Inspire, le « magazine en anglais d’Al-Qaida » dans la péninsule arabique (l’AQAP), vient de sortir son second numéro.

Au sommaire des textes prétendument écrits par Oussama Ben Laden et par Anwar al-Awlaki, un imam chiite radical.
On peut y lire  des conseils pour «faucher les ennemis de Dieu» avec un Pick-up. Ou des suggestions pour un attentat contre des restaurants de Washington.

Samir Khan, un ancien résident de l’Etat de Caroline du Nord de 24 ans, serait à l’origine de cette étrange et glaçante entreprise. Il s’était déjà fait remarquer, en 2003, en animant l’un des plus populaires et radicaux sites Internet d’Al-Qaida.
Le premier « numéro » d’Inspire est sorti en juillet, six mois après son arrivée au Yemen. Le jeune américain d’origine saoudienne signe d’ailleurs dans ce numéro un article intitulé «Je suis fier d’être un traître aux Etats-Unis» où il critique l’Amérique pour «avoir tué des millions de musulmans à travers le monde» et pour «s’en tirer en portant un smoking».

Avec des articles comme «Fais une bombe dans la cuisine de ta maman», ces assassins de papier (seulement de papier?) font usage de l’humour pour rendre accessibles des pratiques qui, selon les experts anti-terroristes, n’étaient explicitées, jusqu’ici, qu’en langue arabe.

Les observateurs de la nébuleuse jihadiste craignent d’ailleurs que Inspire n’ait trouvé la formule pour attirer l’attention de ceux qui n’ont jamais été vraiment tentés par le jihad violent. Et c’est, de fait, le dessein quasi explicite de Inspire : s’imposer comme un ludique guide du parfait djihadiste. Les directeurs de la publication se vantent même des déclarations américaines qui ont récemment pointé l’AQAP comme «une des branches les plus dangereuses d’Al-Qaida». Et ils promettent une suite : «Vous n’avez encore rien vu.»

Faut-il s’inquiéter de cette « littérature »? Ou risque-t-on, en s’en inquiétant, de lui donner trop d’importance?
A suivre.

3 Commentaires

  1. entretenir la peur est reellement aujourdhui, le petit dejeuner des politiciens et autres personnes mediatiques, …je trouve ca dommage de lire ce genre d’articles ici, sachant que ‘la regle du jeu’ est l’initiative de gens eduques, cultives, ecrivains et philosophes. c’est malheureux et decevant. prendre une anecdote d’un ‘magazine d’al qaeda’ pour la mettre en premiere page de votre publication, c’est franchement pas tres distingue intellectuellement, et montre un besoin de serieux de ‘self questioning’. meme apres 30 de recherches et d’idees, l’intelligent est celui qui sait se poser les bonnes questions et avancer, pour son bien et celui de son prochain! ding dong, thats ur wake up call sir.

  2. L’internet donne du pouvoir à l’individu comme il le fait pour un groupe ou à une organisation.
    Comment peut ‘on être sûr que de la source de (ce soit disant) magazine « inspire » soit d’Al-Qaïda. il faut vraiment être dupe pour y croire devant l’énorme confusion des intérêts des différents partis.
    Semer la peur est devenu le passe temps favori des extrémistes des deux côtés et la politique de certains pays, et ceci bien sur pour servir des politiques diverses.
    Des textes d’Oussama Ben Laden (un wahhabite extrémiste) à côté des textes d’Anwar al-Awlaki (un chiite radical) est déjà une contradiction énorme, jamais l’idéologie wahhabite n’avoisine l’idéologie chiite.
    Al-Qaïda une organisation terroriste aussi importante, ennemi numéro 1 de tous les états du monde, aurait des idées aussi primitive et infantile (de mon fauteuil je peux faire mieux) pour préparer ses adeptes anglophones (qui ne savent même pas lire le coran) pour une mort en martyre. Il ya de quoi se poser des questions.
    Il faut s’inquiéter plus de la propagande et ses conséquences que de cette littérature elle-même.

  3. Pourquoi avoir choisi comme nom le mot  » Inspire  » pour ce magazine? Ils auraient dû l’appeler  » Expire  » plutôt que  » Inspire « , cela aurait été plus conforme à la réalité !