Les lecteurs de La Règle du Jeu commencent à connaître Utopia, ce réseau de distribution de films, qui se reconvertit, quand le coeur lui en dit, en officine de propagande antisioniste.

C’est ce qui s’est passé quand, en avril dernier, au moment de l’affaire de la flottille prétendument « humanitaire » de Gaza, il a déprogrammé  l’avant-première du film israélien  « A cinq heures de Paris » au nom d’un « appel à la réflexion et à la liberté » qui ressemblait à s’y méprendre à un appel au boycott.

C’est ce qui s’était produit, déjà, lors d’une autre affaire, celle à laquelle Yann Moix avait réagi en donnant au Figaro une belle et forte chronique: l’affaire de ces propos antisémites, sous guise antisioniste, tenus, à l’occasion de la sortie du film Le temps qu’il reste du réalisateur palestinien Elia Suleiman, dans une gazette distribuée gratuitement dans les cinémas Utopia.

Et voilà que les responsables d’Utopia récidivent à nouveau en traînant, à cause de cette chronique, notre ami Yann Moix devant les tribunaux. Un écrivain judiciarisé pour avoir usé de sa liberté d’expression… Un écrivain trainé dans la boue pour avoir dit la nausée que lui inspirent des propos nauséabonds… Des gens qui ont osé parler de  « lobotomisation sioniste » et qui entendent se poser en victimes sous prétexte que l’écrivain en question leur a reproché, non sans véhémence mais avec rigueur, de favoriser l’éclosion d’un antisémitisme de gauche…

S’agissant de n’importe quel écrivain, la situation nous consternerait. S’agissant de Yann Moix, elle nous indigne et appelle, de notre part, la réaction la plus vive et la solidarité la plus entière. L’ensemble de la rédaction, les membres du Comité éditorial que nous avons pu toucher, Gilles Hertzog, directeur de la publication de la revue et, enfin, Bernard-Henri Lévy – tous soutiennent Yann Moix dans cette ténébreuse affaire. Tous lui disent leur amitié et, surtout, leur plein accord avec l’esprit des propos qui lui sont aujourd’hui reprochés.

Et, quant à nos lecteurs, nous les invitons à soutenir l’auteur de La Meute dans son juste combat contre l’antisionisme primaire et pour la liberté de polémiquer.

11 Commentaires

  1. Spectateur quasi exclusif d’Utopia, mais pratiquant occasionnel, j’avais été plus que dubitatif devant le choix de « reporter » la diffusion d’un film d’un REALISATEUR israélien pour sanctionner le GOUVERNEMENT israélien. Le fait est que ce film est au programme à la rentrée, ce qui ne répare pas tout à fait la faute à mon sens.
    Il reste que qualifier le réseau Utopia d’OFFICINE antisioniste sent un peu le service commandé. ( Vipères lubriques antisionistes serait peut être plus juste, non?)
    Non, la politique de l’état d’Israel n’est pas intouchable, non, Edgar Morin n’est pas un antisémite, non, les nombreux citoyens Israeliens qui étouffent littéralement dans le conformisme qui interdit toute pensée un peu à coté et qui fuient momentanément ou définitivement ne sont pas des traitres, les jeunes qui vont se vider la tête en masse après le service en s’adonnant frénétiquement à la fumette en Inde ne sont pas des renégats, Israel n’est pas que le paradis des sabras pleins de houtzpa, c’est un pays qui grince de toutes parts, où il est loin de faire bon vivre, la crise morale est profonde. Un beau gachis pour la cuture juive, bien plus mal en point en Israel qu’à l’extérieur…Et je ne parle pas là de l’observance religieuse, qui ne regarde que chacun, mais de la perte de l’héritage multiple des communautés de la diaspora, remplacé par un assez misérable ersatz folklorique.
    Jusque là, tout va bien, je n’ai encore rien dit de ce que l’état d’Israel fait vivre (vivre?) au Palestiniens depuis plus de soixante ans
    mais si je m’aventure jusqu’à me préoccuper du sort des voisins, je vais m’en prendre plein la tête…
    Par surcroît, au risque de me faire traiter de tous les noms, je voudrais conclure par ceci: Le judaïsme a constitué un des apports majeurs pour l’humanité, c’est une culture des plus précieuses, parce que loin d’être celle d’un peuple élu renfermé sur lui même (sur de lui-même et dominateur, disait l’autre…) c’est celle qui a permis le dialogue et la confrontation féconde entre les cultures diverses dont les juifs étaient partie intégrante, des cosmopolites, je vous dis… visés en tant que tels par tous les obscurantismes… Aprés la destruction violente du judaîsme en Europe il subsistait encore quelques repousses, bien maltraitées par l’étroitesse nationaliste de la majorité du sionisme.
    Le sionisme cherchait en principe à créer un homme juif nouveau, le projet se concrétise depuis près d’un siècle, et il serait interdit d’en tenter le bilan? Ce chantage constant à l’accusation d’antisémitisme pour conjurer tout regard critique est contre-productif, stérile, osons le mot suicidaire. Le syndrome de Massada n’a pas fini de faire des dégats…

  2. TOUS ENSEMBLE CONTRE LE MENSONGE ET L’HYPOCRISIE ET LE BOYCOTT LES GAUCHISTES ONT TROUVE UN INSTRUMENT DE TRAVAIL TRES FACILE EN S’ATTAQUANT AUX PRODUITS MADE ISRAEL. PRODUIT PAR DES TRAVAILLEURS PENDANT QUE SES VOISINS TOUCHENT DES SUBVENTIONS DE TOUTES LES INSTITUTIONS

  3. Un grand écrivain et un grand homme. Un homme de cœur.
    Un homme qui lutte contre la dénigration des juifs et se bat pour faire respecter leurs droits.
    Un homme qui ne mérite ni cette assignation ni ce procès ;
    Une fois encore Utopia montre son horrible visage intérieur.
    Si Utopia pense traîner un homme si talentueux dans la boue.. Il n’en est rien.
    En réalité on voit encore plus à quel point ces cinémas sont nauséabonds.
    N’oublions pas que le réalisateur du film  » Le temps qu’il reste  » lui apporte de plus son soutient.
    Et moi modestement j’apporte également le mien à cet homme : Yann Moix .
    😉

  4. Bonjour,
    spectateur d’Utopia, j’avais trouvé l’article de Yann Moix excessif sur la forme. Sur le fond, je n’avais pas, moi-même, réagi à l’article d’Utopia et ne savait pas que penser de la réaction de Moix. Cependant en France nous avons la chance d’avoir une Justice libre et indépendante avec des lois heureuses contre l’antisémitisme. Je ne suis absolument pas choqué qu’une Association Culturelle Juive assigne Utopia devant le tribunal d’Avignon en s’appuyant sur l’article de Yann Moix comme je ne le suis pas qu’Utopia, qui se sent diffamé, demande à la Justice de trancher face à votre chronique.
    Dire que comparaître au tribunal est « être traîné dans la boue » est gênant.
    Le Droit parlera.

  5. Bonsoir, j’apporte mon soutien à Yann Moix dans combat on ne peut plus juste contre l’antisionisme primaire et pour les libertés les plus élémentaires.
    Très cordialement, Freddy Braun

  6. Dénier aux Juifs le fait que leur décompte induise à la constitution d’un peuple à part entière, est un crime de négationnisme. Or le négationnisme est un homicide masqué. L’antisémitisme de gauche pourrit la vie de chaque génération juive depuis près de deux siècles. L’antisionisme a coûté cher à quelques uns d’entre nous, fossoyeur d’amitiés, dynamiteur de carrière, je parle en connaissance de cause. J’apporte mon soutien indéfectible à Yann Moix, impatient que la raclée qu’il leur mettra comme de juste, fasse jurisprudence.

    • Et est ce que « Dénier aux » Palestiniens « le fait que leur décompte induise à la constitution d’un peuple à part entière, est un crime de négationnisme. » ?

      Utopia n’a fait que prendre position pour le peuple Palestinien et ensuite s’est défendu de toute pensées Judéo phobes, négationnistes car il n’est jamais agréable d’être comparé à un collabo quand on combat justement pour l’équité Humaine

      Bizarrement quand on prend position pour Israël on n’est jamais assigné en justice … contrairement aux prises de positions Pro-Palestinienne même pour un simple Boycott qui reste et DOIT rester l’outil ultime de la lutte non violente

    • Le fait de sanctionner le cinéma israelien est un déni de justice; doit on interdire le cinéma français parce qu’il dénonce les roms; doit on interdire les cinémas marocain, algérien, égyptien parce qu’ils bafouent les droits de l’homme?
      Le » peuple palestinien », que vous ne pouvez mettre dans un seul ensemble, ne peut instrumentaliser infiniment sa cause. A eux de prouver qu’ils sont des démocrates et qu’ils veulent la paix. La charge de la preuve appartient autant à Israel qu’à des dirigeants sans foi ni loi.
      Exigez des autres ce que vous exigez de vos amis, de l’honnêteté et de l’humilité.

    • Soit vous croyez au primat du passé, soit vous croyez au primat du présent, auquel dernier cas, c’est la loi du plus fort et inclinez-vous. Mais si vous êtes comme moi sensible au jugement de l’Histoire, l’archéologie démontre de la présence d’Israélites bien avant l’arrivée sur ces territoires dudit Peuple de la mer, ces Pelesets ou Philistins que nous connaissons sous le nom dérivé du grec ancien, de «Palestiniens». Lorsque les Hébreux reviendront au pays de Kenahan, Elohîm leur interdira de prendre les terres des Pelishtim, qui se limitent exclusivement à l’actuelle bande de Gaza. Que restait-il de ce peuple après que Rome eut défiguré le Yehoud, et que les mahométans eurent déporté les populations de la Palestine chrétienne pour arabiser la terre sainte…? Quoi qu’il en soit, une population en grande partie nomade circulera sur ce territoire de l’empire ottoman, jusqu’à ce que ce puissant empire subisse une défaite cuisante lors de la première guerre mondiale qui entraîna son démantèlement. Je passe sur l’entre-deux-guerres et en arrive au retour du peuple d’Israël en ce territoire, convoité par plusieurs nations chrétiennes en compétition parmi les vainqueurs, travaillées par une identique rivalité mimétique héritée du Verus Israël paulinien, lesquelles n’en ont jamais vraiment fini avec l’esprit de Croisade. Or Israël s’impose en Eretz-Israël, et tandis que n’importe lequel de ses voisins aurait chassé l’autochtone indésirable sur le moindre centimètre carré de terre à conquérir, les Juifs proposent une solution à deux États, un État juif, et un État palestinien composé d’une population qui n’avait pourtant jamais constitué un peuple à proprement parler ni ne s’était jamais revendiquée comme telle, une population renouvelable de nomades invités de génération ottomane en génération ottomane, à traverser un territoire impérial envolé en fumée depuis 1921. Est-ce que maintenant les Juifs reconnaissent une existence aux Palestiniens en tant que peuple? Non seulement ils la leur reconnaissent, mais les Palestiniens pourraient leur en avoir de la reconnaissance.

    • Pour tirer les choses au clair, non seulement je prône la coexistence de deux États dignes de ce nom impliquant un retracé des frontières et le rapatriement qui s’ensuivrait des populations concernées, mais j’appelle à la création d’une Jérusalem tricéphale, sorte de Vatican œcuménique gouverné par des représentants des trois monothéismes. Or il semble que pour les fournisseurs du Hamas et leurs soutiens, cela ne soit pas encore suffisant.