La mort de Liliane Lazar…
Je la savais malade. Mais j’espérais bien n’avoir jamais à écrire ces mots. Et même le mois dernier, à NYC, lors de la soirée de lancement de mon dernier livre, je voyais que la maladie progressait mais ne parvenais étrangement pas à y croire.
Pour moi, elle est à jamais l’une de ces étudiantes de New York University devant lesquelles j’ai, en 1980, improvisé et inventé L’Idéologie Française.
Elle est celle qui, vingt ans plus tard, jeune professeure à Hofstra University, a voulu et conçu ce site comme un site d’archives consacré à mon travail.
Elle signait ses lettres, depuis presque 40 ans, «ta fidèle compagne de route»; et le fait est que je n’ai pas eu de lectrice, de commentatrice, de protectrice, plus ardente et vigilante qu’elle.
Je l’aimais beaucoup.
Je suis triste. Très triste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*