’écriture de son discours. Il est vrai que l’inspiration pseudo gaullienne n’échappe ici à personne : le « je vous ai compris » constitue une pauvre mais habile formule rhétorique poursuivant un double objectif: d’abord tenter de calmer une population en « clarifiant » une position. Ensuite, feindre de rendre des comptes et promettre des avancées significatives. Pour les démocrates de Tunisie et d’ailleurs, cette allocution présidentielle fut une première victoire ! Voila bien la preuve que le pouvoir peut plier. Lorsque ce dernier subit la pression d’un peuple qui se soulève et demande plus de droits, il n’a, en définitive, d’autre choix que celui de l’écouter. Ben Ali a eu raison de ne pas rester sourd à l’appel du peuple qui gronde. Même si, malheureusement pour lui, il l’a sans doute fait trop tard… Il n’est pas comme on l’entend trop souvent en France, un tyran sanguinaire, un « Ceacescu des sables ». Cette dernière formule est stupide car, tout de même, entre la Roumanie du Conducator et la Tunisie de Ben Ali, il y avait une certaine marge. Je suis d’accord avec Laurent Joffrin lorsqu’il écrit : « Il est donc temps d’appeler un chat un chat et Ben Ali un despote archaïque. » Je ne le suis plus du tout lorsqu’il s’emballe et voit en la Tunisie « une Corée du Nord méditerranéenne. » Un peu de mesure et, de grâce, pas de raccourcis simplificateurs! Ben Ali n’affamait pas son peuple : on ne meurt pas de famine dans les rues de Sousse, Sfax et Tunis. On n’y ambitionne surement pas de construire la bombe atomique. Les Tunisiens ne vivent pas en autarcie. Il y avait, il y a, des progrès à faire mais assurément le pire est ailleurs…

Dans son discours dernier, Ben Ali a promis la liberté de la presse et la fin des mesures de blocage de sites internet. Ici, à la Règle du Jeu qui fut censurée lorsqu’elle exprimait son soutien au peuple tunisien, nous nous sommes aussitôt réjouis de cette declaration et, quel que soit l’ordre politique qui sortira de l’actuelle confusion, nous serons particulièrement attentifs au respect de ces promesses. Les mots du chef d’Etat tunisien font d’ailleurs écho à l’appel lancé jeudi soir par Bernard-Henri Lévy via Twitter, réseau social où le philosophe exhortait les hackers à pirater et bloquer les sites internet officiels tunisiens. Là aussi, la preuve est faite que tous les pouvoirs sont soucieux de l’image qu’il renvoient d’eux-mêmes, les deux blogueurs arrêtés la semaine dernière ont été relâchés juste après l’allocution présidentielle. De même, Jeudi soir, le portail dissident nawaat.org était accessible tout comme l’étaient les plateformes d’échanges vidéo que sont Dailymotion et Youtube. Voilà qui etait de bon augure. Voilà également deux leçons données par les défenseurs des droits de l’Homme :
1/ La mobilisation, même virtuelle, fonctionne.
2/ Le soutien, même lointain, change la donne.

Il faut maintenant voir si tout cela calmera la colère de la rue. Aujourd’hui encore, selon nos informations, on tirait à balles réelles sur la foule pacifiquement rassemblée. Cela doit cesser ! Une autre menace, cette fois interne au soulèvement populaire, grandit. Une menace qui appelle notre attention et doit être surveillée : celle du vandalisme. Les Tunisiens qui aujourd’hui suscitent l’admiration auraient tout à perdre s’ils tombaient dans cet écueil. Evidemment on ne fait pas la révolution en restant propret, mais enfin, le soulèvement populaire trouve désormais un écho favorable partout où les progressistes se rassemblent et il serait dommage de perdre ce fabuleux crédit dans des pillages indignes. La révolution de Jasmin, ce mouvement spontané de révolte, n’a pas de leader mais doit désormais choisir une direction politique. Amis tunisiens, le monde vous regarde !

10 Commentaires

  1. Brèves Tunisie : les 40 voleurs,
    intérêts US et israéliens,
    désordre organisé…
    – Français – Analyses et témoignages – Afrique –
    Date de mise en ligne : jeudi 20 janvier 2011
    Brèves Tunisie : les 40 voleurs, intérêts US et israéliens, désordre organisé…
    Dernières infos de Tunisie : Pourquoi les Etats-Unis ne voulaient plus de Ben Ali ? La révolution sera-t-elle trahie ? La seule démocratie du Moyen-Orient n’aime pas la concurrence. Les amis de Ben Ali sont sur Facebook.
    Devinette
    Ben Ali Baba saute dans l’hélico, qu’est-ce qui reste ? Les quarante voleurs.
    « Je tiens Ben Ali au courant »
    « Ce même premier ministre dans une déclaration sur France 24, dont on peut voir la vidéo a clairement reconnu « tenir Ben Ali au courant de ce qui se passe dans le pays » dans son lointain exil saoudien. (…) Il apparaît, au vu des déclarations « d’officiels américains », que ces derniers ne sont pas totalement « étrangers » au scénario auquel nous avons assisté ces dernières soixante douze heures.
    SOURCE : l’Etoile Nord Africaine Anticapitaliste, 17 janvier
    Les intérêts des USA
    La faute de Ben Ali se trouve sans doute résumée dans un rapport rendu par la Fondation américaine « Heritage », influente boîte à idées où puisent les dirigeants US, qui ne fait pas mystère de ses orientation ultra-libérales et ultra-conservatrices. Au mois d’aoï¿1⁄2t dernier, celle-ci fustigeait le « capitalisme de copinage » (crony capitalism) du régime de Tunis comme… une entrave à l’entrée des capitaux étrangers, des marchandises étrangères, et surtout des investissements américains. La fondation adressait en revanche ses louanges au régime du Maroc, « plus avancé sur la voie des libertés économiques ».
    SOURCE : http://www.temoignages.re/l-ombre-des-etat... [http://www.temoignages.re/l-ombre-des-etats-unis,47743.html],47743.html
    Ben Brik : « Je men sens trahis »
    « La révolution dont je suis l’un des pères est trahie ». L’une des figures les plus illustres de l’opposition tunisienne, Taoufik Ben Brik, n’a pas caché son amertume lundi soir sur Europe 1 après l’annonce de la composition d’un gouvernement de transition qui, avec 6 postes clefs dont celui de Premier ministre, fait la part belle à l’équipe sortante. « J’ai eu un moment de liesse mais il est retombé. J’ai à présent un sentiment de désespoir et de détresse. On a coupé la tête mais le canard court toujours ».
    SOURCE : Europe 1, le 17 janvier 2011 à 22h27.
    « La démocratie est un danger pour Israël »
    Copyright © Investig’action – Michel Collon – Presse alternative dédié au décodage des médias et analyse de la mondialisation Page 2/5
    Brèves Tunisie : les 40 voleurs, intérêts US et israéliens, désordre organisé…
    Le vice-Premier ministre israélien Shalom (né à Tunis) a exprimé son appréhension : « Ce qui s’est passé en Tunisie pourrait mener à une forte recrudescence au pouvoir de manière démocratique dans d’autres pays arabes, ce qui constituerait une menace à la sécurité d’Israël. Il se pourrait que des régimes élus démocratiquement et qui détestent Israël, aient un impact important sur la menace de la sécurité d’Israël. »
    SOURCE : http://www.echoroukonline.com/fra/internat... [http://www.echoroukonline.com/fra/international/7696] Ben Ali derrière les désordres
    « J’accuse Ben Ali d’avoir prémédité le désordre et l’anarchie avant son départ. Je l’accuse d’avoir choisi la politique de la terre brï¿1⁄2lée en établissant une stratégie en trois phases », dit M. Hadda, ambassadeur démissionnaire à l’Unesco. « Il a donné des armes et beaucoup d’argent à sa garde rapprochée et à ses fidèles afin qu’ils provoquent la guerre civile dès son départ de Tunisie. ». « Ce plan criminel et machiavélique n’avait qu’un seul objectif : reprendre le pouvoir », accusant Ben Ali de « téléguider, par téléphone, les opérations jusqu’à ce jour et de faire passer ses crimes actuels pour des crimes commis par les islamistes et l’opposition de gauche ».
    Symptomatique pour toute l’Afrique
    « Ce qui s’est passé en Tunisie est vraiment symptômatique d’une maladie qui ronge la plupart des pays en développement qui ont adopté, pour leurs perspectives économiques, les solutions du FMI et de la Banque mondiale. C’est-à-dire, ils ont opté pour développer leur économie sur l’exportation et l’attrait de l’investissement étranger. Et dans cette optique, la Tunisie est parvenue à être classée parmi les pays en phase d’émergence. Mais, avec quelles conséquences ? Une paupérisation extraordinaire et une fermeture politique inimaginable. » Ibrahima Sène, agronome et chargé des questions économiques du Parti de l’Indépendance et du Travail (Pit) du Sénégal.
    SOURCE : L’Observateur (Sénégal), 17 janvier.
    Les amis de Ben Ali sont sur Facebook
    Qui a déclaré ? « J’ai dit à mes amis tunisiens que je connais les efforts qu’ils font pour que la société soit juste, prospère – elle l’est malgré la crise -, moderne, qu’elle respecte le droit des femmes et qu’elle respecte les droits de l’Homme. Je le sais et je les félicite. »Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères et européennes, à Tunis, le 16 avril 2010. ( 23 ans de dictature de Ben Ali. 23 ans d’émouvantes déclarations de ses amis français et européens. Retrouvez citations et vidéos des amis de Ben Ali sur le « Mur de la Honte » : http://www.facebook.com/pages/Ben-Ali-Wall... [http://www.facebook.com/pages/Ben-Ali-Wall-of-Shame/185493794812423?v=wall]
    [http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc4/hs1384.snc4/163646_185495101478959_185493794812423_590904_2 566788_n.jpg]
    Des comités citoyens, une commission d’enquête, une assemblée constituante
    Copyright © Investig’action – Michel Collon – Presse alternative dédié au décodage des médias et analyse de la mondialisation Page 3/5
    Brèves Tunisie : les 40 voleurs, intérêts US et israéliens, désordre organisé…
    « Le Parti du Travail Patriotique et Démocratique salue le peuple de Tunisie pour l’œuvre grandiose qu’il a réalisée. Aujourd’hui, après la fuite du tyran et la chute des éléments les plus extrémistes de son système, le Parti tient à mettre l’accent sur les tâches et les points urgents suivants : Soutenir et élargir les « Comités Citoyens de défense civile » qui ont été constitués dans les quartiers pour protéger les citoyens et assurer la sécurité des personnes et des biens. Créer rapidement un comité national d’enquête sur le recours aux tirs à balles réelles ; poursuivre les responsables… ; démettre les préfets, sous préfets… Créer rapidement un comité national d’enquête sur la corruption et l’enrichissement illégal, et lui donner tous les moyens de poursuivre ceux qui ont agi de la sorte, d’exproprier les biens acquis de façon illégale et de restituer les biens saisis à leurs propriétaires. Créer rapidement un comité national de fondation démocratique, pour rompre avec le système inique qui a prévalu de 1955 à 2011, et fonder un nouveau système qui garantit les libertés, offre les garanties d’élections sincères, et consolide les acquis progressistes que le peuple a obtenu grâce à ses luttes. » (…)
    Tunis, 16 janvier
    Incroyables socialistes !
    « La veille du jour où Ben Ali quitta la Tunisie sous les cris de haine de tout un peuple , l’Internationale socialiste publia la déclaration suivante : « L’IS fait appel au gouvernement tunisien d’agir immédiatement pour répondre de manière constructive et positive aux exigences du peuple dans les rues pour les libertés, les opportunités et d’être maître de leur destin, ainsi que de saisir ce moment pour établir les bases d’une société plus inclusive et juste pour tous les Tunisiens. L’Internationale Socialiste se tient prête à collaborer avec toutes les forces politiques et sociales en Tunisie dans cet effort. » On croit rêver : la veille du départ du dictateur, l’IS n’a pas un mot de critique contre lui et en appelle encore à son gouvernement pour résoudre la crise. Et c’est logique : le Rassemblement constitutionnel démocratique du désormais ex-président Ben Ali est de toute éternité « membre de plein droit » de l’Internationale socialiste.
    SOURCE : Henri Goldman http://blogs.politique.eu.org/La-Tu… [http://blogs.politique.eu.org/La-Tunisie-et-la-social-democratie]
    Les articles publiés sur michelcollon.info [../] sont libres de droit. Vous pouvez les reprendre sur vos blogs ou sites sans oublier de mentionner la source et l’auteur.

  2. pourquoi cette peur de ce qui est arrivé chez nous.
    Arrêtez, s.v.p,cette constipation et soyez cool .(vos politiques vous mentent et vos médis ne vous montrent que ce qu’ils veulent vous montrer )
    Nous sommes au début du chemin de la liberté et de la démocratie .
    Ce qui est sur, c’est qu’on ne va pas « revenir en arrière », ni s’arrêter là.
    A bon entendeur……

  3. D’abord, l’Algérie ! Personne n’en parle, parce que certains ont intérêt à ce que le peuple algérien reste esclave des banksters, comme les tunisiens, mais tous ces citoyens qui s’immolent (encore un hier) auront raison de l’hypocrisie de la France et des autres pays « développés ».

  4. Les dernières promesses de Ben Ali étaient celles qu’il avait déjà formulées en 1987, heureusement, chat échaudé craint l’eau froide, et le peuple tunisien n’en n’a pas été dupe. Il reste à ne pas se faire voler cette victoire par les vieux crocodiles encore au pouvoir !

  5. Quand on tire à balles rèelles sur des pacifiques, qui condamne ces meurtriers…?

  6. Bravo oui !Mais mnt quelle suite ! Une vraie démocratie ?Ou le relais des religieux et un nouvel enfer pour ce peuple et par ricochet pour nous ? Pour moi ,quand je regarde, et que je constate culturellement et cultuellement le magreb j’ai vraiment un doute sur une politique juste et démocratique !

  7. j’espère qu’il ne vont pas subir les islamistes, comme ce fut le cas en Algérie, il y a déjà 20 ans