«En France cela fermente, personne ne sait ce qui en sortira – du vin ou du vinaigre».

Ces lignes sont dues à l’écrivain allemand Lichtenberg, elles ont plus de 200 ans. Deux siècles plus tard, le vinaigre a un goût plus aigre encore. Un ciel bas et lourd pèse comme un couvercle, celui des passions tristes et du soupçon. De fake news en bad buzz, la discussion publique relève désormais du sport de combat. Et l’esprit des lois, ce pilier d’une démocratie vivante, vacille.

Comment rendre au débat démocratique son oxygène ?

Il y a dix ans Bernard-Henri Lévy, dans «De la guerre en philosophie» se demandait s’il est possible d’envisager la relation d’hostilité dans une optique républicaine, de penser le couple ami-ennemi en l’arrachant au monopole totalitaire du juriste Carl Schmitt. Nous y voilà : face à l’état d’urgence intellectuel et moral que connaît notre pays, il s’agit de déjouer sans attendre un double chantage – celui d’une gauche radicale égarée, fâchée avec l’idéal d’émancipation, celui d’une extrême droite irrepentie qui n’a d’égard que pour la France seule. Deux nihilismes complices, qui sont autant de figures de l’ennemi.


Qui est l’ennemi ?

Une rencontre avec Bernard-Henri Lévy
Le lundi 6 janvier 2020 à 20h
au Théâtre Libre
4 Boulevard de Strasbourg 75010 Paris
ENTRÉE LIBRE – Réservation obligatoire