La marche annuelle de la diaspora kabyle en France aura lieu ce dimanche 16 avril à Paris. Ferhat Mehenni, président de l’Anavad (Gouvernement Provisoire Kabyle) et du MAK-Anavad (Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie), a invité La Règle du jeu, son directeur Bernard-Henri Lévy et moi-même à soutenir cette manifestation. Ce que nous avons accepté. J’y participerai donc et aurai le plaisir et l’honneur d’y prendre la parole. Tout comme les amis kurdes, qui seront également présents.

La mobilisation parisienne des Kabyles précèdera celle qui aura lieu le 20 avril dans plusieurs villes de Kabylie : Vgayet, Tizi Wezzu et Tuvirett, où l’an dernier des dizaines de milliers de manifestants étaient descendus dans la rue.

Ces marches revêtent cette année une importance particulière car elles interviennent au moment du dépôt par Ferhat Mehenni auprès du Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, d’un Mémorandum demandant « la reconnaissance formelle du droit du peuple kabyle à son autodétermination ». Ce Mémorandum, qui également destiné à l’Union Africaine, l’Union Européenne, la Ligue Arabe, l’ASEAN, la CEI, la France, les Etats-Unis et l’AMSUR, explique que « le peuple kabyle réunit toutes les conditions nécessaires à l’exercice de son droit référendaire à disposer de lui-même ».

On y lit ainsi : « La Kabylie mérite de rejoindre l’Organisation des Nations Unies et de prendre place en son sein en tant que nation et en tant qu’Etat libre et indépendant. Il est venu le temps, pour elle, de dissoudre les liens politiques qui, depuis 1857, la rattachent de force à l’Algérie. Ces liens qui ont toujours été tendus, empreints de défiance réciproque, épisodiquement très violents, sont des chaînes qu’elle a toujours combattues et dont elle entend se défaire aussi bien pour le bonheur de ses enfants que pour la stabilité régionale. »

Le Mémorandum souligne que « le peuple kabyle est fort de près de 12.000.000 d’âmes pour un territoire de plus de 40.000 km2. Même si nous savons que ce ne sont ni le nombre d’habitants d’un peuple, ni la taille de son territoire qui le font admettre en tant que membre des Nations unies, il est bon de noter que la Kabylie, située à l’Est d’Alger, est plus grande que plus de 30% des pays membres de l’ONU et qu’elle dépasse plus de 60% d’entre eux en population ».

Les organisateurs comptent sur le succès des marches pour donner un large écho à leur demande de droit à l’autodétermination, dont le Mémorandum précise que « cette entreprise, en harmonie avec les valeurs du peuple kabyle, se veut avant tout pacifique ». On ne peut que souhaiter qu’ils soient entendus.

Dimanche 16 avril 2017. La marche partira à 14h de la place de la Bastille pour se terminer place de la République.

Thèmes

4 Commentaires

  1. Merci Bernard. J’ai beaucoup apprécié ton article et ton intervention du 16 avril à la Bastille.

  2. Vous n’arriverez pas déstabiliser l’Algérie comme vous l’avez fait en Libye. Ce groupuscule ne représente que lui-même

  3. La vérité, la justice et la justesse d’une cause n’ont elles plus de place dans la mondialisation, trois piliers de l’humanité qui ont du mal a surmonter les conflits d’intérêts internationaux, Anciennes forces colonisatrices: faites votre devoir de rédemption et rendez nous notre liberté.

  4. C’est une lutte légitime.
    Les Kabyles font partie du peuple Amazigh (Berbère) qui occupait le Maghreb bien avant son invasion par les arabes et même avant celle des romains.
    Ils sont trop confondus avec les arabes, ce qui est difficile à vivre pour eux.
    Mais je ne vous apprend rien sur ce point, je pense.