Sakineh,

La peine de mort, quel que soit le pays, l’institution qui l’applique, quelle que soit la forme qu’elle prend m’est proprement insupportable.

Alors, le seul fait d’imaginer le supplice qui vous menace m’anéantit.

Toutes mes pensées vont vers vous chère Sakineh, je voudrais tant pouvoir soulager votre détresse et celle de vos enfants. J’imagine la solitude atroce dans laquelle vous vous trouvez.

Chaque jour, j’attends que vous échappiez à cette fin inhumaine.

Marianne Denicourt

4 Commentaires

  1. Hypocrisie, quand tu nous tiens !!
    J’ai l’impression que « l’affaire Sakineh » est en train de faire pschittttt !!!
    La propagande ne prend plus, Bernard ???

  2. Précisons cependant une règle importante de la lapidation : La pierre doit faire au moins 2 ricochets avant d’atteindre la cible…. sinon ça compte pas (ça serait trop facile)…! Non mais …!