Avant-première de « La Bataille de Mossoul » de Bernard-Henri Lévy

Les rangs étaient serrés jeudi soir au cinéma Etoile Saint-Germain. Une deuxième séance a même été improvisée devant l'affluence. Ce soir-là était projeté en avant-première le poignant documentaire de Bernard-Henri Lévy réalisé pour Arte : «La Bataille de Mossoul».
Milan Kundera, Michel Houellebecq, Harlem Désir, Roman Polanski, Yannick Haenel, Jacques-Alain Miller, Karine Tuil et bien d'autres étaient présents pour découvrir les images inédites de la libération de la partie Est de la capitale auto-proclamée de Daech. Certains d'entre eux s'étaient déjà déplacés à Cannes en 2016 pour la projection en sélection officielle de «Peshmerga» dont le nouveau documentaire peut être vu comme la suite. En effet, après avoir filmé les affrontements entre les forces kurdes et l’Etat islamique le long de la frontière irako-syrienne, Bernard-Henri Lévy et son équipe se sont à nouveau rendus sur place pour filmer la libération de Mossoul, dernier bastion des terroristes. «Dans "Peshmerga", nous tournions autour de Mossoul comme autour d’un objet interdit, d’un corps noir. Cette fois, nous y entrons.» - explique BHL.
Le film débute le 17 octobre 2016, au premier jour de la bataille de Mossoul, et s’achève mi-janvier 2017. Il nous fait revivre, pas à pas, de l'intérieur et au plus près des affrontements, la chute de la capitale de l’E.I., foyer numéro un du terrorisme mondial. La voix-off du réalisateur accompagne les images troublantes et ouvre la réflexion sur les enjeux les plus décisifs de la bataille qui se déroule sous nos yeux : la libération de Mossoul marquera-t-elle la défaite définitive de Daech ? Qu’attend la communauté internationale pour reconnaître un État kurde ? Une reconnaissante défendue par Bernard-Henri Lévy : «On a eu tort d’arrêter les Kurdes à mi-chemin de Mossoul. Ils sont meilleurs combattants que les Irakiens. Et ils présentent aussi la particularité de faire la guerre "sans l’aimer", avec un vrai souci d’épargner leurs combattants et d’épargner, aussi, les civils... »
La soirée fut également l’occasion pour Bernard-Henri Lévy de rappeler l’urgence de mettre fin à cette guerre. Un mois seulement après les derniers enregistrements sur place, où en est la situation à Mossoul ? Le réalisateur a délivré un triste constat, entre, dans certains cas, le manque de soutien aérien de la coalition internationale et les limites de l’aide aux civils, piégés dans une portion restreinte de la ville.

Le documentaire sera diffusé le 4 mars sur Arte à 18h35, puis sera disponible en streaming sur Arte +7.

A propos des intervenants