Il vient de s’occulter le lendemain de la nativité d’Henri Rousseau (« le douanier » à cause d’Alfred Jarry).

Il a été un homme, un intellectuel et un artiste d’une grande valeur.

Tout entier dévoué au rayonnement de la ‘Pataphysique qui grâce à lui célèbre et prolonge l’œuvre de Jarry ;mais ce fut aussi pour nous un ami très cher.

Nous espérons nous montrer dignes de lui.

¡Viva Thieri Foulc!

Il était l’essence de la ‘Pataphysique comme ces trois êtres qui me manquent toujours :

André Breton l’essence du surréalisme,

Tristan Tzara de Dada,

et Roland Topor de panique.

Il m’a tant donné avec une nonchalante munificence.

J’ai tant appris avec lui,

comme avec mère Mercedes.

Seul Nebrija au XVème siècle savait-il plus de grammaire que lui ?

Ses tableaux, ses romans, ses éditions, ses irremplaçables dictionnaires…

…entre la vie et la mort, le ciel et la terre

il y a un pont tricolore que l’on nomme arc-en-ciel.

Il vole, Thieri Foulc, vers le Soleil.

¡Viva Thieri Foulc!

Portrait de Fernando Arrabal et Thieri Foulc.
Fernando Arrabal et Thieri Foulc. Photo : Yann Revol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*