Bernard-Henri Lévy à propos de Luc Besson : « Il est allé à la télévision le soir de l’arrestation de Polanski pour donner son avis alors que personne ne l’avait sonné et pour dire que Polanski devait payer. Le principe de la justice, c’est qu’on ne raisonne pas comme ça. On ne raisonne pas selon le principe d’œil pour œil, dent pour dent ».

Pour écouter l’extrait, cliquez ici.

5 Commentaires

  1. D’abord « oeil pour oeil, dent pour dent » était un principe assez révolutionnaire en terme de justice quand il a été édicté. Il s’agit de proportionnalité entre le crime et la punition.

    Ensuite ce n’est pas du tout ce qu’invoque Luc Besson dans son intervention.

    Enfin je ne vois pas pourquoi il devrait attendre qu’on « le sonne » pour exprimer une opinion, fut-elle contraire à celle de BHL.

  2. Hum, si on attendait les commentaires de Sieur BHL seulement quand on le sonne, il y aurait de la place dans les médias pour autre chose…

  3. « Cette confusion, ou coordination sublime entre Raison et Réson résulte (ou s’obtient par ) la tension au maximum de la lyre. » Francis Ponge.

  4. Moi à propos de BHL: “Il est allé à la télévision le soir de l’arrestation de Polanski pour donner son avis alors que personne ne l’avait sonné et pour dire que Polanski avait fait une erreur de jeunesse. Le principe de la moral, c’est qu’on ne résonne pas comme ça. On ne résonne pas selon le principe « détournement de mineur = erreur de jeunesse » surtout lorsque l’on sait que des victimes d’erreur de jeunesse sont conscient(e)s de la sémantique pernicieuse de cette expression.