L’Affaire DSK n’est finalement pas une Affaire. C’est, comme pour Dreyfus, l’Affaire d’une absence d’Affaire. On appelait « Affaire » ce que Dominique Strauss-Kahn avait fait : il faut désormais appeler « Affaire » ce que Dominique Strauss-Kahn n’a pas fait. Il faut désormais appeler « Affaire » ce que nous lui avons fait.

Nous vivons dans une société d’emballement. Nous vivons, par conséquent, dans une société d’emballage. Le prêt-à-juger, le prêt-à-condamner, le prêt-à-détruire, le prêt-à-tuer, comme il existe du prêt-à-porter. Une société de prêt-à-porter-le-chapeau, en somme. Le coupable, il nous est livré tout emballé : dans son emballage d’évidence, sous son cellophane de culpabilité définitive. Comme enrobé dans un papier cadeau: nous nous offrons, en une cérémonie de Noël totalement pornographique, le spectacle de la chute. L’innocence paraît soudain, même sous sa forme pudique de « présomption », comme quelque chose de subsidiaire. De secondaire. D’annexe. Dans l’expression « présomption  d’innocence » nous ne voyons, et encore!, que le mot de « présomption » et jamais (ce qui est étrange) le mot d' »innocence ». Un présumé innocent est à nos yeux un supposé coupable. Mais un supposé coupable est forcément un coupable, puisque le mot « coupable », mot fort et grave, lourd et tranchant, l’emporte de très loin sur toute forme de supposition. Une supposition ne fait pas le poids face à un coupable. Une supposition n’a l’air de rien à côté d’une culpabilité. Par un étrange renversement, par une symétrie aberrante, l’innocence ne fait pas le poids, aux yeux de la société, de la société qui emballe, de la société qui s’emballe, de la société qui emballe les accusés sous nos yeux et nous les livre à domicile sous forme de coupable, l’innocence ne fait pas le poids, disais-je, malgré sa belle simplicité, sa belle évidence, face à la présomption. Un supposé coupable est un coupable, un présumé innocent est un présumé : voilà ce que dit la société.

Dominique Strauss-Kahn, quels que soient ses actes, fut immédiatement considéré comme coupable et comme présumé. Alors qu’il est sans doute un innocent et un supposé. Je suis certain que l’emballement ayant créé le consensus de sa culpabilité va se muer en un emballement opposé, mais aussi rapide, mais aussi mécanique, mais aussi instantané, mais aussi aveugle, consistant à le reconnaître immédiatement innocent, naturelement innocent, de toute éternité innocent. La culpabilité va se transformer en innocence avec la même légèreté, le même empressement, que l’innocence s’était transformée en culpabilité.

On va défaire l’Affaire.

Internet aidant et la meute veillant, on en était presque arrivé à oublier que la justice existait, que la justice restait à faire, et qu’entre ces capricieux mouvements du bien vers le mal, de la vertu vers le vice, puis du mal vers le bien, du vice vers la vertu, logeait un homme, non pas un autocollant « je suis un violeur » ou « je serai président de la République » mais un homme humain. Toute les tares de DSK vont, par un coup de baguette médiatique se métamorphoser en des qualités aussi caricaturales, outrancières, exagérées que les horribles défauts de la veille. L’évidence mécanique avec laquelle, par une téléologie biographique douteuse, on avait construit un DSK violeur d’une logique et d’une cohérence implacables est déjà en train de se raturer elle-même, rebroussant chemin, pour devenir une évidence de victime, une évidence de bouc-émissaire, faite d’expiation, de grandeur, de mystique, propre à ce que tos les journalistes vont intituler désormais, je vous le parie, un destin.

J’aimerais que pour une fois, une fois, une seule, alors qu’on cherche à le détruire avec des histoires de philosophe imaginaire dignes des blagues de Carambar, on reconnaisse à Bernard-Henri Lévy le courage intellectuel totalement exceptionnel dont il a fait preuve, tout seul au milieu des « évidences » et de la tornade, pour défendre son ami DSK, non pas au nom de l’amitié, mais au nom de cette présomption d’innocence que la revue La Règle du jeu a su conserver comme on conserve à l’institut Pasteur les souches les plus rares, comme on préserve dans certaines réserves naturelles, les espèces les plus menacées. Oui, il existe quelque part à Paris un petit laboratoire exigu, indépendent, presque isolé où l’on sait que la dignité humaine est préservée; que les valeurs sont conservées; que les droits fondamentaux de l’humanité sont à l’abri. Cette cellule, sans se mettre en avant dans les victoires, a su défendre avant tout le monde des damnés officiels blanchis par tous quelques temps après.

Les humiliés, les condamnés d’avance, les supposés ceci, les présumés cela, les innocents, les coupables obligatoires, les salauds évidents, les exclus universels, les bannis instantanés, les victimes qui vont de soit et les suppliciés qui coulent de source doivent savoir qu’il existe cette petite parcelle arrachée au réflexe de la meute et à l’immonde, cette minuscule extraction d’intelligence soustraite à la bêtise du nombre. Cette parcelle, ce noyau, cette petite planète étrange et solide, totalement incorruptible au boucan et aux divers vomis (boucan des juges et vomis des accusateurs) s’appelle La Règle du jeu.

28 Commentaires

  1. « Les humiliés, les condamnés d’avance » : quel courage Yann Moix, prendre ainsi la défense de la veuve et de l’orphelin, car c’est évident, Strauss-Kahn appartient indéniablement à cette catégorie de marginaux stigmatisés par la société. Heureusement qu’il reste encore quelques valeureux plumitifs comme vous pour nous rappeler le sort de ces malheureux…

  2. Un juif qui défend un juif criminel multi récidiviste.
    Vous rejouez l’affaire Dreyfus là ?
    Vous allez assassiner Sarkozy pour prouver que DSK n’est pas un pervers ?

  3. « Apprenons à ne pas commenter les commentaires et laissons le temps au temps ».

    Magnifique citation qui prend tout son sens avec ce que l’on sait aujourd’hui….en Décembre 2011

    Monsieur MOIX, ses associés et son fan club aurait été inspirés de prendre un peu de recul………

  4. Tres bon article… Par contre, je voudrais juste ajouter que DSK a tout a fait le droit d’avoir des tendences sexuelles  »differentes » mais qu’il assume pleinement. Qu’il arrete de jouer au jeune  »effarouche » parce que sa condition publique lui interdit d’avoir ces penchants sexuels … Qu’il prenne ses responsabilites et on le laissera definitivement tranquille… Qu’il arrete son hypocrisie. Nous ne sommes plus dupes. Dsk, assume toi !

  5. Je découvre seulement maintenant ce texte. Encore plus d’actualité suite au lynchage médiatique après l’intervention télévisée de DSK. Que c’est agréable de venir sur ce site …ouf un peu d’air.

  6. Version des avocats de DSK : Nafissatou Diallo a vu DSK dans sa suite, et a été suffisamment séduite par cet homme pour lui prodiguer une fellation en dix minutes [éléments matériels], n’a jamais réclamé le moindre argent [selon avocats DSK], ni autre chose que cette fellation express. DSK est tellement irrésistible que les femmes de chambre lui font des fellations sans rien demander en échange.
    Tout le monde croit cette version, M. Moix.
    Alors si c’est vraiment ça, DSK est tombé dans le piège le plus ridicule qu’on n’ait jamais imaginé, et n’a visiblement pas le quotient intellectuel suffisant pour être là où il est.

  7. Plus que l’affaire DSK, c’est de la crédibilité et de la déontologie des journalistes qu’il est question, l’urgence d’avoir le scoop avant la chaine concurrente ne doit pas interdire de vérifier les sources et la véracité des dires. Le journalisme d’aujourd’hui ressemble plus a du colportage de ragots qu’à une analyse de l’information, pour exemple l’affaire DSK si mensonge il y eu, quid des preuves matérielles et autres analyses ADN ? de même depuis le début des investigations DSK lui même n’a cessé de se contredire, bref nous assistons à une parodie de justice ou seule la communication et la sur-médiatisation compte.
    Ce qui est sur c’est que le crime le plus grave de DSK c’est d’avoir affamé des centaines de millier de Grecs.

  8. C’est bien ecrit… mais pour un saint… il a quand meme un paquet de casseroles… une possible nouvelle plainte en France cette fois, sans compter les histoires passées…
    Qu’il ne soit pas un violeur… c’est fort probable… qu’il ne soit pas un consommateur de drogue… ou un client de femmes faciles, dans un hotel de luxe… ca reste à prouver…

    Au final, de la à en faire un President…. j’ai quand meme un peu de mal à avaler desormais la pilule…
    Ils se doivent d’etre irreprochable… sinon, ils choisissent une autre carriere…
    Maintenant, meritait il autant d’acharnement… Bien sur que non… et c’est en ca que je rejoins le texte…

  9. excellent article, et oui bhl ainsi que badinter sont sortis du lot
    heureux de constater que la raison peut l’emporter sur un espace de commentaires…

  10. Mme Lagarde va-t-elle rendre le poste de directeur du FMI à DSK ? LOL

    Elle est chanceuse la française , à une semaine près il se serait passé quoi si l’affaire s’était dégonflée + tôt, elle aurait refusé le poste ?

    Depuis le début de cette triste affaire j’ai l’impression désagréable qu’on nous ballade , saura-t-on un jour la vérité ? Complot pour dézinguer un patron du FMI que nos médias français nous avaient d’abord dépeint comme féroce pour l’auréoler de tous les bienfaits une fois qu’il avait démissionné de son poste à la tête du FMI par une lettre écrite depuis sa cellule de Rikers Island ?

  11. MERCI !!!
    Merci pour ces mots que j’aimerais savoir aussi bien formuler !
    Merci d’écrire ce que les gens comme moi pensent et ne savent pas exprimer de cette façon !!!
    La violence avec laquelle a été traité cette malheureuse histoire m’a fait froid dans le dos ! L’impression d’assister à une mise à mort sans laisser le bénéfice du doute !
    L’impression de voir monter au bucher un homme sans qu’il puisse dire quoi que ce soit puisque de toute façon COUPABLE !
    Si on laissait libre les gens de droit de vie ou de mort DSK aurait été lynché sur la place publique !!! Les gens sont des barbares sanguinaires, et c’est de pire en pire, écidemment internet est le théâtre de violence écrites comme jamais on en avait vu, non pas que le peuple était moins violent mais il ne pouvait pas l’exprimer !
    Et même maintenant, et même quand il sera complètement innocenté, le peuple ne le croiera pas, en fait ils ont besoin d’un coupable ça les nourrit, quand on voit les méfaits de la télé réalité faut pas s’étonner ! Ils en seraient presque déçu qu’il soit innocent !
    Merci encore Yann pour ces mots !

  12. Merci pour cette brillante analyse. En conclusion ne passons pas maintenant d’un extrême à l’autre. Evidemment ceux qui ont craché sur DSK commencent à avoir peur: imaginez qu’il revienne sur la scène politique. C’est pitoyable. Apprenons à ne pas commenter les commentaires et laissons le temps au temps.

  13. Les commentaires de certaines féministes sont monstrueux. « Nafissatou Diallo a menti mais on peut être une menteuse et avoir été violée”. Ces féministes veulent absolument que cette femme ait été violée parce que femme et Dominique Strauss-Kahn le violeur, puisqu’homme! Mais attendez,! elle n’a pas menti que sur son passé mais elle a menti sur les faits mêmes ! Mais c’est grave, ça ! Quand on accuse un homme de faits aussi terribles, on ne ment pas, on ne ment pas du tout. A remarquer aussi qu’un homme, Loïc Sécher vient d’être disculpé d’un viol qui n’a pas commis après 9 ans passés en prison. Son accusatrice avoue avoir affabulé. Il avait été condamné à 16 ans de prison. Nous n’avons pas entendu les associations féministes crier leur indignation en ce qui concerne cette jeune femme affabulatrice. Ce qu’il y a de scandaleux, c’est la spécialisation de l’indignation. On défend les femmes, parce que femmes, les pauvres, parce que pauvres, etc… C’est absurde. Ce sont les droits de tous les hommes, peu importe leur sexe, peu importe leur classe sociale, peu importe leur sexe, etc qu’il faut défendre et ce sont les crimes que la justice doit punir, peu importe le sexe, la classe sociale, etc. Bien sûr, il faut lutter contre les injustices, les inégalités, mais contre toutes les injustices et contre toutes les inégalités. Je pense au calvaire que subissent Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair et leur famille, non pas parce qu’il s’agit de personnes célèbres, je pense à toutes les injustices. Pour cela, il faut de la précaution et de la nuance, de la prudence et ne pas exciter la haine collective, cette petite tête, enivrée de lynchages, de pogroms et de massacres. C’est cela faire de la politique.

  14. Les commentaires de certaines féministes sont monstrueux. « Nafissatou Diallo a menti mais on peut être une menteuse et avoir été violée”. Ces féministes veulent absolument que cette femme ait été violée parce que femme et Dominique Strauss-Kahn le violeur, puisqu’homme! Mais attendez,! elle n’a pas menti que sur son passé mais elle a menti sur les faits mêmes ! Mais c’est grave, ça ! Quand on accuse un homme de faits aussi terribles, on ne ment pas, on ne ment pas du tout. A remarquer aussi qu’un homme, Loïc Sécher vient d’être disculpé d’un viol qui n’a pas commis après 9 ans passés en prison. Son accusatrice avoue avoir affabulé. Il avait été condamné à 16 ans de prison. Nous n’avons pas entendu les associations féministes crier leur indignation en ce qui concerne cette jeune femme affabulatrice. Ce qu’il y a de scandaleux, c’est la spécialisation de l’indignation. On défend les femmes, parce que femmes, les pauvres, parce que pauvres, etc… C’est absurde. Ce sont les droits de tous les hommes, peu importe leur sexe, peu importe leur classe sociale, peu importe leur sexe, etc qu’il faut défendre et ce sont les crimes que la justice doit punir, peu importe le sexe, la classe sociale, etc. Bien sûr, il faut lutter contre les injustices, les inégalités, mais contre toutes les injustices et contre toutes les inégalités. Je pense au calvaire que subissent Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair et leur famille, non pas parce qu’il s’agit de personnes célèbres, je pense à toutes les injustices. Pour cela, il faut de la précaution et de la nuance, de la prudence et ne pas exciter la haine collective, cette petite tête, enivrée de lynchages, de pogroms et de massacres. C’est cela faire de la politique.

  15. et voilà ,il était un voyou malade, detraqué, psychopathe ,et que sais-je? il va devenir un saint!!
    où sommes nous , où vit on ? dans quel monde?

  16. Entièrement d’accord avec ce que je viens de lire. J’ajouterais juste á coté de BHL le nom de Badinter qui a fait preuve du même courage dans le même timing. Maintenant, j’appelle de mes voeux que soit franchie l’étape suivante : démonter les énigmes et anomalies de cette affaire qui ressemble, qu’on le veuille ou non, de plus en plus á un complot façon rainbow warrior. Ainsi, que faisait cette innocente femme de ménage seule pour nettoyer une suite de 100 m2, alros que les règlements de l’hotel stipulent bien que c’est toujours à 2 que doivent opérer les techniciennes de surface, et une fois le check out confirmé. Dans les hotels de luxe, on ne badine pas avec les réglements, théoriquement. Comme on ne balance pas aux flics un gros et fidèle client sur de simples allégations sans témoins d’une soi-disante tentative de viol et de séquestration ! Dans un hotel alors que DSK devait déjeuner avec sa fille sur le pouce avant de prendre son avion ! Non mais on se paye la tête de qui, lá ? Il se trouve que le PDG d’accor, mr Hannequin, est un grand ami bling bling de Sarko, ainsi que le chef de la police de NY, invité récemment par le couple présidentiel. A quel titre exactement ? On ne sait pas.Tout ceci est évidemment très « bizarre », ainsi que le fait que l’hotel sofitel regorge de personnels témoins pour accabler DSK, pourtant bon et fidèle client ! Mr Poutine, un spécialiste des coups tordus pour éliminer des opposants génants a d’ailleurs déclaré qu’il n’était pas dupe. Faut-il en dire plus ? en tout cas, je trouverais rassurant que, si complot il y a eu, ce fait soit dévoilé comme pour le rainbow warrior. Il n’y a aucune raison, pas même d’Etat, pour que le crime paye. sinon, oú va-t-on ? Je vous le demande !

    • En matière de courage,

      Défendre DSK après avoir défendu POLANSKI,

      Celà reste d’une témérité toute relative….

  17. Et voilà que vous mettez les mots dans une pensée que je venais de me faire.
    C’est ça que d’être écrivain.
    Votre réaction à chaud a été moins bien formulée dans les journaux d’aujourd’hui… Ce que vous avez prévu est en train de se passer.
    Cette société du prêt-à-juger, comme vous le dites si justement, tombe dans tous les panneaux.
    Le seul problème c’est que le ridicule tue. Cette presse ridicule a tué médiatiquement un homme innocent.
    Faudra maintenant, encore une fois comme vous le dites, qu’elle soit à son tour jugée…

    • Sandy, comment pouve-t-on qu’on n’a rien fait ? Comment prouve-ton le fait de n’avoir rien fait ? Comment prouve-t-on une négation ?

    • c’est vrai. Bonne remarque, et pour le coup, bonne suspension de jugement. S’il y a dans cet article le désir légitime de dénoncer les jugements trop hâtifs, il véhicule une indignation qui suggère que Dominique Strauss Kahn fait partie des « victimes qui vont de soi »… c’est aussi un parti pris, se poser comme l’élite réflexive face à la vindicte populaire, la « meute », qui juge forcément vite, et de travers…
      J’espère qu’il est innocent, car j’ose croire que ces élites ont assez d’intelligence pour ne pas aller se mêler à des affaires sexuelles aussi déplorable. Mais si lui, qui fait partie du « haut du panier », a effectivement agressé sexuellement certaines personnes, ces personnes ont aussi le droit pour le coup à toutes ces nobles causes : à savoir, le droit de défendre leur parcelle de dignité humaine, de défendre leurs valeurs, et leurs droits fondamentaux, souvent en sortant « hors de l’abri ». Hors de l’abri, car en effet il faut aller sous divers projectiles lancés par la « bonne société » pour défendre ces droits. Je ne crois pas qu’il soient agréable pour une victime de viol de s’entendre en plus accuser d' »affabulation », et ce mot revient souvent ; avant de mettre en exergue les cas déplorables où la femme a menti et où cela a entrainé la condamnation hâtive d’un homme innocent, il faut aussi bien dire que dans les « affaires de viol », il est plus fréquent que la victime présumée doivent se défendre pour se faire entendre, dénoncer un viol, c’est entamer un autre combat que l’agression elle-même, c’est la nécessité de prouver sa « bonne foi », de résister aux remarques ironiques visant à plomber le bien-fondé de la plainte. Je crois que les jugements à l’emporte-pièce accablent ces personnes aussi bien que des gens comme Mr Strauss Kahn, qui, même si ils sont souvent la cible du lynchage facile, de part leur notoriété, ont pour eux le pouvoir et un cercle d’amis assez voyants…
      quand à la théorie du complot…je n’arrive même pas à imaginer que pour plomber ce monsieur on puisse mettre au point une fausse affaire de viol, la trivialité de la mise en scène et de l’accusation me paraissant tellement énorme, qu’un éventuel comploteur se serait dit que ça ne serait pas crédible…en France, la mentalité étant ce qu’elle est, une « affaire » existe lorsque des montagnes d’argent sont en jeu, que des graissages de pattes sont dénoncées, là oui, c’est sérieux, mais pas ce que l’on y qualifierait de « simple histoire de cul »…