Jean Soler, qui fut Conseiller culturel auprès de l’ambassade de France en Israël sur deux périodes entre 1969 et 1993, collabora à L’Histoire universelle des Juifs dirigée par Elie Barnavi. Après une trilogie Aux origines de Dieu unique (éditions de Fallois), suivie de La violence monothéiste en 2009, il publie aujourd’hui un brûlot Qui est Dieu ? chez le même éditeur.  Livre hautement problématique et polémique qui a fait la délectation dans les colonnes du Point (cf. lePoint.fr du 07/06/2012) de Michel Onfray, entré de plain-pied dans la destruction du mythe juif, sémitique, judaïque, du Dieu unique, de la Torah, de la Bible et pire encore si possible.

Jean Soler est un structuraliste renommé mais son livre a les allures d’un pamphlet aux accents malheureusement antijudaïques, le tout renforcé par la détestation d’Onfray pour les religions dites « révélées » autant que par l’outrecuidance de certains fidèles sûrs de détenir la vérité, qui peut parfois encore exaspèrer les athées mais aussi les croyants à la foi modeste. Si Soler a une préférence – et il est tout à fait libre de s’en prévaloir –pour le modèle grec comme d’autres pour le « modèle indou » (cf. Guy Deleury) ou le modèle chinois (Etiemble hier, François Jullien aujourd’hui), ou le modèle arabe (cf. Massignon par exemple), lui n’a de cesse de démolir le modèle hébraïque et d’abord la figure de Moïse qui le dérange dans son intimité…

On pourrait presque s’en tenir à la page 77 de son livre :

« Moïse ne croit pas en un Dieu unique.

Il ignore qu’il a une âme immortelle.
Il ne sait pas que son corps ressuscitera à la fin des temps.
Ni qu’il y aura une fin des temps, avec ou sans Messie.
Pour lui, la vie humaine prend fin avec la mort.
Le Moïse des Livres Saints ne peut cautionner les trois religions qui se réclament de lui ! »

Cette dernière affirmation serait sans nul doute la plus acceptable et nous pouvons la reprendre telle quelle. Mais Socrate s’y reconnaîtrait-il en lisant les philosophies qui depuis plus de deux mille ans se réclament de lui ? Et Platon ?  Et le Buddha lui-même sans parler de Jésus se reconnaîtraient-ils dans leurs myriades de croyants ?

Nous n’allons pas entamer une disputation théologique ni biblique avec l’auteur de ces affirmations péremptoires, pas davantage qu’avec son thuriféraire Michel Onfray, qui semble dans un état de jouissance, voire de masturbation mentale rarement égalée, pour mieux dire sa détestation du juif, du sémite, du mythe du Dieu unique comme du chrétien… Mais le plus gros reste à venir. Quelle raison supérieure anime l’ancien conseiller culturel quand il considère Moïse comme un « personnage de fiction » (p. 85) ?

Réfute-t-on Socrate, Platon, Homère, voire la plus célèbre héroïne de la Grèce antique, Antigone ? Et l’on réfute très calmement la Bible et Moïse mais aussi la judéïté du commandement portant à aimer son prochain non-juif ! Jean Soler n’a pas voulu lire le verset du Lévitique (19, 34) : « Tu aimeras l’étranger comme toi-même car tu as été étranger en terre d’Egypte ». Serait-il encore juif, l’étranger ? Mais Job, la reine de Saba, Ruth et Balaam et beaucoup d’autres personnages de la Bible à commencer par Adam et Ève, Abel, Noé, Saraï avant qu’elle ne devienne Sarah, étaient-ils juifs ?

Puis dans son commentaire de Soler, Onfray se délecte à apporter de l’eau au moulin du structuraliste sur le fait que les hébreux seraient les premiers exterminateurs de l’histoire – ce qui reste à démontrer. Dire cela n’est-ce pas penser qu’ils n’auraient eu que ce qu’ils méritaient alors entre 1939 et 1945 ? Pour le démolisseur des grandes idéologies occidentales qui ont conquis le monde comme le monothéisme, la Bible, le judaïsme puis le christianisme sans oublier l’islam sans doute, valent tellement moins que les Grecs et leur mythologie fascinante qui rendrait Ulysse plus important que Moïse, puisqu’il s’agirait de deux mythes. La gratitude d’Onfray pour Soler est immense car c’est un savant et il affirme tout ce qu’il aimerait pouvoir dire, lui, en grand pourfendeur de notre monde judéo-chrétien.

Au final, que nous apportent ces démonstrations sans doute savantes de Jean Soler, mais dénuées de toute trace de mise en perspective, d’empathie, de conscience tout simplement ?

Ce ne sont ni Jean Soler ni Michel Onfray qui vont nous révéler tout à coup que ni la Bible ni Moïse, ni le Nouveau Testament ni Jésus, n’ont plus droit de cité, parce qu’il faut relativiser leurs révélations du monothéisme, ne pas oublier les complots et les crimes commis au nom de celui qui est appelé tantôt Adonaï, tantôt Elohim, tantôt Dieu, tantôt le Père… Nous ne les avons pas attendus pour le savoir.

Il y a un génie grec qui a façonné l’Europe puis l’Occident. Qui serait assez fou pour le contester ? Mais comment peut-on faire le sot au point de proclamer tout à coup qu’il n’y a ni génie juif ni génie chrétien et que la Torah, les Prophètes, les Psaumes mais aussi le Nouveau Testament,  ne sont que des balivernes et des supercheries ?

 

Jean Soler, Qui est Dieu ?, Éditions de Fallois, 11 avril 2012, 120 pages

11 Commentaires

  1. La Bible est le premier texte à représenter la victimisation du point de vue de la victime, et c’est cette représentation qui est responsable, en fin de compte, de notre propre sensibilité supérieure à la violence. Ce n’est pas le fait de notre intelligence supérieure ou de notre sensibilité. Le fait qu’aujourd’hui nous pouvons passer jugement sur ces textes pour leur violence est un mystère. Personne d’autre n’a jamais fait cela dans le passé. C’est pour des raisons bibliques, paradoxalement, que nous critiquons la Bible. (…) Alors que dans le mythe, nous apprenons le lynchage de la bouche des persécuteurs qui soutiennent qu’ils ont bien fait de lyncher leurs victimes, dans la Bible nous entendons la voix des victimes elles-mêmes qui ne voient nullement le lynchage comme une chose agréable et nous disent en des mots extrêmement violents, des mots qui reflètent une réalité violente qui est aussi à l’origine de la mythologie, mais qui restant invisible, déforme notre compréhension générale de la littérature païenne et de la mythologie.

  2. Les Psaumes d’exécration ou de malédiction sont les premiers textes dans l’histoire qui permettent aux victimes, à jamais réduites au silence dans la mythologie, d’avoir une voix qui leur soit propre. (…)

  3. Dans la mythologie, la violence collective est toujours représentée à partir du point de vue de l’agresseur et donc on n’entend jamais les victimes elles-mêmes. On ne les entend jamais se lamenter sur leur triste sort et maudire leurs persécuteurs comme ils le font dans les Psaumes. Tout est raconté du point de vue des bourreaux. (…) Pas étonnant que les mythes grecs, les épopées grecques et les tragédies grecques sont toutes sereines, harmonieuses et non perturbées

  4. On dit que les Psaumes de la Bible sont violents, mais qui s’exprime dans les psaumes, sinon les victimes des violences des mythes : “Les taureaux de Balaam m’encerclent et vont me lyncher”? Les Psaumes sont comme une fourrure magnifique de l’extérieur, mais qui, une fois retournée, laisse découvrir une peau sanglante. Ils sont typiques de la violence qui pèse sur l’homme et du recours que celui-ci trouve dans son Dieu. René Girard

  5. Oui, mais comment ne pas voir, au-delà des deux camps, la même unanimité de fait qui passe à côté de l’essentiel?

    A savoir la surviolence affichée du texte biblique qui, comme l’a montré Girard, en fait précisément toute la superiorité par rapport à ses inspirateurs ou contemporains babyloniens ou grecs?

    http://jcdurbant.wordpress.com/2012/07/08/polemique-soler-comment-la-violence-biblique-deconstruit-la-fausse-serenite-mythique-how-the-overtly-vengeful-psalms-uncover-the-myths-hidden-blood-on-the-tracks/

  6. « Puis dans son commentaire de Soler, Onfray se délecte à apporter de l’eau au moulin du structuraliste sur le fait que les hébreux seraient les premiers exterminateurs de l’histoire – ce qui reste à démontrer. Dire cela n’est-ce pas penser qu’ils n’auraient eu que ce qu’ils méritaient alors entre 1939 et 1945 ? »
    Hourra ! Le sophisme n’est pas mort !

  7. Cela fait longtemps que plus personne ne défend l’historicité d’Antigone, et qu’Homère et considéré commeun nom collectif… Quand à Socrate et Platon, jusqu’à preuve du contraire, ce sont des personnages historiques. Moïse, en revanche, est à coup sur aussi fictionnel qu’Antigone, et pourtant des millions de personnes le considèrent comme historique. La différence est plutot claire, ne trouvez-vous pas ?

  8. « Qui est Dieu ? » Pour Soler, comme pour Onfray : « Quand il en plusieurs ça va, quand il n’y en a plus qu’un, bonjour les dégâts « 

  9. Je ne comprends pas pourquoi vous posez encore la question: Qui est Dieu?
    Mais Onfray, bien sûr!

  10. Onfray écrit trop. Où trouve-t-il le temps? La généalogie de la morale de Friedrich Nietzsche

    « Ah ! que nous sommes heureux, nous qui cherchons la connaissance, à condition que nous sachions nous taire assez longtemps !… » (avant-propos)
    Œuvres
    Écrits
    Gastrosophie1989 : Le Ventre des philosophes. Critique de la raison diététique, Grasset, (ISBN 978-2-246-41681-4), LGF, (ISBN 978-2-253-05382-8)
    • 1995 : La Raison gourmande. Philosophie du goût, Grasset, (ISBN 978-2-246-48731-9), LGF, (ISBN 978-2-253-94254-2)
    • 1996 : Les Formes du temps. Théorie du sauternes, Mollat, (ISBN 978-2-909351-20-9), LGF, (ISBN 978-2-253-08297-2)
    Figures philosophiques[modifier]
    • 1989 : Georges Palante. Essai sur un nietzschéen de gauche, Folle Avoine, (ISBN 978-2-86810-062-7)
    • 1990 : Cynismes. Portrait du philosophe en chien, Grasset, (ISBN 978-2-246-42881-7), LGF, (ISBN 978-2-253-04457-4)
    • 2002 :
    o Physiologie de Georges Palante. Pour un nietzschéisme de gauche, réédition augmentée d’une préface, Grasset, (ISBN 978-2-246-62951-1), LGF, (ISBN 978-2-253-08270-5)
    o L’Invention du plaisir. Fragments cyrénaïques, LGF, (ISBN 978-2-253-94323-5)
    o Célébration du génie colérique. Tombeau de Pierre Bourdieu, Galilée, (ISBN 978-2-7186-0558-6)
    • 2006 : La Sagesse tragique. Du bon usage de Nietzsche, LGF, (ISBN 978-2-253-08281-1)
    • 2007 : La Pensée de midi. Archéologie d’une gauche libertaire, Galilée, (ISBN 978-2-7186-0755-9)
    • 2008 :
    o L’Innocence du devenir. La vie de Frédéric Nietzsche, Galilée, (ISBN 978-2-7186-0756-6)
    o Le Songe d’Eichmann. Précédé de : Un kantien chez les nazis, Galilée, (ISBN 978-2-7186-0767-2)
    • 2009 : La Religion du poignard. Éloge de Charlotte Corday, Galilée, (ISBN 978-2-7186-0791-7)
    • 2010 :
    o Nietzsche. Se créer liberté, scénario d’une bande dessinée de Maximilien Le Roy, éd. du Lombard, (ISBN 978-2-8036-2650-2)
    o Le Crépuscule d’une idole. L’affabulation freudienne, Grasset, (ISBN 978-2-246-76931-6), LGF, (ISBN 978-2-253-15786-1)
    o Apostille au Crépuscule. Pour une psychanalyse non freudienne, Grasset, (ISBN 978-2-246-75781-8), LGF, (ISBN 978-2-253-16204-9)
    • 2012 : L’Ordre libertaire. La vie philosophique d’Albert Camus, Flammarion, (ISBN 978-2-08-126441-0)
    Théorie hédoniste1991 : L’Art de jouir. Pour un matérialisme hédoniste, Grasset, (ISBN 978-2-246-45301-7), LGF, (ISBN 978-2-253-94198-9)
    • 1993 : La Sculpture de soi. La morale esthétique, Grasset, (ISBN 978-2-246-46501-0), LGF, (ISBN 978-2-253-94225-2)
    • 1994 : Ars moriendi. Cent petits tableaux sur les avantages et les inconvénients de la mort, Folle Avoine, (ISBN 978-2-86810-096-2)
    • 1997 : Politique du rebelle. Traité de résistance et d’insoumission, Grasset, (ISBN 978-2-246-48761-6), LGF, (ISBN 978-2-253-94282-5)
    • 2000 : Théorie du corps amoureux. Pour une érotique solaire, Grasset, (ISBN 978-2-246-58061-4), LGF, (ISBN 978-2-253-94314-3)
    • 2003 : Féeries anatomiques. Généalogie du corps faustien, Grasset, (ISBN 978-2-246-64581-8), LGF, (ISBN 978-2-253-09927-7)
    • 2005 : Traité d’athéologie. Physique de la métaphysique, Grasset, (ISBN 978-2-246-64801-7), LGF, (ISBN 978-2-253-11557-1)
    • 2006 : La Puissance d’exister. Manifeste hédoniste, Grasset, (ISBN 978-2-246-71691-4), LGF, (ISBN 978-2-253-08397-9)
    • 2008 :
    o Le Souci des plaisirs. Construction d’une érotique solaire, Flammarion, (ISBN 978-2-08-121632-7), J’ai lu, (ISBN 978-2-290-01629-9)
    o Les Bûchers de Bénarès. Cosmos, Éros et Thanatos, Galilée, (ISBN 978-2-7186-0783-2)
    • 2009 : Le Recours aux forêts. La tentation de Démocrite, Galilée, (ISBN 978-2-7186-0800-6)
    • 2011 : Manifeste hédoniste, éd. Autrement, (ISBN 978-2-7467-1612-4)
    • 2012 : La Sagesse des abeilles. Première leçon de Démocrite, Galilée, (ISBN 978-2-7186-0858-7)
    Esthétique[1993 : L’Œil nomade. La peinture de Jacques Pasquier, Folle Avoine, (ISBN 978-2-86810-088-7)
    • 1995 : Métaphysique des ruines. La peinture de Monsù Desiderio, Mollat, (ISBN 978-2-909351-18-6), LGF, (ISBN 978-2-253-08296-5)
    • 2002 : Splendeur de la catastrophe. La peinture de Vladimir Vélikovic, Galilée, (ISBN 978-2-7186-0747-4)
    • 2003 :
    o Les Icônes païennes. Variations sur Ernest Pignon-Ernest, Galilée, (ISBN 978-2-7186-0625-5)
    o Archéologie du présent. Manifeste pour une esthétique cynique, Grasset, (ISBN 978-2-87660-382-0)
    • 2004 : Épiphanies de la séparation. La peinture de Gilles Aillaud, Galilée, (ISBN 978-2-7186-0650-7)
    • 2005 : Oxymoriques. Les photographies de Bettina Rheims, éd. Jannink, (ISBN 978-2-916067-03-2)
    • 2007 : Fixer des vertiges. Les photographies de Willy Ronis, Galilée, (ISBN 978-2-7186-0748-1)
    • 2008 :
    o Le Chiffre de la peinture. L’œuvre de Valerio Adami, Galilée, (ISBN 978-2-7186-0770-2)
    o La Vitesse des simulacres. Les sculptures de Pollès, Galilée, (ISBN 978-2-7186-0789-4)
    • 2009 : L’Apiculteur et les Indiens. La peinture de Gérard Garouste, Galilée, (ISBN 978-2-7186-0798-6)
    Journal hédoniste1996 : T.1 Le Désir d’être un volcan, Grasset, (ISBN 978-2-246-48751-7), LGF, (ISBN 978-2-253-94263-4)
    • 1998 : T.2 Les Vertus de la foudre, Grasset, (ISBN 978-2-246-56561-1), LGF, (ISBN 978-2-253-94291-7)
    • 2001 : T.3 L’Archipel des comètes, Grasset, (ISBN 978-2-246-58071-3), LGF, (ISBN 978-2-253-94317-4)
    • 2007 : T.4 La Lueur des orages désirés, Grasset, (ISBN 978-2-246-64811-6)
    Voyages[modifier]
    • 1998 : À côté du désir d’éternité. Fragments d’Égypte, Mollat, (ISBN 978-2-909351-43-8), LGF, (ISBN 978-2-253-08295-8)
    • 2002 : Esthétique du pôle Nord. Stèles hyperboréennes, avec les photographies d’Alain Szczuczynski, Grasset, (ISBN 978-2-246-62941-2), LGF, (ISBN 978-2-253-13068-0)
    • 2007 : Théorie du voyage. Poétique de la géographie, LGF, (ISBN 978-2-253-08441-9)
    Pédagogie[2001 : Antimanuel de philosophie. Leçons socratiques et alternatives, Bréal, (ISBN 978-2-84291-741-8)
    La Philosophie féroce2004 : T.1 Exercices anarchistes, Galilée)
    • 2006 : T.2 Traces de feux furieux, Galilée, (ISBN 978-2-7186-0723-8)
    • 2010 : T.3 Philosopher comme un chien, Galilée, (ISBN 978-2-7186-0750-4)
    Université populaire]
    • 2004 : La Communauté philosophique. Manifeste pour l’Université populaire, Galilée, (ISBN 978-2-7186-0658-3)
    • 2006 : Suite à La Communauté philosophique. Une Machine à porter la voix, avec Patrick Bouchain, Galilée, (ISBN 978-2-7186-0731-3)
    Contre-histoire de la philosophie]
    Article détaillé : Contre-histoire de la philosophie.
    • 2006 :
    o T.1 Les Sagesses antiques, Grasset, (ISBN 978-2-246-64791-1), LGF, (ISBN 978-2-253-08384-9)
    o T.2 Le christianisme hédoniste, Grasset, (ISBN 978-2-246-68901-0), LGF, (ISBN 978-2-253-08385-6)
    • 2007 :
    o T.3 Les Libertins baroques, Grasset, (ISBN 978-2-246-68911-9), LGF, (ISBN 978-2-253-08444-0)
    o T.4 Les Ultras des Lumières, Grasset, (ISBN 978-2-246-68921-8), LGF, (ISBN 978-2-253-08445-7)
    • 2008 : T.5 L’Eudémonisme social, Grasset, (ISBN 978-2-246-68931-7), LGF, (ISBN 978-2-253-08454-9)
    • 2009 : T.6 Les Radicalités existentielles, Grasset, (ISBN 978-2-246-68941-6), LGF, (ISBN 978-2-253-08470-9)
    • 2011 : T.7 La Construction du Surhomme, Grasset, (ISBN 978-2-246-79089-1)
    Autres[modifier]
    • 1993 : L’Usine à feu, la SMN, avec Tristan Jeanne-Valès, éd. Moulin Vieux, (ISBN 978-2907502047)
    • 1996 : 24 heures, avec Henri Pescarolo (préface) et les photographies d’Alain Szczuczynski, de Pascal Drouard, de Jean-François Mollière, de Guy Durand, de Jean-François Lecourt, et de Jean-Marie Martin, éd. Transit, (ISBN 978-2950852519)
    • 2000 : Prêter (un livre) n’est pas voler (l’auteur), avec Baptiste Marrey, Jean-Marie Laclavetine, Daniel Pennac et François Bon, éd. 1001 nuits, (ISBN 978-2-84205-543-1)
    • 2003 : Caen intime, avec Jean-Marc Piel, éd. Cahiers du temps, (ISBN 978-2911855634)
    • 2010 : Sauf ma mère. Réflexions autour de l’exposition d’Argentan, avec Titouan Lamazou, Gallimard, (ISBN 978-2-7424-2912-7)
    • 2011 : « Une partie mémorielle de nous-même » in Anthologie d’éthique animale, sous la direction de Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, PUF, (ISBN 978-2-13-058139-0)
    Préfaces et avant-propos1992 :
    o La Révolte individuelle. Actes du colloque Georges Palante, Saint-Brieuc, novembre 1990 (sous la direction de Michel Onfray, préface et notes), Folle Avoine, (ISBN 978-2-86-810069-6)
    o La Sensibilité individualiste, de Georges Palante, Folle Avoine, (ISBN 978-2868100634)
    • 1995 :
    o Les Antinomies entre l’individu et la société, de Georges Palante, Folle Avoine, (ISBN 978-2868100979)
    o L’Individualisme aristocratique. Textes choisis et présentés par Michel Onfray, de Georges Palante, éd. Belles Lettres, (ISBN 978-2251390260)
    • 2000 : Sur rendez-vous, de Gilles Berquet, éd. Jean-Pierre Faur, (ISBN 978-2909882352)
    • 2001 : L’Échappée libre. Tour de France 2001, de Gérard Rondeau, Seuil, (ISBN 978-2020518536)
    • 2002 : Le Métier d’homme, d’Alexandre Jollien, Seuil, (ISBN 978-2-02-052606-7)
    • 2003 :
    o Cahier d’ubiquité – tome 1, de Yann Kerninon, éd. Hermaphrodite, (ISBN 978-2-9519565-0-6)
    o Combat pour l’individu, de Georges Palante, Folle Avoine, (ISBN 978-2868100559)
    • 2004 :
    o Œuvres philosophiques, de Georges Palante, éd. Coda, (ISBN 978-2849670002)
    o Alfred Courmes, de Gilles Bernard et Vitalie Andriveau, éd. Le Cherche Midi, (ISBN 978-2-7491-0176-7)
    o L’Épicurien et autres banquets, d’Érasme, éd. Encre Marine, (ISBN 978-2-909422-80-0)
    o Sur le plaisir, de Lorenzo Valla, éd. Encre Marine, (ISBN 978-2909422848)
    • 2005 :
    o Histoire du matérialisme & Critique de son importance à notre époque, de Friedrich-Albert Lange, éd. Coda, (ISBN 978-2849670088)
    o Non-assistance à poètes en danger, de René Depestre, éd. Seghers, (ISBN 978-2-232-12269-9)
    o Hexameron rustique, de La Mothe Le Vayer, éd. Encre Marine, (ISBN 978-2909422893)
    o L’Europe cannibale, de Lydia Vázquez et Juli Leal, éd. Pleins Feux, (ISBN 978-2-84729-019-6)
    o C’est aujourd’hui toujours (1947-1998), d’Alain Jouffroy, Gallimard, (ISBN 978-2-07-030622-0)
    o Jésus a-t-il existé ?, de Prosper Alfaric, éd. Coda, (ISBN 978-2-84967-022-4)
    o Est-ce ainsi que les hommes vivent, avec Gabriel Bauret, Boutros Boutros-Ghali et Sebastião Salgado, éd. du Chêne, (ISBN 978-2842775827)
    • 2006 :
    o Essai sur la société des gens de lettres, de Jean d’Alembert, éd. Labor, (ISBN 978-2804023287)
    o La raison puérile. Philosopher avec des enfants ?, de Gilles Geneviève, éd. Labor, (ISBN 978-2-8040-2376-8)
    o Tombouctou. Réalité d’un mythe, d’Éric Milet, avec les photographies de Jean-Luc Manaud, éd. Arthaud, (ISBN 978-2700396027)
    o Les Dix Commandements au XXIe siècle, de Fernando Savater, Grasset, (ISBN 978-2-246-68441-1), Hachette Littératures, (ISBN 978-2-01-279369-9)
    o Le Bonheur, poème allégorique, de Claude-Adrien Helvétius, éd. Encre Marine, (ISBN 978-2-84186-342-6)
    • 2007 :
    o L’Art de jouir, de Julien Offray de La Mettrie, éd. Arléa, (ISBN 978-2-86959-774-7)
    o Le maître qui apprenait aux enfants à grandir. Un parcours en pédagogie Freinet vers l’autogestion, de Jean Le Gal, éd. Libertaires, (ISBN 978-2-914980-53-1)
    o Jardins épicuriens, de Franck Collin, éd. Cahiers du temps, (ISBN 978-2-355-07003-7)
    • 2008 :
    o La Fabuleuse Histoire des légumes, d’Évelyne Bloch-Dano, Grasset, (ISBN 978-2-246-73211-2)
    o Dictionnaire libertino-libertaire, coffret en 2 volumes, de Pierre de Proost, éd. L’Archange Minotaure, (ISBN 978-2-354-63023-2)
    o Grands Palais. 2500 ans de passion du vin, de Corinne Lefort et Karine Valentin, éd. Les Idées Claires, (ISBN 978-2953333008)
    • 2009 :
    o Vivre à propos, Montaigne traduit du japonais par Pascal Hervieu, Flammarion, (ISBN 978-2-08-121637-2)
    o Marges philosophiques. Esthétique et politique, Collectif, éd. Pleins Feux, (ISBN 978-2-84729-084-4)
    o L’Impasse islamique. La religion contre la vie, d’Hamid Zanaz, éd. Libertaires, (ISBN 978-2-914980-82-1)
    o Gérard Garouste, de Julie Rouart, éd. Skira, (ISBN 978-2-08-122594-7)
    o La Liberté des femmes, de Marie Morel, éd. Chalut-Mots, (ISBN 978-2-9532131-5-7)
    • 2010 :
    o Les Aventures véridiques de Jean Meslier (1664-1729). Curé, athée et révolutionnaire, de Thierry Guilabert, éd. Libertaires, (ISBN 978-2-914980-87-6)
    o Un prolétariat rêvé. Photographies de Jean-Claude Seine, de Lionel Bourg, éd. La Passe du Vent, (ISBN 978-2-84562-170-1)
    • 2011 :
    o Un festin pour Tantale. Nourriture et société industrielle, de Bernard Charbonneau, éd. Sang de la Terre, (ISBN 978-2-86985-267-9)
    o Aborder la philosophie en classe à partir d’albums de jeunesse, d’Edwige Chirouter, Hachette Éducation, (ISBN 978-2-01-171330-8)
    o Petit Dico des vins naturels, de Jean-Charles Botte, éd. Le Courrier du Livre, (ISBN 978-2-7029-0926-3)
    o Hors Classe. Quand l’école passe à côté…, de Linda Ellia et Thierry Illouz, Seuil, (ISBN 978-2-02-102288-9)
    • 2012 : Les prodigieuses aventures de François Rabelais et de ses fils Gargantua et Pantagruel – Tome 1, de Christian Verdun, éd. Un Autre Reg’Art, (ISBN 978-2-916534-94-7)
    Postfaces2010 : Gérard Saint ou l’espoir anéanti. Gloire et mort d’un champion populaire, de Jacky Desquesnes, éd. de l’Ornal, (ISBN 978-2953181272)
    AudiosLes conférences de la « Contre-histoire de la philosophie » aux éditions Frémeaux & Associés en seize coffrets CD :
    o 1. L’Archipel pré-chrétien (1). De Leucippe à Épicure
    o 2. L’Archipel pré-chrétien (2). D’Épicure à Diogène d’Oenanda
    o 3. La Résistance au christianisme (1). De l’invention de Jésus au christianisme épicurien
    o 4. La Résistance au christianisme (2). D’Érasme à Montaigne
    o 5. Les Libertins baroques (1). De Pierre Charron à Cyrano de Bergerac
    o 6. Les Libertins baroques (2). De Gassendi à Spinoza
    o 7. Les Ultras des Lumières (1). De Meslier à Maupertuis
    o 8. Les Ultras des Lumières (2). De Helvétius à Sade et Robespierre
    o 9. L’Eudémonisme social (1). Le XIXe Siècle : De l’utopie libérale à Karl Marx
    o 10. L’Eudémonisme social (2). De John Stuart Mill à Bakounine
    o 11. Le Siècle du Moi (1). De Feuerbach et Darwin à Thoreau et Schopenhauer
    o 12. Le Siècle du Moi (2). De Fichte et Hegel à Stirner et Schopenhauer
    o 13. La Construction du Surhomme. D’Emerson et Carlyle à Burckhardt et Guyau
    o 14. Nietzsche
    o 15. Freud (1)
    o 16. Freud (2)
    • Le pur plaisir d’exister. Conférences à la BnF, coffret de trois CD audio, éd. Frémeaux & Associés, 2007 ; en ligne : Une historiographie alternative (9 février 2005), Une éthique élective (10 février 2005) et Une politique libertaire (11 février 2005).
    • L’injustice de la justice. Conférence Syndicat des avocats de France, coffret de deux CD audio, éd. Frémeaux & Associés, 2008.
    • Table ronde autour d’Albert Camus, avec Jean Daniel et Bernard-Henri Lévy, coffret de deux CD audio, éd. Frémeaux & Associés, 2010.
    • Faut-il brûler Freud ?, coffret de deux CD audio, éd. Frémeaux & Associés, 2010.
    • Le Post-Anarchisme expliqué à ma Grand-Mère, coffret de quatre CD audio, éd. Frémeaux & Associés, 2011.
    • Défense et critique de la psychanalyse, avec Boris Cyrulnik, coffret de deux CD audio, éd. Frémeaux & Associés, 2011.
    • Faut-il brûler l’art contemporain ?, coffret de deux CD audio, éd. Frémeaux & Associés, 2012.
    Vidéos]
    • Une conférence de Michel Onfray. Naissance d’une Université Populaire, avec la participation de Stéfan Leclercq, DVD, éd. Sils Maria, 2005.
    • Regards sur le sport : Michel Onfray, philosophe, en compagnie de François L’Yvonnet, film réalisé par Benjamin Pichery, INSEP, 2010.