– Ah Jean-Marc te voilà bon ben assieds-toi oui non fais pas attention, il y a eu un petit dégât des eaux, tu sais ce que c’est, depuis mon investiture, entre la pluie, la grêle, et l’orage je suis pas gâté, ha ha ha, bon bon alors on en est où tu sais il est seize heures j’avais dit seize heures on est en retard Jean-Marc on est en retard Jean Marc oui hein alors récapitulons bon alors Fabius il est où ? non on peut pas le mettre aux Anciens Combattants Jean-Marc moi non plus je ne l’aime pas, mais il va se vexer, là, remarque ça lui irait bien les Anciens Combattants à Fabius, attends deux secondes Jean-Marc, un coup de fil…

…ah ah ah oui oui… oui… oui… ok… ok… bon… c’est cela même… très bien… OUI… ok… au revoir Jean-Vincent, oui bon c’était Jean-Vincent, il veut vraiment être ministre lui, hein, c’est dingue, là il me disait qu’il était prêt à replâtrer lui-même le kiosque à musique du Jardin de l’Elysée, oui parce que le kiosque à musique s’est effondré cette nuit, une mini-tornade, tu sais ce que c’est Jean-Marc en ce moment, tout est contre nous, Dieu, le Ciel, Angela Merkel, et Martine Aubry, alors bon reprenons on s’égare on s’égare, alors Mosco, il est où Mosco ? aux Finances, très bien, bon et Valls, il est où Valls ? ah il est là ! bonjour Manuel, oui, Manuel, tu peux arrêter de me suivre partout, c’est bon, c’est fini, oui moi aussi, Manuel, sors de dessous cette armoire, voyons, attends Jean-Marc, un appel… allô ? Oui, c’est moi, moi Président de la République, oui, moi Président de la République, moi Président de la Ré… ah Jean-Vincent, c’est vous ? oui il faut arrêter, Jean-Vincent, c’est bien, oui… peut-être qui sait hé hé hé… oui… bon je vais raccrocher, c’est cela même, très bien… oui oui… bon, Jean-Marc, le temps passe vite, on s’y remet, tiens, appelle moi Sapin, comment ça une panne de téléphone ?, hein, non, la ligne coupée ? un séisme dans le 8ème arrondissement ? bon bon bon alors tant pis, on le met où Sapin, trouve-moi un truc, genre économique, mais pas trop, hein ? le Travail, oui bon admettons, alors on avance, qu’est-ce qu’on fait de…

…ah oui, bonjour, c’est moi François Hollande, moi Président de la République, moi Président de la République, moi Président de la République…(c’est Montebourg), oui qu’est-ce qu’il y a Arnaud, dis-moi ?, un message pour Jean-Marc ? d’accord, bon, alors je transmets, oui, alors Jean-Marc y a Arnaud qui demande si tu ne peux pas démissionner, hein, et lui donner sa place, parce que… non mais ça va pas Arnaud ? je t’aime beaucoup, mais tu ne seras pas Premier Ministre, non, je sais bien que tu as du talent ce n’est pas la question mais oui mais oui c’est toi qui aurait dû l’avoir, attends j’ai un double appel, je te reprends, non je veux dire : au téléphone, pas à Matignon… oui… allô ?

…ah c’est toi Martine, tu as une voix étrange, oui, l’émotion, bon alors qu’est ce qu’il y a hein, dis-moi tout, tu veux revenir ? je crois que j’ai une place de… (qu’est-ce qu’on a encore Jean-Marc ? les transports, la vie maritime et les oiseaux blessés ? tu crois ?)… ah non, tu ne veux pas revenir, ah bon, tant mieux, enfin non, c’est pas ce que je voulais dire, tu m’as compris ha ha hein, voilà, bon… alors… tu menaces de passer à l’UMP si Jean-Vincent Placé n’est pas ministre ?… bon… écoutez Jean-Vincent, je vous ai reconnu c’est grotesque franchement vous faîtes très mal Martine Aubry elle a une voix de tête beaucoup plus insupportable et…

…allô ? non mais pourquoi y a plus de courant ? Hein ? comment ça un tsunami Rue de Rivoli ? Vous vous foutez de moi ? hein bon alors Jean-Marc finissons finissons on en est à combien là, 48 ? heureusement qu’il est resserré, on serait à 92 alors bon avançons oui c’est bon on a bien tous nos quotas les femmes les vieux les jeunes les diversités visibles les outre-mer les radicaux les écolos les aubrystes oui on a tout c’est bon oui on a même Laurent Fabius on le met où d’ailleurs ? bon on verra après alors je disais question quota on est OK ? non bon il manque une radicale tendance libérale-luthérienne du Sud Ouest d’origine hispanique ? bon alors trouve moi ça Jean-Marc, oui on saura pas qui c’est mais je connais pas la moitié de mes ministres si ça se trouve y a Michel Delpech ou Yasmina Benguigui dans le lot et je suis même pas au courant…

…allô ? Fabius veut les Affaires Étrangères, sinon il démissionne du PS, et il rejoint Jean-François Copé ? bon je préférais encore les tsunamis et les ouragans, question catastrophe, mais d’accord, on aura Fabius au Quai d’Orsay, ha la la non mais t’imagine Jean-Marc nos otages au Niger, quand ils vont revenir de captivité, accueillis par Fabius, ils vont vouloir repartir dis donc… OUI !… allô ? Oui, c’est moi, Président de la République, moi, Président de la République, moi, Président de la… qui êtes vous ? Sylvia Pinel ? Connaîs pas, vous avez dû vous tromper de numéro, chère Madame, ah bon, vous êtes ma ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme OK OK très bien, ah vraiment je te jure je n’en peux plus Jean-Marc (un silence)… NON JEAN-VINCENT vous ne serez pas ministre, non, même contre un gros chèque, hein ? comment ça une grosse bêtise ? vous êtes à bout? vous êtes sur votre balcon ? que voulez vous dire par très grosse bêtise non mais hé ho attendez….

…OUI ! ah vous êtes un écologiste de banlieue, Noir, et proche de Benoît Hamon ET végétarien ? bon bon bon on va vous trouver quelque chose (dis moi Jean-Marc, il faut forcément un intitulé aux Ministères ? Non ?) bon eh bien vous êtes Ministre Délégué au Ministre Délégué à la Ministre de la Justice, voilà, OK, oui moi aussi, bon sang je crois que j’ai choppé la grippe avec toutes ces histoires…

…bon, allô Arnaud ? oui, non, je ne peux pas démissionner, et te laisser ma place, oui, Arnaud, en 2017, d’accord, hein, oui, la bise à Audrey, d’accord… ouf ! bon on est à combien là Jean-Marc ? hein comment ça un alligator dans mon bureau ? Sécûrité ! Bon… quelle tuile, hein ? C’est bon, on peut y aller ? Oui ? Et on est d’accord, Jean-Marc, TU NE DEMISSIONNES PAS AVANT CINQ ANS, et PAS DE RE-MA-NIE-MENT ! Franchement, je ne ferais pas ça tous les jours…

4 Commentaires

  1. Quoi qu’on dise sur les motivations de François Hollande, il n’en pêche qu’il est le seul président français à avoir instauré la parité.
    Et ça force l’admiration.

  2. C’est au moins la deuxième fois que je vous voir taper sur Laurent Fabius.
    Ne serait-il pas votre tête de turque?

  3. Oh que ça peut être difficile la vue d’un président.
    Tant de haines dès les premiers jours de son gouvernement…