Depuis deux jours circule sur Internet une pétition critiquant vivement la politique israélienne intitulée « Appel à la raison ». Voilà qui est banal.

Ce qui l’est moins, c’est qu’elle a pour origine non des antisémites mais des juifs, et parmi ceux-là, des sionistes issus de toute l’Europe. Situé dans le sillage de Jstreet, la plateforme alternative lancée des juifs américains, il s’agit d’un ovni que l’on n’attendait plus : une critique mordante de la politique de colonisation émise non par des détracteurs mais par des admirateurs d’Israël, au premier rang desquels Bernard-Henri Lévy, Alain Finkielkraut, Dominique Moïsi, et ceci certainement pas dans le but de sa destruction, mais bien au contraire de sa préservation à long terme en tant qu’état juif et démocratique.

A peine cette initiative a-t–elle été dévoilée qu’elle a été contestée – et en quels termes !- par différents leaders et intellectuels communautaires.

Les initiateurs de Jcall – c’est le nom de l’appel – ont été traités de « call girl » et plus souvent de « traîtres ». La campagne a été aussitôt qualifiée de « mauvais coup » ou de « coup de poignard » dans le dos d’Israël. Pire, certains y ont vu une pièce maîtresse dans le processus de délégitimation de l’Etat hébreu alors que c’est précisément l’inverse. C’est pour y faire échec que cette initiative a été lancée…

Bien sûr, je comprends la position traditionnellement légitimiste des communautés juives de diaspora, mais un soutien qui est acquis par avance ne vaut rien, ne pèse à rien et amène ceux qui s’en font les chantres à dire demain le contraire d’hier ; car si une chose est certaine, c’est qu’à Jérusalem les majorités et les idées sont fluctuantes.

En outre, il y a davantage qu’un paradoxe à soutenir que le gouvernement israélien a été élu démocratiquement et à s’interdire toute critique de ce fait. La démocratie, c’est bien sûr l’élection mais aussi et surtout le débat, fut-il vif et chacun sait qu’il ne l’est nulle part davantage qu’à Tel-Aviv.

Enfin, il ne faut jamais oublier que même quand les sionistes, qui n’étaient pas encore des Israéliens, se battaient contre la puissance mandataire turque puis britannique en Palestine, le sionisme était déjà divers et démocratique. Dire le contraire, reviendrait à oublier ce qui fait le sel et la grandeur de cette idéologie si communément décriée.

Ceux qui aujourd’hui hurlent à la trahison doivent être trop jeunes ou pas assez instruits des dialogues et des colères qu’ont échangé en leur temps Nahum Goldmann, alors président du Congrès juif mondial et David Ben Gourion, Premier ministre israélien, déjà sur la question de la paix et des territoires.

La diversité qui caractérise la nation israélienne, le monde juif doit la revendiquer pour lui-même pour qu’il puisse y être débattu de tout, à  légitimité égale, sans que les uns soient traités de fascistes et les autres d’antisionistes car nulle part, il doit être dit que celui qui questionne est moins pertinent que celui qui affirme.

31 Commentaires

  1. chacun a le droit de criquer un gouvernement. mais là, c’est le minuscule etat d’israel, son peuple, qui sont tout le temps montrés du doigt.quand on constate l’etat du monde, de nos soit disants democraties,les massacres(avec notre indifference ou notre complicité),les guerres inter etnhniques ravageuses, les medias et les intellectuels de salon n’ont les yeux que sur Israel, que sur les « PAUVRES Palestiniens »que nous couvrons d’argent et d’aides avec nos impots,qui apprennent a l’ecole à leurs enfants que seul un juif mort est supportable, mais qui viennent se faire soigner dans les hopitaux Israeliens,. pourquoi Israel devrait il sacrifier ses interets vitaux? pour faire plaisir à qui?à ceux qui decident pour lui, confortablement installés(pendant que les israeliens et leurs enfants vivent tous les jours sous les rockets) pour continuer a faire des affaires avec les petroliers arabes,qui les soudoient a coup de valises remplies de billets de banques. ceux qui nous mentent sur les resolutions de l’onu(voyez vos textes et les sources historiques),qui oublient qu’il n’y avait pas de palestiniens ni d’Etat palestiniens avant 1967, que la jordanie a annexée de facto la cis jordanie qui ne lui etait pas devolue dans les partages d’apres la guerre de 1914?rappelez vous comment chaque pays sur cette terre s’est crée. la france a mis 200ans pour atteindre ses frontières naturelles.et elle n’a pas fait de cadeaux.alors , cessez de faire les vertueux sur le dos d’iSRAEL? Balayez devant votre porte, et regardez ailleurs si vous avez vraiment besoin de partir en croisade.les causes ne manquent pas à commencer par les Chretiens des pays arabes.pensez y un peu!on les massacre dans l’indifference generale.Mais iSRAEL Les accueille.comme il soigne les paletiniens, . je vomis ces intellectuels juifs qui se flagellent au travers d’Israel,pour se faire pardonner quoi? d’exister encore, de ne pas avoir disparus avec les autres?

  2. le debat eternel si l’on est contre la politique actuelle d’israel l’on est forcement antisemite
    et bien n’oublions pas que l’ethymologie de semite englobe aussi le monde arabe
    donc nullement les juifs
    peu importe la religion !!le respect de l’autre est primordial et les dirigeants israeliens ont perdu leur dignité en agissant ainsi depuis quelleques annees

  3. Eh bien cher David, la parole est à toi. Je t’écoute. Comment peux-tu m’expliquer que poursuivre, amplifier une politique d’occupation par la force (de territoires palestiniens ne lui appartenant pas) et de colonisation pure et dure sert la cause du peuple d’ISRAEL tant au plan régional que international ?

  4. Mais quelle honte !
    Oser le terme « faute morale » concernant Israel au moment le plus critique de son existence, au moment où l’antisémitisme est le plus virulent dans le monde, c’est vraiment appuyer sur la gâchette.

    Je méprise fondamentalement ce JCall. Lorsqu’on sait comment JStreet a été formé, par quels moyens financiers et dans quel but surtout, je suis écoeurée de l’attitude des intellectuels français qui y prennent part.

    Notez, bien intellectuels français que je ne considère pour ma part plus juifs.

    Lorsque les alarmes ne fonctionnent plus et que le danger est proche, très proche, alors nous ne sommes plus dans le même bateau.

    Les Israéliens ne sont jamais allés voter avec un flingue sur la tempe. Ce n’est pas parce que la gauche israélienne est furax d’avoir perdu que la majorité des israéliens est fasciste.

    C’est ignoble ! J’attendais au mieux un silence mais J Call est un appel aux forces brutales et antisémites de toutes parts de la gauche européenne qui nous a habitué à honnir, vomir et accuser Israel de tous les maux de la planète.

    Les scores de dictateurs aux élections sont tout autour du petit état juif mais pas à l’intérieur de cet état.

    Israel n’est elle pas assez sous pression pour que vous vous permettiez de le pressuriser jusqu’à la dernière goutte ?
    N’a-t-elle pas assez de calomnies, de boycotts en tout genre, de désinformation, de menaces existentielles pour que vous en rajoutiez une couche ?

    Allez donc au bout de votre égocentrisme Messieurs de J Call : faites donc quelque chose de nécessaire et réunissez une conférence de presse afin d’annoncer que vous n’êtes plus juifs parce que pour moi, vous ne l’êtes plus.

  5. Selon Klugman, si on critique la politique israélienne et qu’on est pas juif, on est forcément antisémite. Rien de neuf dans ce discours, nous savions depuis longtemps que selon eux, seuls les juifs ont le droit d’émettre un avis sur le sionisme, sur Israël et sur eux-mêmes. Ne vous en déplaise, je me permets d’être farouchement antisioniste sans être juif ni antisémite L’arrogance et le cynisme d’Israël sont seuls responsables de cette position. Et je sais que je suis loin d’être isolé à penser ainsi. Cela dit, si les signataires de cette pétition sont sincères, je me réjouis de les voir manifester contre la politique de colonisation systématique de Jérusalem, de la Cisjordanie et du Golan. Je me réjouis aussi de les voir désapprouver les raids meurtriers quasi quotidiens sur GAZA, les restrictions de mouvement imposées aux Palestiniens, la construction du mur de la honte, la rhétorique anti-Iran et anti-Syrie, etc. En attendant, je reste très sceptique sur les réelles intentions de ces people.

  6. Vouloir se substituer au vote libre d’électeurs dans une démocratie , c’est une bien curieuse idée .
    A moins de se considérer comme un despote éclairé ?

  7. @davidex, vraiment excellent commentaire !
    Bravo!
    Pour étre audible, pour ne pas apparaitre tendencieux, nos intellos juifs doivent étre équilibré, quel que soit le prix à payer. Ils gagnent leurs liberté (de soutenir israel de temps en temps) en le critiquant.
    La réalité n’a aucune importance, surtout la realité de ceux qui vivent aux contacts les palestinens, de leurs actes et de leur haine, pour nos intellelectuels leurs voix, leurs presence sur les plateaux est plus importante.
    Quitte à participer à la curé.
    BHL n’est pas Dershowitz, qui a appelé à voter Obama, mais qui après un an et demi d’actions anti-israélienne a finalment elevé sa voix, trés critique pour Obama et son entourage.
    BHL n’aura pas ce courage, trop loin, trop politiquement correct, Obama est encore incritiquable ici. Il est tendance. De ce point de vu BHL ne se limite pas seulement à signer, mais il promeut aussi et cela me rend triste.
    Il faudrait faire un petition pour pouvoir critiquer Obama sans etre pour autant un raciste neo-conservateur? pour pouvoir se desolidariser de nos intellos de temps en temps, pour avoir confiance en l’humanité des israeliens?
    Ce ne sera pas une grande decouverte que les juifs on plusieurs point de vue, mais combien de juifs vont signer cette petition dont le premier article se pretend comunautaire et le dernier universaliste?
    Mais finkie et BHL l’ont-ils lu?
    Je verrais bien esther benbassa la signé celle-là

  8. À quand l’avis des Israéliens sur les Basques, les Corses, les Écossais ?

    Israel est un pays souverain et une démocratie, les Israéliens ont voté, de quel droit remettre leur volonté en question ? J’avoue être déçue par l’attitude de Finkielkraut – comment a-t-il pu se compromettre ainsi, au nom de quels principes ? Cette pétition bénéficie d’une très large couverture médiatique, beaucoup la signent, par lassitude et par ignorance souvent, par antisionisme ou antisémitisme parfois, et aussi parce qu’il y est question de la PAIX.
    Mais de quelle paix s’agit-il ?
    La paix à tout prix n’est pas la paix.
    Une paix unilatérale n’est pas la paix.
    La paix qui convient aux Occidentaux, qui pour beaucoup ne sont jamais allés au Proche-Orient, n’est pas nécessairement une paix valable dans l’environnement qui est celui des Israéliens aujourd’hui et depuis plus de soixante ans.

    Tout le monde est pour la paix – mais accaparer cette notion comme le font les auteurs de la pétition confine à l’escroquerie intellectuelle et sentimentale.

    Moi, je ne suis pas Juive, je veux la paix, la paix véritable, la paix durable. C’est pour cela que j’ai signé la seule pétition qui vaille, la pétition « RAISON GARDER ».
    En cette époque troublée, il semble qu’il soit de plus en plus difficile de parler raison.

  9. En France, c’est simple. Tu es Juif, tu n’as pas le profil gauchiste qui va bien, t’es pas crédible. Tu ne peux être qu’un extrémiste de droite, inculte et méprisable. On parle beaucoup de toi, on se gargarise des valeurs démocratiques pour mieux te stigmatiser mais on ne te donne jamais la parole sauf si on t’attend à plusieurs contre un pour te la couper sur les plateaux de l’audiovisuel. Voila une évidence que personne ne peut nier sans insulter l’intelligence.
    Ils l’ont bien compris les notables français d’origine juive. s’ils veulent exister….

    Y’a pas photo, ils le veulent !

  10. Si, monsieur Occam on peut parler de faute morale(en plus effectivement d’une faute politique) quand l’occupation de la Cisjordanie -même si elle est aussi la Judée-Samarie – foule aux pieds les principes universels du judaîsme et fait subir à un autre peuple une situation d’humiliation et d’asservisemment (et là encore même si ça n’a rien à voir avec le Tibet, la tchtchénie et le darfour pour lequel personne ne manifeste en France). Aimer Israel aujourd’hui, c’est lui dire la vérité : si l’occupation perdure Israel devra choisir entre son caractère juif etla démocratie. Et le premier choix serait hasardeux : un Israël majoritairement peuplé d’arabes ne survivrait pas longtemps dans une situation d’apartheid et les juifs qui dans soixante ou soixante-dix ans quitteront la terre promise maudiront les Benjamin Netanyou et leurs zélateurs diasporiques. relisez les prophètes monsieur Ocam !

  11. Je suis désolé mais pour moi les deux ne vont pas forcément de paire, et je dirais même qu’aujourd’hui l’anti-politique israélienne à tendance à remplacer l’antisémitisme. Alors que beaucoup de nos parents et grand-parents avaient des préjugés sur les juifs, les jeunes d’aujourd’hui ont plus tendance à s’opposer à la politique d’un gouvernement et plutôt que de critiquer la religion elle-même. Quant à ceux qui n’arrivent pas ou qui ne veulent pas faire la distinction entre « juif » et « israélien », je ne peux que leur suggérer de s’instruire un peu plus.

  12. Ce qui me paraît le plus dangereux avec cet « appel à la raison », c’est qu’il avalise la stratégie des ennemis d’Israël. Cette stratégie est celle des petits pas et de la mithridatisation: rendre acceptable aujourd’hui ce qui était impensable hier et faire le lit de ce qui nous paraît inouï aujourd’hui et qu’on rendra consensuel demain.
    C’est toujours ainsi qu’a fonctionné l’opposition arabe à Israël. Quant aux Israéliens, depuis 1967, ils ont développé un complexe de culpabilité à l’origine de tous leurs tourments actuels. Ce sont pourtant des guerres visant son éradication qu’on lui a faites, au moins en 1948, 1967 et 1973. Il paraît normal dans ces conditions que les vaincus payent le prix, y compris territorial, de leur aventurisme. Dans l’Histoire, c’est toujours ainsi que les Etats se sont faits et défaits.
    Mais Israël, n’est-ce pas, doit être plus exemplaire que quiconque. Ce qui est cocasse, c’est que c’est à Israël qu’on demande d’être le plus christique des Etats de la planète!

  13. Le militantisme ethnique en faveur d’états ethniquement définis est-il acceptable ?

    Des européens et des américains de culture rwandaise-Tutsi, devraient-ils militer pour obtenir l’existence d’un état constitutionnellement dévolu à l’ethnie Tutsi ?

    Des gitans européens devraient-ils militer pour l’existence d’un état constitutionnellement gitan ?

  14. ET PUIS JE VAIS VOUS DIRE QUE VOTRE PHOTO DU MUR M AGACE AU PLUS HAUT POINT § CE MUR DE SECURITE A PERMIS DE SAUVER DE LA BARBARIE ISLAMIKAZE DES CENTAINES D ISRAELIENS QUI VAQUENT A LEURS OCCUPATIONS VOUS NE POUVEZ PAS LE NIER VOUS NE VIVEZ PAS EN ISRAEL DE QUEL DROIT PARLEZ VOUS DE CHOSES QUI NE VOUS CONCERNENT PAS

  15. ces gens ne trouvent rien de mieux pour aider a la paix comme ils disent ! que de petitionner contre un etat souverain avec un gouvernement democratiquement elu ! n ont ils donc aucun autre sujet a traiter comme par ex la menace nucleaire iranienne . ou le jusqueboutisme du hamas du hezb de la syrie … tous unis pour la destruction de l etat juif c est indecent et triste ! seuls les citoyens de l etat d israel peuvent dans le cadre des institutions democratiques critiquer la politique de leur pays ! pas des gens de l exterieur pas vraiment concernes en fin de compte ! ou plutot oui concernes par leur pauvre ego demesure ! a coup sur ces gens prendraient ils les armes pour defendre un israel envahi par les hordes sauvages mohametanes kamikazes ? certainement non ils pondraient un autre texte et verseraient quelques larmes de crocodile une fois de plus ! le plus triste n est pas la presence de gens comme bhl milliardaire se reposant de ses deboires litteraires mais celle d un eli barnavi ex ambassadeur et qui lui devrait mieux connatre la realite de la vie !!

  16. Moi ce qui me choque le plus dans cette pétition, c’est son parfum de prétention et de suffisance. « Nous sommes les justes, les sages, la voix de la raison. Nous avons compris le problème du conflit israélo-arabe, et par bonheur nous tombons d’accord avec la majorité des Européens : le coeur du problème, c’est l’infâme présence de Juifs en Cisjordanie et à Jérusalem-est ! Mieux, c’est même une « faute morale » ! » Parlez de faute politique si cela vous amuse (vous avez le droit de vous situer à gauche de l’échiquier politique), mais éviter de parler de « faute morale », car le procédé, pour rester poli, est assez déplaisant : comme s’il était moralement et absolument condamnable qu’un Juif construise une maison sur un territoire précédemment occupé par la Jordanie, même s’il s’agit d’une propriété légale, même s’il s’agit du Gush Etzion…
    Dans la version antérieure de votre pétition, vous fustigiez le fait que la parole juive serait « confisquée » par certains organismes officiels… On dirait du Benbassa, certes light, mais suffisamment proche pour irriter les narines. Avant de vous poser en victime, vous devriez apprendre vous-même à ne pas systématiquement stigmatiser vos contradicteurs.
    Et évitez aussi de donner systématiquement des leçons de sionisme pour les nuls : le propos atteint très rapidement la pédanterie et le ton moraliste frise le mauvais goût.

  17. Alain Dreshowitz, a eut le courage, aprés avoir appeler à voter pour Obama, d’exprimer ses doutes et critiques, non pas des positions de Netanyahou, mais de la politique d’Obama envers Israel.
    Bernatd Henri Levy n’a pas eut ce courage. Dans un article recent à propos d’Obama et d’Israel, il n’a put citer que des declarations faites par Obama durant la campagne presidentielle à faveur d’Israel. Il était bien peine de trouver une quelconque declaration (suivit d’action) pro-israelienne de la part d’Obama durant sa premiere année et demi de mandat. En effet toutes les actions du president amerivains envers les israeliens, en particulier ses dirigeants, y compris le tres consensuel Shimon Peres, ont été meprisante, et agressive.
    Une de ces actions est la creation de J-street: groupe Juif cherchant à diviser, ou montrer la division des juifs de la disapora envers Israel. Pour se faire els paroles son d’apparence pro-israelienne/pro-paix et dans les faits se creer un groupe de pression anti-israelien.
    Il est vraiment regretable que BHL n’ai pas le courage de se desolidariser, mais il fait pire il promeut, ainsi il est certain de se faire aimer, comme Barnavi, qui grace à son livre anti-israeliens a pu retrouver le chemin des interviews…
    La question est simple: pourquoi faire une petition pour clamer une position qui ne represente rien que les signataires, à part pour faire pression sur le gouvernement isarelien actuel?
    Les juifs de la dispora, ou les israeliens: menacent-ils de mort: les anti-juifs, les antisémites, les anti-israeliens, ou simplement ceux qui critiquent la politique d’Israel?
    Non, la critique a évidement toujours était libre, en democratie c’est inevitable.
    Jstreet fais cette petition pour se compter, pour créer un groupe de pression pour soutenir la politique ingerante d’Obama dans les affaires interieures Israeliennes.
    Dommage qu’Obama n’aide pas plutot à la creation de groupe pro-democratie iraniens…
    il vient de couper les fonds de la fondation de Libermann pour la promotion de la democratie en Iran. Il faut croire que les resultats des elections democratique en Iran le preocupe moins que les resultats de la democratie israelienne !

  18. Dans « l »Appel à la raison », seuls les israëliens sont responsables de la situation actuelle. Quid des palestiniens? Pour faire la paix il faut être deux. Mais les « palestiniens »(les israëliens ne sont-ils pas des palestiniens?) sont déja deux! A trois la paix est-elle possible? Vouloir faire croire que la paix peut-être imposée de l’extérieur est une « escroquerie intellectuelle ». Israël n’est ni le vassal des USA ni de l’Europe , mais un état souverain. Rappelez-vous des dégâts qui ont suivi Oslo et Géneve? Ce n’est pas parce que l’on fait un « Appel à la raison » que l’on sait raison garder.

  19. J’ai rectifié ma réponse sans la corriger. Choisi un sujet singulier sans modifier son verbe. Veuillez excuser ce manque de relecture.

  20. Si les deux sont parfois paire, quand ils vont c’est de pair. La part des choses, est-ce bien votre domaine Nicolas ?
    Cette obsession d’Israël ne vous a jamais semblée étrange ? Quoi qu’il advienne de part le monde, ils n’y a jamais autant de voix pour s’indigner, ni cette constance à dénoncer. Les génocides contemporains n’ont pas rassemblé les foules.
    Au Soudan des femmes, des enfants et des hommes ont vécu l’horreur sans mobiliser les ‘belles consciences’ qui ont toujours un moment pour médire d’Israël. Au Soudan viols et crimes n’ont pas cessé. L’Algérie ne condamne pas le meurtre organisé des femmes. On pourrait énumérer ainsi des heures.

    Mais un État, un seul, mobilise sans cesse l’attention. Une démocratie est sempiternellement en butte aux critiques. Le stade de la critique raisonnable, de tout gouvernement, est depuis longtemps dépassé. Artistes, sportifs, ressortissants israéliens sont insultés, doivent affronter l’agressivité des pays qui les accueillent. Jusqu’au magnifique Quatuor de Jérusalem qui voit interrompre ses concerts. Dans des salles européennes. Là aussi on pourrait énumérer des heures.

    Oui il est permis de trouver bien équivoque cet ‘antisionisme’ dont se revendiquent les pires personnages. Dénonciations permanentes, indignation sélective, acceptation sans réserve de toute information allant dans ce sens.

    La rue ignorant les subtilités du vocabulaire et des consciences, c’est « Mort aux Juifs » qu’elle crie lors de manifestations. Nul ne proteste dans leurs rangs.
    Presque silence sur les crimes des terroristes du hamas, sur la violence de leur régime. Violence faite aux femmes, aux enfants à qui l’on enseigne la haine.

    Et jusqu’au silence accompagnent la photo illustrant l’article : cette barrière de séparation sauve des vies, quotidiennenment. La vie des ‘sionistes’ auraient-elles si peu importance qu’il ne faille rappeler la nécessité de cette construction ?

  21. Petit cours de géopolitique pour Patrick Klugman. S’il veut dire que le débat est vif en Israël, pourquoi dire « à Tel-Aviv » et non à Jérusalem ? Ceci aussi fait partie de la délégitimisation ! Et qu’il ne vienne pas dire que les Etats… bla-bla-bla.. ne reconnaissent pas Jérusalem comme capitale d’Israël, pour la simple raison, qu’en droit international, la capitale d’un pays est fixé souverainement par celui-ci et peut importe l’opinion des autres.
    Il est vrai que Patrick Klugman doit être un nostalgique de ce que ses amis et lui osent appeler « l’accord de paix de Genève » alors qu’il s’agit d’une initiative anti-israélienne largement subventionnée par la Suisse que l’on a connue plus pingre en d’autres circonstances.

  22. Jcall, une bande de prétentieux qui ose intituler leur félonie : « appel à la raison » comme si le peuple israélien était déraisonnable.

    Une bande de lâches, qui ont le courage d’oser sur le compte des autres, mais qui ne subiront pas les conséquences de leurs erreurs en restant vautrés dans leurs salons européens.

    Une bande de has been, qui pour exister utilisent leur qualité de juif pour participer à l’attaque généralisée en vue de renverser le gouvernement israélien démocratiquement élu.

    Procédé ignoble qu’est le votre. Vous voulez influer sur la vie israélienne ?
    Vous voulez modifier le résultat des élections ?
    Venez donc vivre en Israël. Venez prendre part au vote. Vous serez les bienvenus.

    Mais votre procédé d’utiliser les israéliens pour améliorer votre position et vous faire mieux voir dans vos pays respectifs est insupportable.

  23. Sidérant. Quant on m’a fait savoir que Bernard-Henry Levy, entre autres, avait signé un texte que l’on m’a communiqué je n’ai pu y croire et ai pensé à une erreur ou de la désinformation….
    Hélas, il semble bien que nombreux sont ceux qui se sont fait piéger, apportant ainsi leur caution à une entreprise plus que douteuse.
    En effet, le Premier ministre israélien, élu démocratiquement dit et répète depuis le premier jour de son mandat qu’il veut la paix, qu’il est pour deux Etats vivant en paix côte à côte. Il a pris, avec son gouvernement, des mesures très concrètes pour faciliter la vie des Palestiniens dans la zone qu’Israël administre dans les Territoires, démantelant des centaines de barrage et de checkpoints, reversant régulièrement des taxes douanières, facilitant les investissements étrangers, etc. Ce qui a largement contribué au boom économique palestinien sans précédent dont on ne peut que se féliciter.
    Il y a 5 mois il a décidé un gel de dix mois des constructions dans les Territoires. Quant aux constructions dans les quartiers juifs de Jérusalem, on s’étonne que des gens de bonne foi puissent reprocher à l’actuel gouvernement israélien de faire la même chose que tous les gouvernements israéliens l’ayant précédé ont fait. Ni plus ni moins. Où étaient alors les signataires de cet appel ?
    Il est donc clair que ceux qui ont initié cette pétition ont pour but de casser le gouvernement Netanyahou. La portée que pourrait avoir leur action est préoccupante dès lors que, de fait, ils rejoignent une campagne en règle actuellement menée contre Israël.
    Cette pétition ressemble fort à l’action d’apprentis sorciers. Et, encore une fois, on ne peut que déplorer que de si nombreuses personnalités de bonne foi, aux combats nécessaires et que l’on connaît plus vigilantes se soient fait piéger.
    Pour mieux comprendre les enjeux il faut lire le texte de la pétition « Raison garder » http://www.dialexis.org/php/index.php et, mieux encore la signer
    Hélène Keller-Lind

  24. Pourquoi n’y aurait-il que des juifs.Il existe des juifs antisémites,des juifs qui onbt collaboré avec les allemands.C’est cela qui m’interpelle dans cette pétition car le problème est un probléme politique crée par les pays arabes.Ce qui serait bien ,c’est que des citoyens des pays arabes fassent une pétition poue la paix;deux peuples ,deux pays.

  25. Aucun parti politique, aucun pays n’est homogène .

    Vous pourriez aussi citer Magnes ou Buber qu’on pourrait qualifier de « sionistes pacifiques » ou encore « humanistes » ou  » à coeur humain » .

    Avoir envier d’aller vivre sur la terre de ses ancêtres réels ou supposés ou plus surement sur la terre où naquit sa culture juive actuelle n’a absolument rien de condamnable.

    A condition de ne pas vouloir pour ça tuer, expulser tuer et gouverner, a d fortiori quand on est minoritaire (avant 1919 et même 1945).

    Ecrire « Les sionistes » , comme très souvent quand on utilise « les » est une grosse erreur didactique.

    Les sionsites agressifs Les sionistes racistes Les sionsites anti-démocratiques Les sionistes amoraux Etc?

    On a que l’embarras du choix pour designer la majorité des occupants totalement illégitimes de la Palestine historique

    Ça serait d’ailleurs encore plus didactique de parler de « Ceux des sionistes qui sont …. »

    « Si plus de gens s’estimant intelligents avaient le souci d’utiliser systématiquement le juste mot pour la juste chose ou le juste concept, et d’en tenir compte quand il y a traduction, cette planète (qui n’est ni le Monde, ni l’Univers ) serait moins irrationnelle et suicidaire ».

  26. Je bondis en lisant ces lignes : « Depuis deux jours circule sur Internet une pétition critiquant vivement la politique israélienne intitulée « Appel à la raison ». Voilà qui est banal.

    Ce qui l’est moins, c’est qu’elle a pour origine non des antisémites mais des juifs, et parmi ceux-là, des sionistes issus de toute l’Europe. »

    Bon sang! Mais pourquoi serait-ce forcément des antisémites qui sont à l’origine de critiques de la politique israélienne??? Il est temps de faire une distinction claire entre l’antisémitisme et être anti-politique israélienne. Les deux ne vont pas forcément de paire. Sous prétexte que je n’approuve pas la politique d’Israël, suis -je forcément un antisémite? Et est-ce que le droit de critiquer Israël n’appartient qu’aux juifs?

    Il est temps d’apprendre à faire la part des choses!