Une sourde dislocation menace la société française. Le constat nous coûte mais il s’impose : aujourd’hui, en France, on ne débat plus, on crache ; on ne s’oppose pas, on lynche ; on ne conteste pas, on conspue ; et ce qui était, hier, impensable est devenu, aujourd’hui, banal.
Dans la France de 2014, quand on manifeste en famille son désaccord avec la politique de la garde des Sceaux, on la traite de «guenon». Dans la France de 2014, un rassemblement prétendument organisé pour s’opposer au président de la République devient un raout antisémite, raciste et homophobe dans les rues de Paris où l’on scande «Juif, la France n’est pas à toi». Dans la France de 2014, la haine antijuive est à ce point populaire qu’elle est devenue une forme d’humour particulièrement rentable pour un prédicateur vénal qui se moque de la loi comme de ceux qu’il offre à la vindicte des rires gras.
Dans notre pays, il se trouve un certain nombre de personnes pour affirmer avec morgue que les juifs dirigeraient le monde, que les homosexuels mettraient la société en danger, que les Arabes ne seront jamais français et que les Noirs devraient préférer les arbres aux bancs de l’Assemblée nationale. Et il se trouve – hélas ! – un nombre plus grand encore de personnes suffisamment crédules, fragiles ou stupides pour le croire et le faire savoir, dans les rues et sur la Toile.
Que l’on ne s’y trompe pas : ce qui, à terme, est menacé, par le racisme, l’antisémitisme ou l’homophobie ce ne sont pas seulement les personnes d’origine immigrée, les juifs et les homosexuels, mais c’est la possibilité de vivre en république, c’est-à-dire la république elle-même.
A ceux qui ont proféré, diffusé, dit, laissé dire, mis en scène, organisé ou profité d’une telle immondice, nous voulons exprimer fermement et calmement que cela suffit ; qu’ils répondront de leurs actes et que pour notre part, nous répondrons par des mots. Le ressentiment ne peut pas être le seul sentiment qui relie entre eux des Français qui ne se sont jamais rencontrés. A trop céder aux oppositions artificielles, la défiance s’est installée et on en a oublié l’essentiel : la fierté et le bonheur de vivre ensemble. Si chacun considère son voisin ou son collègue comme une menace ou un ennemi, alors la France disparaîtra non pas tant dans ce qu’elle est mais dans ce qu’elle a pu incarner de plus beau ici et à travers le monde. Nous avons tous et toutes, à titre individuel, la responsabilité de construire la société dans laquelle nous voulons vivre.
Ceux qui ont hurlé doivent se taire ; ceux qui se sont tus doivent parler. En ces temps de haines rances, de clameurs incendiaires et de ressentiment généralisé, nous devons nous rassembler sous un seul mot, une seule bannière, un unique mot d’ordre, quels que soient notre origine, notre âge, notre orientation ou notre condition. Dans la France de 2014, il appartient à chacun d’entre nous de décider que le temps de la haine est révolu et que celui de la fraternité est venu.

Signataires

Yvan Attal, Josiane Balasko, Bérénice Bejo, Tahar Ben Jelloun, Pierre Bergé, Pascal Blanchard, Michel Boujenah, Patrick Bruel, Elie Chouraqui, Caroline Fourest, Michel Hazanavicius, Patrick Klugman, Pierre Lescure, Bernard-Henri Lévy, Jacques Martial, Yann Moix, Scholastique Mukasonga, Yannick Noah, Dominique Sopo, Eric Toledano

Fraternite

24 Commentaires

  1. A bien regarder ce trombinoscope…………je me pose une question..la France n’aime t’elle pas le Jaune ?

  2. Je pense qu’il y a vivre ensemble, les uns avec les autres pour s’enrichir de la mixité…..et vivre en écrasant les autres, en leur imposant un mode vie qui n’est pas le notre!! La France a quand même une identité culturelle, elle repose sur la laïcité, et ça on l’oublie trop souvent, au nom des droits de l’homme…….et quand certains veulent dire « stop » car certaines communautés empiètent sur notre identité française, ils sont taxés de raciste, islamophobe, antisémite, homophobe, etc……
    Je vis près de la Genève, et en Suisse c’est complètement international, multi culturel, c’est la mixité à tous les niveaux, et tout ce passe bien car ce pays à su faire respecter son sol, à su donner un vrai droit de parole aux citoyens par des référendums (qui sont respectés, pas comme pour l’Europe hein?!), et surtout valorise ces citoyens en faisant venir de l’immigration, mais dès que le taux de chômage augmente, hop on ralenti et on privilégie le Suisse, ça me paraît tellement normal!! Puis question sécurité, ils ne plaisantent pas, hors mi quelques faits divers, on peut se promener tranquille dans les rues, jour et nuit. En France, on peut plus rien dire…..c’est malheureux!

  3. Oui, cet appel fait du bien. Mais je regrette, moi aussi, qu’on ne puisse pas y ajouter nos voix. Une grande mobilisation…
    Comme l’écrivait Burke, pour que le mal triomphe, il suffit que les hommes de bonne volonté ne fassent rien.

  4. Chers amis,

    J’ai déjà écrit: la tolérance sociale et la fraternité dans les nations (et dans la France) n’est possible qu’avec la révision des « codes » et des « positions » des politiciens.

    En France, la tension sociale est énorme et les « positions » de la gauche et de la droite (democratiques) sont devenus radicaux. Il ya une violence latente (mais réelle) dans le discours du « politique ».

    Cette violence discursive souligne en forme sibylline (mais encore une fois, réelle) des tensions sociales entre les citoyens (les Français).

    Le discrédit des citoyens dans les institutions publiques, les dirigeants et les politiciens est général.

    La très forte abstention lors des dernières élections municipales (30 Mars 2014) prouve le discrédit des citoyens dans la vie politique, les élections et la démocratie.

    Il est donc urgent de réformer le système politique. La paix sociale commence par la réforme du système et des partis politiques.

    Une démocratie malade, mais sur la base des partis politiques, exige la réforme du « système ». Sans cela, il n’est pas possible la paix sociale.

    En ce sens, la haine est dans la rue – et, oui, c’est vrai: « Une sourde dislocation menace la société française. Le constat nous coûte mais il s’impose : aujourd’hui, en France, on ne débat plus, on crache ; on ne s’oppose pas, on lynche ; on ne conteste pas, on conspue ; et ce qui était, hier, impensable est devenu, aujourd’hui, banal. »

    Face à cette honte (ce malheur) nous devons agir! Rapidement, avec toute l’urgence!

    Les politiciens, les intellectuels, les syndicalistes, enfin, l’ensemble de la société française. Il est urgent d’abandonner « l’atomisation sociale » qui rend indifférents les Français entre eux.

    La « République » est en danger (Vide, par ex., l’affaire Mme Taubira). Dans ce contexte, la « liberté, l’égalité et la fraternité » sont de vains mots. Et seule la réforme du système politique et des partis politiques peut prévenir l’extrémisme et le radicalisme de certains partis comme le FN.

    Donc, encore une fois, dangereusement (!), la haine, l’antisémitisme et l’autre radicalisme sont infiltrés dans la société française.

    Mais seulement les politiciens et les gens peuvent guérir ce mal!

    Artur Matos
    (écrivain et philosophe)

  5. e trouve l’initiative tres tres bonne. On parle de la montée du racisme contre les Juifs, les musulmans, les homosexuels …mais on ne parle jamais de la montée du racisme contre l’Eglise Catholique! Tout acte raciste doit être condamnée quelque soit les communautés; les personnes et les religions touchées, taire la montée des actes racistes contre l’Eglise catholique ou une autre communauté ne fera qu’augmenter la colère et le rejet! Soyons vigilent. De plus, je trouve cela assez marrant que Caroline Fourest signe cet appel à la fraternité après avoir soutenu et défendu les actes des Femen qui sont des exemples de fraternité surtout lorsqu’elle saccage et profane des églises et qu’elles divulguent sur leur corps et sur twitter des propos haineux! Quel paradoxe!

  6. Peut être qu’avant de pointer une éventuelle haine
    et d’en appeler à une pseudo fraternité,
    il serait bon de commencer à comprendre le pourquoi du comment ?
    Sinon, c’est un coup à sortir d’autres textes ridicules.

    • oui le pourquoi ?, eux lieu de faire fermer la gueule aux peuple et ne jamais demandé l’avis au peuple et surtout passé des lois sans demandé l’avis au citoyen, sa c’est être aveugle. depuis des génération en plus. et je suis étonné qu’il n’y a pas plus de révolte.

  7. Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu chapitre 7, versets 3 à 5 :
    « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? Ou comment peux-tu dire à ton frère : Laisse-moi ôter une paille de ton œil, toi qui as une poutre dans le tien ? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère. »

  8. Plusieurs choses m’interpellent. Comme à chaque fois que le FN fait u gros score, nous assistons au concert des vierges effarouchées qui crient non à la haine et à la discrimination. Dans les faits nous ne pouvons qu’etre d’accord. Mais, avant de nous abreuver de paroles politiquement correct il convient avant tout de s’interroger sur les faits et sur la vision grossière dont ceux qui pensent autrement sont décrits par nos chers « élites parisiennes ». Entendons nous, je n’ai jamais voté FN et je ne suis pas près à le faire, mais dépeindre de cette manière les opposants au mariage gay, les millions d’électeurs qui ont voté à droite ou à l’extreme droite en se basant sur des faits très isolés pour les généraliser de la sorte est une insulte à leur intelligence. Il y a avant tout le désamour pour une classe politique incapable (à droite comme à gauche) de rassembler les français autour d’un programme fédérateur (Matteao Renzi semble apte à donner une belle leçon à nos politiques français). Ce vote est bien davantage la volonté de voir changer le paysage politique français que l’expression d’une illusoire nazification de notre société. Ne pas reconnaitre cela est une erreur et une sorte de terrorisme intellectuel (Tu ne penses pas comme moi, donc tu es fasciste) dictée sous l’égide de l’idéologie déracinée des réalités de notre pays. Gouverner c’est prévoir! En aucun cas moraliser!

    • Merci pour votre message.
      Je constate une fois de plus que la tolérance de la gauche n’est que la permission de penser comme eux. Ça ne prend plus. Le trafic de réalité a ses limites.

  9. Merci.
    Je ne reconnais plus mon pays. La jeunesse s’étiole et les pensées nauséabondes affluent. J’ai 33 ans et j’ai peur. Je ne me retourne pas vers l’extrême pourtant. Mais j’ai peur.

  10. cet appel est vraiment bien, il mériterait d’être diffusé au plus grand nombre!
    Dommage que nous n’ayons pas la possibilité de le signer aussi!
    sincèrement vôtre ,

    • et la démocratie, Monsieur, ça vous parles? reprenez l’histoire de la guerre de 45, les nazis étaient socialistes, alors ça suffit d’insulter les gens qui pensent a l’avenir de la France et qui l’ont manifesté lors des municipales

    • ne vous inquiétez pas on a déjà partagé sur tweeter et FB…car franchement, ça vaut le détour!

    • Bonjour Aymeric,

      je partage votre avis sur le faite qu’il serait bien que plus de personne puisse la signer. Et j’ajoute que je partage vos convictions concernant Avaaz. Toutefois, il ne faut pas comparer ce qui n’est pas comparable. C’est a dire qu’Avaaz se bat pour des causes plus nobles. Je suis d’accord de me battre contre le racisme, mais je suis pour la democratie et pour que les differents parties existent et puissent faire un faible score. Et je suis pour la liberte d’expression de maniere egale. C’est a dire ne pas « tout tout » dire, bien entendu, mais que ce qui peut etre dit sur une communaute, puisse etre dit sur une autre.. pas de traitement de faveur, tout le monde egaux.

  11. Oui, merci pour cet appel qui devrait être diffusé et proposé à la signature de tous. Je le signe ici et je le partage.

  12. Chers amis,

    Contre la haine et le fanatisme de la FN, je souscris également « l’appel à la fraternité » libéré par la RJ! Parce que, oui, je suis d’accord: « aujourd’hui, en France, on ne débat plus, on crache ; on ne s’oppose pas, on lynche ; on ne conteste pas, on conspue ; et ce qui était, hier, impensable est devenu, aujourd’hui, banal. »

    C’est la banalité de la haine, de l’indifférence, de la peur! La « République » Française ne survit pas à cette disgrâce!

    La France et les Français vont payer cher à l’avenir toute cette haine. Il est urgent de changer de direction maintenant – vite!

    Dans ce contexte de haine, « la liberté, la égalité et la fraternité » sont des vains mots!

    Le cœur de la « République » est blessé!

    Il est donc nécessaire de réformer, avec toute l’urgence, le système politique de la France (et des partis politiques), afin de prévenir et éradiquer l’extrémisme politique de certains « partis » comme la FN. Avec toute l’urgente!

    Les élections et la démocratie ne peuvent pas être corrompus par la haine de certains « partis » faussement « démocratiques ».

    Seulement les naïfs ne peut pas voir ce malheur!

    L’ avenir de la France est dans les mains des Français – demain, 30 mars 2014, à nouveau!

    Artur Matos
    (écrivain et philosophe)

  13. Merci, cet appel fait vraiment du bien, il mériterait d’être diffusé au plus grand nombre!

    Dommage que nous n’ayons pas la possibilité de le signer aussi!

    Cordialement,

  14. « Que l’on ne s’y trompe pas : ce qui, à terme, est menacé, par le racisme, l’antisémitisme ou l’homophobie ce ne sont pas seulement les personnes d’origine immigrée, les juifs et les homosexuels, mais c’est la possibilité de vivre en république, c’est-à-dire la république elle-même. » En ce qui me concerne C’EST une évidence et je me mobilise pour cela…depuis toujours je crois (l’enfance) contre toute forme de rejet de l’autre.
    j’aimerais si cela est possible prêcher pour ma paroisse mis à mal ces derniers jours : l’intermittent
    Je suis storyboardeuse (scénarimage: la mise en scène du film comprenant le découpage plan par plan, l’acting des personnages,le cadrage, les notes techniques). Pour se faire je suis engagée un certain nombres de jours (toujours trop courts nécessitant d’y travailler plus des 7heures journaliers qui nous sont allouées weekend compris (non payés) Tous le savent. j’enchaîne production sur production au détriment des périodes de vacances ou je risque de « manquer » une production…et de me retrouver au chômage sans certitude du retour à l’emploi, bref le stress de l’intermittent. Serais-ce trop demandés à P. Bruel, Yannick Noah et les autres artistes travaillant conjointement avec des intermittents de soutenir le mouvement ? à votre manière ou par exemple comme vient de le faire Dominique A (le plus pertinent à mon sens) sur GAM ?https://www.facebook.com/WeAreLaGam Merci à vous ! A. Bonnefoy