De Morano à Hortefeux : votes contre une résolution demandant la libération du blogueur saoudien condamné à 1000 coups de fouet.
Plus énorme encore que le refus de la France d’inviter Ensaf Haidar, la femme de Raïf Badawi : le vote de plusieurs députés européens UMP contre la résolution demandant la libération du blogueur libéral saoudien ! Impossible à croire ? Eh bien si, c’est pourtant tout ce qu’il y a de plus tristement vrai — ainsi qu’on va le voir. Jeudi 12 février, un communiqué de presse du Parlement européen annonçait que, parmi trois résolutions relatives aux droits de l’homme, les députés avaient adopté un texte en faveur de ce jeune père de famille condamné par un tribunal de Djeddah sous le chef d’« insultes à l’islam » à 1000 coups de fouet, 10 ans de prison et une énorme amende. Le supplice a connu un début d’application puisqu’il a déjà été publiquement flagellé 50 fois. Entre-temps une importante campagne internationale s’est développée en faveur du condamné : pétition d’Amnesty International avec des centaines de milliers de signatures, intervention de personnalités, mobilisation sur les réseaux sociaux, rassemblements… Les autorités saoudiennes ont-elles été gênées aux entournures ? L’état de santé de Raïf Badawi était-il trop dégradé ? Toujours est-il que la seconde séance de fouet a pour l’instant été reportée à cinq reprises (les 1000 coups doivent en principe être infligés à raison de 50 par semaine durant 20 mois).
Parmi les initiatives en faveur d’une annulation de la condamnation, il y a ainsi la résolution du Parlement européen. Condamnant vigoureusement la flagellation de Raïf Badawi et y voyant « un acte de cruauté révoltant », les députés demandent aux autorités saoudiennes de le libérer immédiatement et sans condition, et que la condamnation et les peines qui ont été prononcées contre lui, dont l’interdiction de quitter le territoire, soient annulées. Les élus estiment en outre que le cas du blogueur est « symptomatique des atteintes à la liberté d’expression et d’opposition pacifique dans le pays, et, plus largement, de la doctrine d’intolérance et d’interprétation extrémiste du droit islamique prônée par le royaume ». Tout ce que le monde compte de défenseurs de Raïf Badawi s’est félicité de cette résolution, d’autant plus que, dans la foulée, une délégation de membres du Parlement européen a été chargée d’aborder son cas lors d’un prochain voyage en Arabie saoudite.
Un observateur naïf s’attendait à l’adoption à l’unanimité de la résolution. Mais en y regardant de plus près on découvre qu’elle n’a été votée que par 460 députés tandis que 153 votaient contre et 29 s’abstenaient. Qui donc avait bien pu s’opposer à ce texte ? En fouillant bien sur le site du Parlement on trouve, en pages 5 et 6, le compte rendu détaillé des votes. Et là on n’en croit pas ses yeux car au sein de cet étonnant front du refus s’alignent les noms de plusieurs députés français membres de l’UMP (appartenant au groupe européen PPE) : Angélique Delahaye (qui sur son profil Facebook fait délicatement l’impasse sur son vote), Françoise Grossetête (rien non plus quant à son vote sur son Facebook, même si une photo la montre tenant une affichette « Je suis Charlie »), Brice Hortefeux (qui disait « Quand il y en a un ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes », mais qui ne veut sans doute pas en avoir avec les Saoudiens), Alain Lamassoure (très engagé à l’en croire sur Facebook dans la lutte contre le terrorisme, mais ça n’a sans doute rien à voir avec le wahhabisme saoudien), Nadine Morano (qui se veut sur Facebook plus anti-islamiste que Marine Le Pen mais qui ignore peut-être que l’application de la charia en Arabie saoudite ressemble furieusement à celle qui fait partout rêver les islamistes extrémistes), Renaud Muselier (qui a pourtant voté l’une des autres résolutions sur les droits de l’homme ce 12 février), Maurice Ponga et Franck Proust. Sauf erreur, le nom de Rachida Dati ne figure ni dans les pour, ni dans les contre ni parmi les abstentions. Ah, justement, à propos des abstentionnistes : alors que les autres élus Front national ont logiquement voté en faveur de la résolution, Aymeric Chauprade, en dépit de sa ferme inclination poutinienne qui devrait en faire un adversaire résolu du régime sunnite saoudien, s’est quant à lui distingué en s’abstenant. Il eût été regrettable que les électeurs ignorent le positionnement dans cette afffaire de ceux qu’ils ont envoyés siéger au Parlement européen. Ils le savent maintenant. Ils apprendront par la même occasion que les voies de l’anti-fondamentalisme islamiste s’avèrent parfois impénétrables, notamment depuis Strasbourg.

8 Commentaires

  1. J’oubliais, 2/3 contre la torture n’est peut-être pas suffisant pour une condamnation à mort. Nous respectons les lois de chaque pays, mais ce n’est peut-être pas ce que les valeurs de Voltaire promouvaient lors de la république.

    Cordialement, un des neuveux du parti MRC,

  2. Si l’on considère que la démocratie est toujours notre auguille ou compas comme dirais les grecs, il est des devoirs non pas de nation, mais d’une minorité d’exposer leur idéologie.

    J’attends donc une une explication concrète, de la post économie du FN, qui oblige chaque membre à acheter un kit qui vaut 20 000 € et sous un taux d’intérêt de 6/7% par mois.

    On note que les élus de la plupart des partis ne sont jamais présents à bruxelles, bienvenue les monopoles.

    • J’espère que non, le parti actuel est « socio-démocrate ». Mais la plupart des députés européens français ne le considèrent que par un gros salaire … Alors que l’europe est notre clé pour l’emploi et l’éducation..

  3. Sans doute tous S-M ces infâmes vermines de l’Union Macabre des Pourritures, 1000 coups de fouets est leur fantasme.

  4. Quoique très minoritaires , ces 153 votes contre la résolution sont une honte et un déshonneur pour la France et l’ U. E. . S’ il n’ y a pas de mot assez fort pour dénoncer le châtiment auquel a été condamné Raif Badawi , prisonnier d’ opinion , il n’ y a pas de mot assez fort , non plus , pour flétrir l’ attitude de ces 153 députés européens .
    Essayons de sauver Raif Badawi , et par là , de sauver un peu d’ humanité et donc de nous sauver nous-mêmes , en signant les pétitions en sa faveur . Celle d’ Amnesty qui enregistre un succès exceptionnel . Celle de Reporters sans frontières , en tapant :  » Pétition : Votre Altesse , arrêtez le supplice  » . Celle adressée au Comité Nobel de la Paix , en tapant :  » Give the Nobel Peace Price to Raif Badawi « . Celle adressée au Président de la République , en tapant :  » Stop à la sentence contre Raif Badawi « . C’ est rapide et gratuit : avis à toutes les personnes de bonne volonté !

    • Bien je suis un simple cityoen et d’accord avec vous, ceci métierait une discussion au parlement.
      Tant que toute chose est discutée en parlement, c’est bien. Ceci dit le parlement européen manque un peu de pouvoir, à mon humble avis.
      Voila,
      François . France