La bataille du Maïdan a commencé. Le scénario le plus terrible, celui auquel on n’osait croire et qui est celui d’un Tian’anmen ukrainien, est en train de devenir réalité. 5 morts par balles. 150 blessés. Peut-être davantage.

Poutine n’aura même pas attendu la fin des Jeux Olympiques de Sotchi. Il ne se sera embarrassé d’aucun scrupule ni précaution diplomatique. Logique de la force nue. Barbarie de la soldatesque qui faisait face jusqu’ici, mais avec sang-froid, aux manifestants pacifiques. L’Europe laissera-t-elle faire ? François Hollande, rentré de son voyage à New York plein de ce courage politique que lui a reconnu son allié américain, choisira-t-il de temporiser et d’autoriser « l’ours russe » à « faire le ménage » dans cette partie de l’Europe que trop de commentateurs appellent son « pré carré » ?

Il est encore temps, mais très vite, de menacer Ianoukovitch des sanctions que l’Union Européenne tient prête, mais sans se résoudre à les appliquer. Il est encore temps, si la soldatesque anti émeutes ne recule pas dans l’heure, d’interdire Ianoukovitch et sa famille d’entrée sur le territoire de tous les pays de l’union européenne. Il est encore temps, si l’arrêt de la violence n’est pas immédiatement décrété, de faire savoir haut et fort, en les nommant, aux quelques oligarques qui contrôlent ce régime assassin que leurs avoirs seront gélés sans délai. Et il est encore temps, enfin, de convaincre le Comité Olympique français, Jean-Claude Killy ainsi que tous les sportifs français présents à Sotchi de faire la grève des Jeux tant que le sang coulera sur le Maïdan.

6 Commentaires

  1. Cher ami Bernard-Henri Lévy,

    Vous avez mon plein soutien: nous devons tous ensemble, avec toute l’urgente (!), demander la suspension de la France et du Portugal (et de l’UE!) à participation aux jeux de Sotchi. Et oui: la France est membre permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies, il faut une réunion d’urgence du Conseil de Sécurité d’ONU. Vite!

    Artur Matos
    écrivain et philosophe

  2. Je pense qu’il est trop tard pour la greve des jeux mais ce qui serait bien c’est que tous les pays qui se sentent concernés boycottent la cérémonie de clôture des J.O et partent dès la fin des jeux.

  3. Je vacille , et pourtant je crois que M. Levy peut avoir raison en demandant athlètes français de suspendre toute participation comme un geste de solidarité . Les Jeux Olympiques apolitiques présentent le talent de nos jeunes . Maidan , aussi, est , en ce moment , nos jeunes . Comme ce fut Tiananmen , comme ce fut la bataille de Kruty , il y a près de 100 ans , lorsque 500 jeunes cadets ukrainiens sont morts en défendant Kyiv tout en retardant l’avancement de l’Armée Rouge Bolchevique le 29 Janvier 1918. Il est tragique que l’histoire se répète encore et encore . Comme un enfant ukrainien – anglais – américain , chaque année, nous immortalisé ces étudiants lors d’un service à l’église . Je me suis vaguement compris le sens et , encore moins , pourquoi le monde a permis que cela se produise inaperçu , tout comme la famine ukrainienne forcée de 1931 à 1933 de 7 millions de victimes . Événements et , plus important encore , les PERCEPTIONS ont été contrôlés par le Kremlin , comme ils le sont aujourd’hui à Sotchi et à Kyiv . Putin exploite l’ouverture et un vide de pouvoir . À leur crédit , les étudiants et les Gen Y savent que les médias de masse et les médias sociaux peuvent produire les résultats souhaités . Si M. Levy peut les inciter à Sotchi , plus de pouvoir pour lui . Ukrainiens en Ukraine et les gens méritent mieux partout.

  4. Courage et honneur aux combattants de Kiev.

    Que tous les Européens les soutiennent !

    JMR

  5. «Les cons, ça ose tout, disait Audiard. C’est même à ça qu’on les reconnaît.» Les salauds se distinguent des cons parce que c’est en conscience, alors même que leur art de la dissimulation leur offre de réaliser des crimes impossibles, qu’ils en arrivent toujours à révéler leur vraie nature. Contre l’idée de boycott, on nous resservait il y a quelques semaines la traditionnelle parenthèse pacifique, la trêve mythique dont les Jeux olympiens étaient censés protéger les marionnettes humaines prisonnières des guerres permanentes que se livraient les dieux de l’Olympe. Or c’est au nom des mêmes principes que ceux qui sont encore attachés à l’idée de civilisation trahiront leurs valeurs s’ils refusent de comprendre que l’important n’est pas aujourd’hui de participer, mais de ne plus rester une seconde de plus aux Jeux du minitsar de toutes les Russies alors même que sa petitesse l’empêche de s’interdire de mater mortellement la révolution douce des fils de 1989, eux qui les bras tendus vers le couvercle baudelairien se montrent déjà capables de donner une leçon à la Terreur de nos pères fondateurs, à moins que face à un Vlad le Terrible, il n’y ait pas d’autre solution de défense que la loi du talion…

  6. Mr Bernard-Henri Lévy
    pouvez vous m’expliquer aussi ce qui se passe en Espagne et pourquoi les médias n’en parlent pas ?