Voilà.

Les choses se déroulent comme prévu.

Le régime iranien reposait sur le mythe d’un « bloc » d’ayatollahs qui avaient toujours réussi, quelles que soient leurs divergences de point de vue ou, surtout, d’affaires et d’intérêts, à maintenir une unité de façade : ce mythe s’est effondré.

Il reposait sur le mythe de la neutralité  du Guide, l’ayatollah Khamenei, successeur de Khomeiny et, à ce titre, pierre angulaire du régime, autorité tutélaire du Président, père du peuple : ce mythe s’est également effondré depuis que, en juin dernier, il a éhontément pris parti pour le président  non-élu, le voleur de votes Ahmadinejad.

Il reposait sur la peur – comme toutes les dictatures, il avait pour ultime ciment la peur qu’il inspirait à ses sujets, le sentiment qu’il avait su leur inoculer de sa propre invulnérabilité, la terreur : là encore, les temps ont changé ; et le spectacle de ces jeunes gens qui, à Téhéran, à Ispahan, à Zahedan, à Ardebil, à Tabriz, recommencent de descendre dans la rue, de braver les milices et, ce faisant, de se hisser au dessus d’eux-mêmes prouve que ce troisième pilier du régime est en train, lui aussi, de céder.

Quoi qu’il arrive, autrement dit, le roi est nu.

Quoi qu’il arrive, le régime des ayatollahs est, à plus ou moins long terme, condamné à composer ou disparaître.

Une révolution est en marche à Téhéran dont nul ne sait ni quelle forme elle prendra, ni quel type de régime elle produira, mais dont nul ne peut douter qu’elle emportera, à terme, la dictature.

Cette révolution, La Règle du Jeu tentera plus que jamais, de la suivre et de l’accompagner.

Cette deuxième révolution iranienne, ce mouvement démocratique à la fois responsable et héroïque, pacifique et radical, notre revue qui avait déjà consacré, en 2004, un dossier à ses prémisses et au mouvement intellectuel qui l’avait préparé mettra à sa disposition ses signatures, ses modestes moyens, ses réseaux.

D’où, déjà, ces Nouvelles de l’Iran libre.

D’où, dès aujourd’hui, ce site qui sera l’un des sites – et j’espère que d’autres, beaucoup d’autres, issus d’autres initiatives suivront ailleurs – où l’on tentera de relayer, amplifier,  les voix de la résistance.

Vidéos, photos, SMS, messages twitters, témoignages de première main, listes de prisonniers ou de disparus régulièrement remises à jour : une petite équipe, animée par Maria de França, épaulée par Fariba Hachtroudi et composée d’intellectuels, journalistes, blogueurs, issus de toutes les sensibilités, sans exclusive, qui composent la nébuleuse démocratique iranienne se met au travail à partir de cet instant : elle recevra les informations, fera le tri, se trompera parfois, le dira, rectifiera, recoupera, mais mettra à la disposition de nos lecteurs et, au-delà, des internautes un outil de travail et d’information aussi rigoureux qu’il est possible dans les temps de confusion où nous venons d’entrer.

Démocrates d’Iran, vous êtes ici chez vous.

 

Amis de l’Iran libre, ce site est, si vous le voulez bien, le vôtre.

5 Commentaires

  1. A much needed support for the Iranian opposition movement. This revolution has the potential to impact on other political movements in the Islamic world, and not only in the Islamic world, and it must remain vibrant.

    Many thanks Monsieur Levy.

  2. Bravo

    Une vraie ligne éditoriale, un vrai combat… une vraie manière de vouloir informer, crier fort par tous les moyens pour changer ou du moins faire évoluer…

    Et surtout un vrai enjeu qui devrait intéresser la planète tant les éventuelles conséquences sont à la fois incertaines, inquiétantes et optimistes … Bref affaire à suivre… (Et ca nous change heureusement des misérables petites péripéties sexuelles de Polanski)…

  3. N’importe quel internaute occidental peut d’ailleurs relayer et diffuser les messages Green. Cela permet de noyer les informaticiens iraniens dans un fleuve de message tentaculaire…
    Il faut savoir que les dernieres attaques sur Twitter et Facebook ont trouvé leur origine en perse… les renseignements iraniens(pannes lourdes de réseau de l’été dernier et de cet hiver)….

  4. Je vous remercie pour ce billet et surtout pour l’intérêt porté à ce merveilleux pays qu’est l’Iran et qui mérite largement mieux que le régime actuel. J’imagine que vous le savez, mais j’aimerais attirer votre attention sur le fait qu’une délégation de parlementaires europééens (sous la conduite de Mme Lochbihler) s’apprête à se rendre en Iran. Le moment est bien mal choisi et que dire des interlocuteurs ! Je vous prie donc instamment de faire entendre votre voix à ce sujet et d’empêcher cette délégation de rendre visite à ce régime dictatorial qui n’a pas de parole (ni sur le nucléaire, ni sur les droits de l’homme,…).
    D’avance merci.