S’il y a, comme pour toute rentrée littéraire, beaucoup de romans qui n’auraient pas dû paraître tant ils sont loin d’être ce que doit être la littérature, il n’en demeure pas moins que quelques romans sont remarquables, comme vous allez le voir dans les 50 pages de ce numéro de septembre. Oui, des romans, pas nombreux, prennent le temps et le risque de nous dire où nous en sommes, qui nous sommes, et de penser notre monde moderne. Nous avons trié : exit les formalistes qui jouent avec la langue et qui ont si peu à dire ; exit, plus encore, tous les romanciers qui n’en sont pas, qui n’ont ni poésie ni pensée, et qui, sur un malheureux hasard d’édition, ont réussi à être édité. Donc, disais-je, des romanciers remarquables.

Et surtout : Philippe Forest, qui pour Transfuge, signe le plus beau roman de la rentrée, Le siècle des nuages. Roman totale, au cœur intelligent, liant l’histoire du XXe siècle, à l’histoire de l’aviation, à l’histoire de son père. Roman à première vue classique, proustien dans la langue, mais qui en vérité évoque les préoccupations de notre époque.

La technique d’abord : Forest écrit sur l’aviation qui rêva à sa naissance, au début du XXe siècle, de relier les quatre coins du monde afin que tous les peuples puissent mieux se connaître et alors mieux se tolérer. L’aviation fut donc en son commencement un rêve démocratique. Et le rêve de son père. Mais le rêve s’épuisa avec les deux guerres mondiales. La technique devint synonyme de destruction. Elle passa du Bien au Mal et les avions se transformèrent en engins de morts. Au désespoir de l’humanité, au désarroi de son père. Puis les progrès techniques devinrent soutien du capitalisme, car l’aviation, après les années 1970, s’éloigne de ses idéaux de jeunesse, finit obsédé par la rentabilité, et accompagna l’explosion du tourisme de masse, face noire de la démocratie.

Forest creuse une autre des grandes préoccupations contemporaine : la transmission. On le sait depuis Arendt : on ne sait plus trop quoi transmettre depuis que la tradition, par la modernité, est rejeté à ce point. Alors Forest s’interroge : Que peut-il transmettre de l’histoire de France et de l’histoire de son père ? Quasiment rien, nous confesse-t-il, sinon le doute de ce qu’a été la France et de qui était son père. On ne sait pas grand-chose, cesse t-il de nous répéter. L’Histoire est opaque, et son père une énigme. La puissance du roman, semble t-il nous dire, n’est en fait que faiblesse.

Forest ne s’arrête pas là et nous amène à voir ce qui se cache derrière cette opacité : le vide. Il s’empare d’une des grandes questions qui nous habite, celle si brûlante du nihilisme. Cette tentation traverse tout le roman. Par l’évocation, bien sûr, en de nombreuses pages, de l’apocalypse que furent les deux grandes guerres. Et par l’évocation, aussi, de ce qu’on pu éprouver son père et lui-même, une fois vieillis, devant la vanité de toute chose, et de leur carrière professionnel en particulier, pilote de ligne pour le premier, romancier pour le second. Le roman nie l’existence de Dieu, du diable, de la transcendance, et semble suggérer une impossibilité à arrêter une conception du monde, toujours mobile. Il touche là au cœur de notre civilisation.

Mais tout n’est pas foutu pour Forest, il y a un sursaut dans les dernières pages : « cette pauvre petite chose de papier usé », c’est-à-dire son roman, combat le rien, sauve un peu. Le siècle des nuages est ce combat magnifique, toujours perdu, contre le nihilisme.

Comme Don De Lillo, Bret Easton Ellis, Michel Houellbecq et quelques autres romanciers sélectionnés pour cette rentrée littéraire, Philippe Forest s’attaque, finalement, avec un brio exceptionnel, à la grande question du XXe siècle et sûrement, hélas, du XXIe siècle, celle du Mal, ce qu’en d’autres termes, Franz Kafka appelait «la croissance de la puissance de mort».

Philippe Forest, Le siècle des nuages, Gallimard, 19 août 2010, 560 pages

Un commentaire

  1. Cher Monsieur,

    puis-je savoir exactement ce que vous appelez NIHILISME ?
    merci.
    Nunzio d’Annibale